Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

Le sujet de la toxicité des dents dévitalisées est un sujet très tabou, un sujet qui fâche et qui est rarement abordé même par les dentistes qui se disent holistiques. Il faut dire que la mise en évidence de la toxicité des dents dévitalisées pourrait bien faire des dentistes avec leurs dents dévitalisées, la plus grande cause de cancers et de maladies graves. Bref, les plus grands tueurs de dents en série pourraient bien être aussi les plus grands tueurs en série tout court de notre société.

J’ai constaté à mes dépends, que c’est le genre d’humour que mes confrères du Conseil de l’ordre n’apprécient pas trop généralement. Non mais vraiment, on se demande pourquoi. Il n’y a donc pas à s’étonner que certains feront tout leur possible pour étouffer au maximum cette histoire qui les met un peu en porte à faux. Il y a des informations qui fâchent, c’est sûr. Tout cela se comprend facilement. Mais pourtant les dentistes, donc aussi les membres du Conseil de l’Ordre, pourraient aussi voir les choses plus positivement car ils pourraient bien être aussi ceux qui seraient le plus à même de redonner la santé, notamment aux malades atteints de maladies chroniques, en enlevant principalement les dents dévitalisées. C’est bien ce que j’avais compris et que j’ai effectué pendant plusieurs années sur des centaines de patients, avec des résultats qui feraient envie à beaucoup de médecins. Il n’y a qu’à voir les vidéos de témoignages du site www.sante-dents.com pour s’en rendre compte. Après avoir été une première fois interdit d’exercer une année pour cette raison en quelque sorte, que j’ai été interdit d’exercer pendant trois ans en première instance, par le conseil de l’ordre, sans aucune plainte de patients. J’avais juste envoyé un dossier au médecin psychiatre de ma région officiellement responsable du problème des suicides. Un dossier qui expliquait que plusieurs jeunes patients très dépressifs ayant fait auparavant des tentatives de suicides, n’avaient plus de tendances suicidaires uniquement et rapidement après avoir enlevé leurs dents dévitalisées. Le conseil de l’ordre me condamna sans même entendre les personnes qui avaient retrouvé le goût de vivre. L’attitude du conseil de l’ordre face à ce sujet fut particulièrement honteuse ici, je trouve, car j’essayais juste d’apporter un élément de plus pour lutter contre les suicides, qui constituent aujourd’hui la première cause de mortalité dans la jeunesse et un des plus grands drames de la vie. Cette condamnation fut d’ailleurs qualifiée de véritable procès en sorcellerie par mon avocate, une ancienne Ministre de l’environnement, Corinne LEPAGE. Son instructif mémoire de défense est consultable ici même.

La condamnation fut ensuite transformée en appel, en condamnation à vie en 2004, parce qu’entre temps un patient manipulé par un confrère s’était plaint de cette démarche qui fut pourtant appliquée sur lui comme elle le fut d’ailleurs aussi sur des centaines de mes autres patients. Le prétexte fut que cette démarche était non scientifique et pas suffisamment éprouvée donc dangereuse pour les patients. Ils n’ont vraiment pas eu honte d’eux…. Ils avaient pourtant eu en leur possession un épais dossier sur le sujet avec les témoignages vidéo de guérison et les éléments scientifiques qui accréditaient cette démarche. Nul doute que si les bûchers avaient existé, le Conseil de l’Ordre des dentistes, en aurait monté un ici pour l’occasion, histoire de s’assurer d’éliminer l’hérétique et l’information dérangeante avec. Et cela même si un gigantesque espoir pour des millions de personnes malades en France aurait pu résulter de cette pratique. Un symposium que j’étais en train d’organiser sur le sujet a même du être annulé à peu près à la même époque, à la suite de pressions du conseil de l’ordre des médecins et des dentistes exercées sur ceux qui auraient pu s’y exprimer. Pour approfondir cette histoire rocambolesque, voir le texte de 3 pages : “chronique de la persécution d’une idée“. En plus la justice française est aussi allée dans ce sens, comme si parole de Conseil de l’Ordre était parole d’évangile. Pour approfondir voir le texte de 16 pages : “le procès du 19 juin“. Cette grande intolérance de l’Ordre en France fait comprendre pourquoi les dentistes qui prônent très souvent l’extraction des dents dévitalisées y sont aussi une extrême minorité. Ils pourraient bien se compter sur les doigts d’une ou deux mains. Ils font tout pour rester très discrets car cette pratique est très contrariante pour les autres dentistes puisque la plupart dévitalisent souvent un peu facilement des dents, voire des dents parfaitement saines pour faire plus facilement des bridges. Il faut dire à la décharge des dentistes qu’en général, peu d’entre eux sont conscients des conséquences de tels actes puisque les effets toxiques des dents dévitalisées ne sont pas enseignés actuellement en université ou bien sont largement sous évalués. Les enseignants universitaires sont aussi des dentistes qui ont dévitalisé des dents durant de nombreuses années, ce qui ne favorise pas l’introduction de ces enseignements dans le milieu universitaire. Il est difficile, même lorsqu’on est universitaire, de reconnaître parfois qu’on a pu effectuer des actes qui pourraient d’une certaine façon mettre la santé de ses patients en danger alors qu’on appartient au corps médical qui est censé « d’abord ne pas nuire ». Pour en avoir une petite idée lire le texte de 6 pages : “l’avis de l’université“. Selon certaines études de la profession elle-même, plus des trois quarts des dents dévitalisées seraient incorrectement traités. Seul moins d’un quart des dents dévitalisées seraient donc réalisées selon les règles de l’art et ne constitueraient pas des foyers infectieux. Ce sont des dentistes particuliers, les endodontistes qui réaliseraient le mieux et le plus parfaitement possible ces traitements. Seulement voilà même lorsque sont extraites des dents dévitalisées traitées par ces spécialistes, les patients guérissent aussi. Les spécialistes d’endodontie eux-mêmes n’arrivent pas à guérir des affections graves en dévitalisant parfaitement les dents. La plus grosse association mondiale d’endodontistes, l’association américaine d’endodontie (l’AAE) qui réunit les dentistes spécialistes américains de la dévitalisation dentaire ne peut ignorer la polémique qui existe sur le sujet actuellement aux Etats-Unis. Elle en parle d’ailleurs sur son site internet. Force est de constater que les arguments scientifiques qu’elle fournit sur son site Internet sont plus que légers. Ce sont les arguments classiques qui ont toujours été fournis aux patients pour promouvoir cette technique, c’est-à-dire en gros si on vous enlève vos dents dévitalisées, ensuite vous aurez un dentier avec tout ce que cela implique de négatif dans l’inconscient populaire. Pour approfondir lire le texte d’une dizaine de pages : réponse à l’AAE.

Dévitaliser des dents qu’il aurait fallu extraire sinon est donc d’autant plus tentant pour les dentistes que les patients ne seraient pas satisfaits qu’on ait du leur enlever leur dent. C’est là tout le paradoxe. Les patients sont contents de conserver leurs dents dévitalisées plutôt que les extraire car ils évitent en général le dentier mais n’ont nullement conscience de ce qui les attend dans les années à venir. Les dentistes aussi sont contents car en y mettant ensuite une couronne dessus pour lui éviter de se fracturer, puisque les dents dévitalisées deviennent fragiles avec le temps, c’est là qu’ils font leur acte le plus rentable. Bref tout le monde est content pourrait-on dire. C’est cela qui est terrible. Mais pourtant, cela revient à dire, d’un point de vue biologique, que les patients sont contents d’être empoisonnés. Certes ils n’en n’ont pas conscience alors qu’ils auraient facilement conscience d’être mutilés d’un point de vue anatomique par l’extraction d’une dent. On ne peut donc pas en vouloir aux dentistes, ils ne font que ce que vous voulez en quelque sorte, d’autant plus que généralement ils n’ont pas conscience eux-mêmes des conséquences qui en résulteront dans l’avenir pour la santé. Paradoxalement la plupart des dentistes croient souvent préserver ainsi votre santé en vous conservant vos dents. Effectivement c’est vrai qu’une bonne digestion est importante pour la santé et qu’une bonne digestion nécessite une bonne mastication qui nécessite par conséquent une bonne denture donc de conserver le plus de dents possible. Mais qu’est-ce qui est le plus grave pour la santé : l’empoisonnement biologique du aux bactéries et aux toxines des dents dévitalisées ou la mutilation anatomique due à l’extraction et le traumatisme psychologique qui peut en résulter ? That is the question ? En dehors du bon sens, c’est une question qui pourra peut-être trouver une réponse dans certains enseignements ésotériques. Pour en savoir plus lire le texte de 15 pages: « ésotérisme médical ». On peut très bien considérer, comme le fait majoritairement la profession dentaire actuellement, que l’empoisonnement biologique de la dent dévitalisée soit moins grave que la mutilation anatomique consécutive à la perte d’une dent. Mais les apparences sont très trompeuses et l’expérience clinique pourrait bien accréditer le contraire en observant les guérisons après élimination des dents dévitalisées. Et cela d’autant plus qu’on possède un nombre important de dents dévitalisées. La perte des dents pouvant être compensée par une prothèse toutefois, ne l’oublions pas, ce n’est donc pas si dramatique que cela. C’est à notre société dans sa globalité de répondre à ce dilemme qui est : Doit-on garder un poison ou avoir un trou dans sa bouche à la place de la dent dévitalisée ? On pourrait aussi laisser coexister les deux approches thérapeutiques plutôt que de persécuter l’approche minoritaire. Persécuter les idées minoritaires, ce n’est pas très spirituel et c’est le genre d’attitude qui pourrait avoir bien des conséquences très fâcheuses pour la santé publique. Malraux a même dit que le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas. Pour approfondir cela lire le texte de 17 pages : “spiritualité médicale“. Mais pour que notre société puisse se poser cette question, encore faut-il qu’elle se penche sur le sujet car aujourd’hui beaucoup de personnes souffrent et sont à mille lieux de penser que leurs dents dévitalisées pourraient intervenir de façon déterminante dans cette souffrance. Il semble que c’est donc à chacun correctement informé de décider, sachant toutefois que s’il existe des prothèses qui peuvent remplacer des dents extraites, il n’existe pas encore à notre connaissance de produits qui peuvent annihiler les toxines émises dans l’organisme par les dents dévitalisées, 24 heures sur 24 et 365 jours par an. On comprend donc bien la complexité du sujet où c’est plus l’ignorance des conséquences, le souci de préserver les apparences et de faire plaisir aux patients, en oubliant de considérer la toxicité biologique, qui est surtout responsable de la situation, c’est-à-dire des millions de personnes qui possèdent des dents dévitalisées et qui ignorent totalement qu’elles comportent un aspect d’empoisonnement qui peut raisonnablement être qualifié d’important. Si elles en étaient conscientes, elles pourraient par exemple décider de s’en débarrasser dans certaines situations où elles estiment que leur santé est en danger à cause de leurs dents dévitalisées. C’est d’ailleurs tout l’objectif de ce livret, que d’améliorer la conscience sur le sujet et d’ouvrir un véritable débat dans les médias car à une époque où la santé est la première préoccupation des français, il n’est plus tolérable qu’un sujet de cette importance continue d’être à ce point ignoré du grand public français, et même si cela contrarie quelques dentistes.

Classé dans : Articles

Mots clés : aucun

Commentaires

Plus d'informations #1

12 février 2017, 09:49

Merci pour ces informations.

anchortext #2

02 juillet 2017, 14:54

Нome foreclosure іs often a distressing financial challenge that lots of
families һave to dea with. The hardship coulⅾ be anything like job loss, divorce, death, medical illness, business loss ߋr ɑnother event
that haѕ directly impact оn yⲟur monthly income.
Ԝe can answеr mɑny of thesе questions confidently, knowing tһat foreclosure is consiɗered ɑ widespread financial pandemic.

loud alarm clock #3

22 août 2017, 16:50

This piece of writing is truly a nice one it helps new internet people, who are
wishing in favor of blogging.

Fil Rss des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la première lettre du mot ygxgmq