Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

The one

01 novembre 2008

Bruno DARMON

Ce texte est probablement le plus complexe de tous à aborder. Il parle de choses très ésotériques, et mystiques, je vous avertis. Il vise à approfondir un sujet déjà traité dans le texte ésotérisme médical qui traite du sens ésotérique des nombres de un à neuf. Ici nous approfondirons le chiffre UN et cet approfondissement présente bien sûr un intérêt pour comprendre la toxicité de la dent dévitalisée.

Parler du chiffre UN est probablement ce qu’il y a de plus simple et de plus compliqué en même temps, c’est un paradoxe, et c’est aussi pourquoi il me semble le plus intéressant à approfondir. Cela permet, aussi incroyable que cela puisse paraitre, de mieux comprendre pourquoi la dent dévitalisée ou morte est si problématique. Les autres chiffres ont déjà été approfondis en thérapeutique. Le chiffre trois a été approfondi grâce à l’Ayurvéda, le quatre par la science de l’habitat etc…Le chiffre deux a notamment été approfondi d’une certaine façon par la macrobiotique avec le Yin et le Yang, et Monsieur Georges Oshawa qui nous parlait jadis de l’intérêt pour la santé de manger entre autre du riz complet et non du riz blanc. Pour l’anecdote, Monsieur Oshawa a lui aussi été embêté jadis par le Conseil de l’Ordre qui déposa plainte contre lui pour exercice illégal de la médecine dans la mesure où il redonnait la santé à nombre de personnes avec ses concepts issus du chiffre deux d’une certaine façon. Les membres des Conseils de l’Ordre n’ont pas l’esprit très large dans le domaine de la santé, surtout s’il s’agit de redonner la santé en remettant en question la suprématie de leurs connaissances. Historiquement, la première action du Conseil de l’Ordre fut d’ailleurs d’interdire d’exercer les médecins juifs sous l’occupation, histoire d’éliminer un peu de concurrence. Aujourd’hui c’est ce qu’ils font avec toutes les médecines alternatives dès qu’ils le peuvent. Mais s’ils peuvent agir ainsi, c’est que d’une certaine façon, notre société à laquelle ils sont unis, les y autorise, crédule qu’elle est de penser que des hommes et des femmes fussent-ils des médecins ou des dentistes ayant prêté serment pourraient s’affranchir des bassesses humaines et donc s’intéresser à l’intérêt collectif quand leur intérêt personnel est en danger. Et bien non et cela n’a jamais été le cas. Les Conseils de l’Ordre sont même probablement ceux qui ont le plus œuvré à détruire toutes les solutions alternatives naturelles pour la santé et en cela nuisent énormément à la santé publique même si paradoxalement le public pense exactement le contraire. Bon j’arrête car sinon on va croire que j’ai une dent contre le conseil de l’Ordre…..

Si le chiffre deux a donc été assez abondamment traité en thérapeutique, à ma connaissance, aucun thérapeute n’a parlé du Un et je trouve que le sujet « dent dévitalisée » s’y prête assez bien somme toute comme vous allez pouvoir le constater ici, je l’espère. Si parler des autres chiffres serait certes instructif, parler du chiffre UN est néanmoins ce qui me semble le plus essentiel car le UN est à l’origine de tout le reste, comme le texte « ésotérisme médical » l’explique d’ailleurs. Je vais ici essayer de résumer ce sujet qui est immense en apportant comme toujours des enseignements utiles. Les enseignements théoriques et pratiques devraient être indissociables sinon on se perd, je trouve.

La connexion.

Les enseignements mystiques nous apprennent que tout est UN. Dans UN il y a uni, donc tout est uni, connecté entre toutes ses parties pourrait-on dire aussi. L’application immédiate au sujet de ce site qui est la dent dévitalisée est que celle-ci est bien sûr unie et donc connectée au reste du corps et qu’introduire de la mort dans le corps ne peut que communiquer cette information de mort au reste de l’organisme à un niveau qu’on a peut-être du mal à imaginer. Les divers organes vont donc se diriger plus rapidement qu’il ne le faudrait vers la mort dont la maladie d’une certaine façon, n’est qu’un début. Et à l’extrême c’est la tendance au suicide qui est la plus parlante expression de la propension de l’organisme vers la mort. J’ai observé de multiples patients suicidaires, ne plus avoir envie de se suicider après avoir enlevé leurs dents dévitalisées. C’est d’ailleurs pour en avoir informé un psychiatre responsable dans ma région du problème des suicides que je fus jadis interdit d’exercer par le Conseil de l’Ordre des dentistes, sans aucune plainte de patient. Le jour où l’opinion publique prendra conscience qu’un conseil de l’ordre censé protégé la population aura eu une telle action visant à occulter une information de cette importance pour la santé publique, je pense que cela pourra être assez instructif. Mais si souvent il faut cacher les petites vérités qui dérangent, les grandes vérités qui dérangent n’ont pas besoin d’être cachées puisque l’inconscience du public suffit d’elle-même. C’est ainsi qu’il accepte qu’on opprime l’idée pleine d’espoir pour la santé de millions de personnes, d’enlever les dents dévitalisées, puisque dans son immense majorité il n’y comprend rien. Tout comme il ne comprend que peu de choses aux notions mystiques, imprégné qu’il est de théories darwiniennes visant en fin de compte à le despiritualiser en même temps qu’à le perdre lui et sa santé. Parler du UN comme nous le faisons ici participe au contraire d’une approche éducative à la conscience spirituelle de l’existence. Comprendre que toutes les parties de notre corps sont en connexion dans une unité peut aider à comprendre qu’introduire la mort dans une des parties du corps ne sera pas sans conséquence pour le reste du corps. Comprendre que nous faisons un avec tout l’univers est probablement aussi une clef essentielle de la partie divine qui se trouve en nous. Certains êtres humains arrivent parfois à l’expérimenter à certains moments de leur existence. A ce sujet je vous conseille de visionner un témoignage fort intéressant à l’adresse suivante :

http://www.youtube.com/watch?v=uIaY0l5qV0c

Le Karma.

Mais comprendre le UN ce n’est pas juste comprendre que tout est uni dans notre corps, c’est bien plus encore. A un niveau mystique, l’univers se comportera avec nous tel que nous nous comportons avec autrui puisque nous et autrui ne faisons qu’un. Le bien ou le mal que nous faisons nous reviendra donc un jour ou l’autre. Les bouddhistes parlent de karma pour définir ce concept qui d’une certaine façon est une expression du UN. Si nous avons une dent dévitalisée en nous c’est que dans le passé, ou dans une vie antérieure (encore faut-il y croire) nous avons empoisonné probablement quelqu’un. Inutile donc d’en vouloir à votre dentiste qui de toute façon n’a probablement pas conscience de tout cela.

L’Univers miroir.

L’Univers et nous ne faisons qu’UN. Un sage disait aussi que l’on voyait le monde tel qu’on était. C’est aussi une clef de la compréhension du UN. Dans la vision mystique, l’univers est un miroir qui nous reflète l’image de ce que nous sommes puisque nous et le reste de l’univers faisons un. Il nous est ainsi possible de mieux nous connaître. Mieux nous connaître est la première et indispensable étape de notre perfectionnement, de notre évolution spirituelle qui est le but de notre existence sur Terre. Lorsque l’univers nous confronte à quoique ce soit, un individu par exemple , qui par sa façon d’être nous provoque une émotion, que ce soit de la colère, de la haine, de la tristesse ou de l’admiration par exemple, c’est que cette façon d’être est aussi présente en nous. Pour donner un exemple, si on rencontre quelqu’un qui nous énerve parce qu’il est irrespectueux, c’est que quelque part nous sommes aussi irrespectueux et qu’alors pour nous aider à en prendre conscience, l’univers nous met en face de lui. Je sais que cette vision est un peu mystique mais c’est ainsi. Dans la vision mystique de la vie, nous ne rencontrons donc pas par hasard les personnes et les événements. Ils viennent à nous ou plutôt nous les attirons, pour comprendre qui nous sommes ou au moins une partie de qui nous sommes. Et lorsque nous changerons, les personnes que nous croiserons et les événements de notre vie changeront aussi. Le Un signifie aussi que les émotions que nous ressentons à cause de stimuli extérieurs et nous même ne faisons qu’un car l’intérieur et l’extérieur sont un. Par exemple, lorsque nous ressentons de la colère, nous attribuons souvent la colère à un évènement extérieur mais en fait c’est que la colère est déjà en nous, que nous sommes la colère. Si nous voyons chez l’autre certains défauts et que cela crée une émotion en nous, c’est que d’une certaine façon, nous les possédons aussi. Car sinon cela ne provoquerait aucune émotion, nous observerions les défauts de l’autre sans émotion. Et inversement si nous voyons chez l’autre certaines qualités et que cela nous fait admirer celui qui les possède, c’est aussi que nous les possédons. Pour développer ses qualités il est donc peut-être plus intéressant de s’entraîner à voir chez les autres leurs qualités que leurs défauts même s’il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse qui nous empêcherait de voir nos propres défauts. Pour nous y aider l’univers nous mettra souvent en face de personnes ayant ces mêmes défauts et cela provoquera des émotions qu’il faut savoir ressentir et accepter tout en respirant intensément. C’est une technique simple mais efficace pour évoluer. C’est ainsi une façon de libérer nos émotions négatives enfouies et d’être plus cool ensuite. Le contraire serait de refuser d’accepter ces émotions qui font partie de nous. Cela créerait des tensions qui un jour ou l’autre pourraient provoquer des dégâts sur notre santé. De façon plus générale, si nous trouvons que notre environnement est triste et pollué c’est que nous même sommes triste et pollué car nous voyons le monde tel que nous sommes puisque tout est UN.

Tout cela a un rapport avec la dent morte. La dévitalisation dentaire est apparue dans la société occidentale à peu près au moment de la première guerre mondiale qui a aussi été une grande dévitalisation de la civilisation occidentale. Si la vie a fait aujourd’hui que nous avons une dent morte, c’est que nous avions déjà en nous quelque part cette pulsion de mort. Et maintenant elle est encore plus installée. Cette pulsion de mort pourra se traduire soit par de la violence car la violence poussée à l’extrême conduit au meurtre donc à la mort d’autrui, mais ce pourra aussi être de la tristesse car la tristesse poussée à l’extrême conduit au suicide donc à sa propre mort. Je l’ai déjà dit d’une certaine façon mais j’ai souvent observé que lorsqu’on enlevait les dents dévitalisées, les tristesses et les colères s’atténuaient fortement. Et cela s’explique encore par le Un car nous sommes uni à cette dent morte et il est donc logique qu’elle puisse générer colère ou tristesse qui sont en fin de compte des émotions en rapport avec la mort. Pour information, à l’inverse, les émotions en rapport avec la vie sont plutôt l’amour et la compassion . Mais si nous l’avons eu, cette dent morte, c’est aussi que quelque part nous la méritions d’une certaine façon car nous avions déjà en nous cette tristesse ou cette violence et par manque de conscience nous avons laissé faire un acte médical inacceptable. Comment avons-nous pu accepter ou nos parents ont-ils pu accepter que nous ayons une dent morte dans la bouche, c’est-à-dire qu’on introduise un cadavre dans notre organisme vivant, si ce n’est par manque de conscience comme s’il s’agissait d’un acte médical anodin. Un manque de conscience qui combiné à un certain niveau technologique a abouti à contrarier les lois de l’univers comme si nous avions oublié cette maxime de Pascal : « science sans conscience n’est que ruine de l’âme ». Nous sommes avant tout fait pour devenir de la conscience. Dieu, est conscience pure créatrice qui de Un est devenu multiple pour pouvoir expérimenter toutes les facettes de lui-même dans une unité qui un jour s’est diversifiée pour mieux se connaître par l’expérimentation tout en prévoyant un jour de se réunifier. Notre destin à tous est donc de revenir à Dieu même si nous avons chacun un chemin différent à emprunter. Revenir à Dieu signifie d’une certaine façon ne plus avoir en nous de colère ni de tristesse ni de haine mais juste de l’amour et de la compassion et ainsi contribuer à protéger sa création donc la vie, et comprendre donc aussi ce qu’il ne faut pas faire. Ainsi l’homme, parcelle de dieu, possédant en lui l’étincelle divine, expérimente aussi ici avec la dent dévitalisée, le fait de contredire les lois de l’univers en introduisant en lui la mort, en l’occurrence ici la dent morte, pour comprendre qu’alors cette entrave apportera la souffrance, la maladie et la déchéance, ce qui crée colère, tristesse et haine au passage bien souvent. Ainsi par la souffrance, il apprend à mieux connaître les lois de la vie, même si ici malheureusement, c’est à ses dépends. Et cela est juste car nul n’est censé ignorer la loi, comme le code pénal nous le rappelle d’ailleurs pour les sujets plus terre à terre. Mais la souffrance n’est pas la voie obligatoire pour comprendre les lois de l’univers. L’éducation, en est une autre par exemple. L’éducation qui apporte la connaissance, dont jadis nous n’avons peut-être pas voulu et dont nous devons aujourd’hui payer les conséquences de cette révolte. Dans l’enseignement juif, il est dit que Dieu a proposé à tous les peuples une alliance, qui consistait à devoir suivre les enseignements divins qu’il leur délivrerait et que les autres peuples ont refusé pour garder ce qu’il pensait être leur liberté. Mais la vraie liberté implique la connaissance et le respect des lois divines sinon qu’on le veuille ou non, on se dirige vers l’aliénation. Par exemple, lorsque le choix s’impose entre arracher la dent ou la dévitaliser, nous pouvons penser que notre technologie moderne nous apporte enfin la liberté de pouvoir conserver la dent en la dévitalisant. Mais cette liberté de transgresser les lois de l’univers détruira à terme tellement notre santé qu’en fait elle limitera notre liberté de mouvement par les rhumatismes notamment, notre liberté de penser par la destruction de notre cerveau (dépression, perte de mémoire notamment), et en fin de compte notre liberté d’être ce que l’on voudrait être par la diminution de notre énergie vitale. La liberté de faire des bêtises n’aboutit qu’à moins de liberté, il faut le savoir. Mais c’est ainsi et c’est la loi du libre arbitre sur cette planète qui donne la possibilité de faire des erreurs pour ainsi mieux grandir, mieux évoluer puisque c’est la finalité de l’existence. Tout comme cette planète apporte la possibilité de choisir le côté obscur de la force, de servir les forces du mal, ou de refuser de le faire pour bien prouver à Dieu, que l’on choisit sciemment de servir la lumière et non les ténèbres qui n’apportent que le malheur et la souffrance. Cette planète est l’école du discernement et des épreuves sans aucun doute.

Tant que votre organisme est suffisamment vivant pour comprendre le sens de ces mots, vous devrez exercer vous aussi votre discernement entre ce que disent 99% des dentistes, ces thanato-dentistes qui prônent de conserver vos dents dévitalisées et ce que je prétends dans ce site, c’est-à-dire de les enlever, et donc choisir la bio dentisterie c’est-à-dire la dentisterie vivante puisque bio signifie vivant, en rapport avec sa racine étymologique grecque je vous le rappelle. Le mot bio est à la mode en ce moment, mais autant rappeler ce qu’il signifie pour comprendre qu’il ne peut y avoir de dentisterie bio par définition qui puisse admettre de conserver des organes morts dans la bouche. Et puis, pour exercer votre discernement, je vous suggère fortement d’analyser les faits plus qu’aucune théorie, notamment les théories de dentistes se disant holistiques qui disent qu’on peut conserver les dents dévitalisées qu’ils ne testent pas nocives. En médecine on aime bien parler du rapport bénéfice risque et d’effets secondaires éventuels qui pourraient ou non se produire laissant penser à tort que s’ils ne se produisaient pas, tout irait alors pour le mieux dans le meilleur des mondes, médical évidemment. On serait mieux inspiré de parler du rapport bénéfice inconvénients. Un risque en effet est un événement qui peut ou non se produire. C’est un concept relié à une notion binaire, il y a ou il n’y a pas. Si le risque ne se produit pas, il n’y aura alors aucun inconvénient. Mais dans la médecine chimique et la dent dévitalisée, il ne s’agit pas uniquement de risque mais d’inconvénient ce qui est un peu différent, je m’explique. Lorsqu’on donne de la médecine chimique ou bien que l’on possède en bouche une dent dévitalisée, il y a obligatoirement un inconvénient à cela. Ces options thérapeutiques empoisonnent obligatoirement le patient. Certes cet empoisonnement n’est pas toujours suffisant pour tomber malade mais il est toujours présent et de l’énergie vitale est toujours ôtée au patient. On ne peut garder en bouche de dent dévitalisée sans inconvénients, il faut le savoir. Quoiqu’il en soit, regardez les faits car la science se base avant tout sur les faits. Demandez donc aux défenseurs de la théorie de la conservation des dents dévitalisées, notamment à ceux qui se disent dentistes holistiques, qu’ils vous présentent des guérisons de quelconques maladies graves en conservant des dents dévitalisées et comparez leurs absences de cas graves aux nombreux cas de guérisons en enlevant des dents dévitalisées, tels que j’en ai mis une centaine par exemple en témoignage vidéo sur le site www.sante-dents.com. Évidemment on peut guérir des patients sans enlever de dents dévitalisées, mais le résultat n’est jamais le même que lorsqu’on fait enlever la cause de l’empoisonnement. Les personnes n’ont pas ensuite le même état de vitalité, ils sont peut-être guéris mais il manque quelque chose. La santé, ce n’est pas juste l’absence de maladie mais aussi un état de pleine vitalité qui manque souvent à nos guéris de maladies graves d’aujourd’hui par la médecine chimique et qui gardent leurs dents dévitalisées. Voici aussi d’ailleurs ce qu’un jour m’a dit le Dr Rau, médecin directeur de la clinique Paracelsus en Suisse allemande. Une clinique qui possèdent de multiples outils de médecine naturelle et qui a vu des milliers de patients depuis une vingtaine d’années. « Dans les pathologies bénignes, certes les techniques dont on dispose sont efficaces, mais dans les pathologies graves, si on ne fait pas enlever les dents dévitalisées, toutes les techniques dont on dispose ici sont négligeables ». Quoiqu’il en soit, votre état d’être humain vous donne la possibilité de choisir. Vous avez donc la liberté de conserver les dents dévitalisées qui vous tirent vers la mort. Mais quand on acquière une certaine conscience, il faut aussi se poser la question de savoir si cette option est une expression de la vraie liberté ou d’une pure folie qui nous éloignera de la santé. Pour conserver la santé, il est nécessaire de se concentrer sur ce qui est essentiel, en commençant par respecter les lois de l’univers que l’on connaît déjà et en se posant quotidiennement des questions sur ce qui est essentiel, dans une démarche que l’on peut qualifier d’essentialiste. Et ne pas conserver de mort dans sa bouche est essentiel à la santé je vous assure. De là certains ont opposé cette attitude, l’essentialisme, à celle qui ne consiste qu’à rechercher les plaisirs à court terme de l’existence, l’existentialisme. Garder une dent dévitalisée permet à court terme de conserver quelque chose certes mais à long terme on perd la santé. Ce n’est donc pas une démarche essentialiste, qui se concentre donc sur ce qui est essentiel en quelque sorte. D’autres préfèrent opposer le spiritualisme au matérialisme, ce qui revient à peu près au même. Personnellement, s’il est vrai que de ranger dans des cases des philosophies de vie que l’on oppose est parfois pratique, je ne pense pas que ce soit le meilleur reflet de la réalité car la vie peut comporter ces deux aspects sans qu’ils soient contradictoires. On peut profiter des plaisirs de l’existence tout en étant un adepte de l’essentialisme, un spiritualiste. Pourquoi vouloir opposer ce qui ne devrait qu’être complémentaire, même s’il est vrai qu’être excessif dans un aspect nuit à l’autre aspect. Certes l’homme qui ne pense qu’à s’enrichir, qu’à la matérialité et qui ne s’intéresse nullement à la spiritualité qui lui commanderait de partager ses richesses ou de les mettre au service d’une bonne cause, par exemple, n’est pas sur la bonne voie. Mais celui qui ne pense qu’à la spiritualité et oublie ainsi les réalités de ce monde matériel en refusant d’y vivre confortablement, se trompe probablement encore plus. Nous n’avons pas à vivre dans la misère pour nous mettre en accord avec Dieu et vivre dans la spiritualité. Nous ne devons pas non plus vivre dans l’opulence insolente lorsque que tant de misère existe aujourd’hui. Tout est question d’équilibre et nous devons faire ce qui nous fait plaisir avant tout. Même l’égoïsme est une bonne chose si c’est de l’égoïsme divin. L’égoïsme divin, consiste à faire uniquement ce qui nous fait plaisir sachant que ce plaisir aboutit d’une façon ou d’une autre à servir la vie. Pourquoi chercher à servir dieu ou la vie en souffrant et en se reniant. Ne servons pas Dieu ou la vie si cela ne nous fait pas plaisir, car cela n’aboutirait à rien de très efficace. Voyons d’abord le plaisir qu’il y a à être en accord avec les lois de la vie (et à se débarrasser de ses dents dévitalisées par exemple), même s’il est parfois plus subtil à voir que les autres plaisirs. Plus subtil mais plus profond et durable aussi. Le plaisir de transgresser les lois de la vie disparaîtra alors de lui-même. Car sans plaisir, nous n’aurons aucune motivation à agir. Si tout d’abord, j’ai fait enlever mes dents dévitalisées, c’est que j’ai pris conscience du plaisir que j’aurai alors à retrouver de l’énergie vitale avec toute la liberté d’action et la joie qui y seraient associées. Si ensuite j’ai persévéré à proposer d’enlever les dents dévitalisées de mes patients malgré les menaces et les injonctions de me taire du Conseil de l’Ordre, c’est avant tout pour le plaisir de voir guérir mes patients, le plaisir d’être reconnu par eux comme un excellent guérisseur et le plaisir d’en retirer des bénéfices matériels substantiels car ce que je leur faisais avait de la valeur, il faut le reconnaître. C’était donc uniquement pour mon plaisir égoïste en quelque sorte. Mais il s’agissait aussi d’un égoïsme que j’estime pouvoir qualifier de divin car il aboutit à une meilleure vie pour tous. Je n’ai rien contre le fait que mon voisin s’enrichisse si cet enrichissement m’apporte aussi le bien être. Par contre s’il s’enrichissait à mes dépends en m’apportant la maladie et le malheur, ce serait très différent. Et c’est ainsi que 99% de nos dentistes, ces thanato-dentistes s’enrichissent aujourd’hui, en mettant des visses dans vos dents qu’ils ont préalablement dévitalisées pour ensuite les couronner de couronnes plus mortuaires que thérapeutiques. Il s’agit là d’égoïsme démoniaque (destructeur de la vie), c’est très différent de l’égoïsme divin. Mais inutile de leur en vouloir, ils n’en sont généralement pas conscients. Et si et uniquement si cela vous fait plaisir, n’oubliez pas de vous poser chaque jour la question de savoir ce que concrètement vous faites pour servir dieu, la vie, la lumière, l’amour et donc en vertu de certaines lois mystiques, de vous servir vous même. Il peut sembler étonnant de parler de dieu, de mystique et d’ésotérisme dans un site qui traite en premier lieu de dent dévitalisée, un sujet très terre à terre en apparence. Mais ce sujet n’est pas un sujet anodin en fait et il est me semble donc compréhensible d’aborder des notions complexes pour l’expliquer. Certains pensent même que la dent dévitalisée est la première cause de cancers et de maladies graves dans le monde occidental, la maladie étant devenue le premier problème de notre société française par exemple puisque la santé est aujourd’hui le premier budget de la nation. La dent dévitalisée est donc probablement le premier problème de notre société bien que je pense que la contamination radioactive de nos centrales nucléaires ou pire d’armes nucléaires pourrait un jour le devenir. Certains connaissent bien toute la gravité du sujet dent dévitalisée, connue depuis presque un siècle et pourtant l’information n’est toujours pas passée comme il le faudrait. Peut être que d’une certaine façon les thérapeutes qui l’avaient constaté n’ont pas su l’expliquer suffisamment bien aux autres et que ceux qui l’avaient compris malgré tout, en guérissant en général, n’ont pas su unir suffisamment leurs forces pour être entendus par les autres. Tout cela en fin de compte car les uns et les autres n’avaient peut-être pas conscience de ce signifie vraiment le UN. Faire appel à des notions plus complexes comme celle qui est traitée ici ne serait donc peut-être pas si inutile que cela. Peut-être qu’il ne suffit pas de dire que la dent dévitalisée est un bout de pourriture insérée dans l’os de la mâchoire pour que la population prenne conscience de l’immensité du sujet. C’est pourquoi ici particulièrement, je n’hésite pas à expliquer le pourquoi du comment avec des explications qui pourraient paraître complexes certes mais qui pourront résonner dans la tête de ceux qui se posent des questions sur le sens de la vie, c’est-à-dire les spiritualistes d’une certaine façon contrairement à ceux qui ne vivent que pour le plaisir de boire, manger, s’enrichir, contempler le paysage et faire l’amour par exemple. Si ce site est là pour vous faire prendre conscience du drame humanitaire immense que la dent dévitalisée occasionne, je pense que les moyens nécessaires à cette prise de conscience doivent être à la hauteur de l’importance du sujet, d’où le fait d’aborder un sujet ésotérique comme le UN. Et une fois que vous en aurez vraiment conscience, comment pourrez vous rester inactif face à cette information sachant le plaisir que vous aurez en apportant ainsi la santé à vos frères et sœurs qui font UN avec vous compte tenu de ce que cela implique tel qu’il a été traité dans ce texte. En diffusant aujourd’hui cette information, alors qu’elle est si peu connue, vous apporterez probablement plus la santé que le médecin qui aura fait dix années d’études de médecine. C’est ainsi, c’est le pouvoir que confère la conscience, lorsqu’on la possède, d’où l’immense intérêt de toujours chercher à la développer. La conscience se nourrit de la connaissance toutefois, il est donc important que vous cherchiez toujours à acquérir les connaissances que l’univers mettra au menu du repas de la vie, que vous pourrez savourer avec ou sans dents dévitalisées, c’est comme vous voudrez, mais il faudra alors en assumer les conséquences. Enfin si tant est que cela vous fasse plaisir, sinon vous pouvez continuer à regarder des émissions débiles à la télé si cela vous fait plus plaisir. Enfin moi je fais un peu les deux, car j’aime bien les contrastes……

Classé dans : Articles

Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la deuxième lettre du mot tzkhz