Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

J’ai aujourd’hui 59 ans, j’étais enseignante de français; à l’heure actuelle j’enseigne le yoga et des techniques de développement personnel.

J’avais des maux de dos et de genoux depuis des années mais qui sont devenus très importants dès l’âge de 38 ans. Auparavant, j’étais en excellente santé et je faisais beaucoup de sport. Je faisais notamment plus de trente kilomètres de vélo par jour.

A cause des maux de dos, lorsque je me levais du lit le matin, je devais m’accrocher aux murs ou à n’importe quoi pour me relever, C’était un calvaire pour me mettre en station debout. C’était pareil pour me relever d’une chaise ou d’un fauteuil. J’avais constamment des douleurs dans le dos et dans les genoux. Je souffrais même la nuit en dormant. Lorsque je marchais il m’arrivait de me mettre à hurler de douleur. Parfois je ne pouvais même pas descendre une marche d’escalier sans hurler. Un seul pas pouvait occasionner des souffrances terribles.J’appréhendais de devoir sortir de chez moi. Ma seule envie, c’était de rester couchée et même couchée j’avais mal. Ma vie était un enfer. Selon le Dr Darmon, si je n’ai pas eu envie de me suicider, c’est que je n’avais pas de dents dévitalisées dans la mâchoire du haut qui est en rapport direct avec le cerveau.

J’ai vu pendant plus d’une dizaine d’années des tas de médecins, des kinésithérapeutes et fait de multiples examens. Ils voulaient bien que je prenne des anti-inflammatoires mais je ne voulais plus de médicaments chimiques car plus jeune j’en avais trop pris, et j’avais eu trop d’effets secondaires. Je ne pouvais bien-sûr pas travailler et j’avais un dossier en cours de reconnaissance de mon statut de handicapée. Un spécialiste de rhumatologie m’a dit après nombre d’examens que j’avais les genoux d’une femme de quatre vingt ans, alors qu’à l’époque je n’en n’avais que quarante. Selon lui, il n’y avait qu’une seule chose à faire: couper les articulations et les remplacer par des prothèses métalliques de genoux. Mais je faisais une formation pour devenir professeur de yoga et une élève de yoga m’a convaincue de ne pas le faire car elle-même l’avait fait et depuis elle avait perdu beaucoup de mobilité.

J’ai donc cherché dans le domaine des médecines douces d’autres solutions. J’ai essayé l’argile et tous les jours je me faisais des cataplasmes. Cela me faisait un peu de bien. J’ai essayé aussi la phytothérapie dont notamment l’Harpagophytum, cela aussi me faisait un peu de bien. J’ai essayé aussi les huiles essentielles. Des kinés me mettaient des électrodes autour des genoux. J’ai lu de nombreux ouvrages de naturopathie. J’ai alors amélioré ma diététique en supprimant notamment les aliments acidifiants. J’ai éliminé les tomates, les pamplemousses, les oranges, les laitages. J’ai mangé plus d’aliments alcalinisants: pommes de terre, châtaignes etc…. Je mangeais quasiment strictement bio depuis aujourd’hui une trentaine d’années. J’ai diminué aussi tout ce qui contenait du gluten, le blé notamment. Tout cela m’a donné une légère amélioration mais dès que je remangeais ces produits, toutes mes douleurs revenaient. Je continuais le yoga et passais mon temps à rechercher et essayer tout ce qui aurait pu me faire du bien dans le domaine des médecines douces. Ce que je trouvais m’apportait parfois un peu de soulagement mais j’avais toujours énormément de douleurs. J’avais décidé alors de m’acheter une jolie canne pour marcher, à l’âge de 45 ans !!!!!!!!!!

Un jour j’ai lu dans le Biocontact de l’année 2000 un article sur les dents dévitalisées du scientifique du CNRS le Professeur J.P. Garel qui parlait des dangers des dents dévitalisées et des travaux d’un éminent scientifique américain le Professeur Boyd Haley sur la toxicité des dents dévitalisées. Je suis alors allé voir un dentiste qui a examiné ma dentition et qui m’a dit que tout allait très bien. Il voulait juste me mettre une couronne sur une dent mais pour lui il n’y avait aucune infection en bouche et donc il n’y avait aucune raison d’enlever de dents ou même de retraiter quoique ce soit.

Chaque année j’allais au salon des médecines naturelles à Marseille et une année il y avait une conférence du Dr Melet sur la toxicité des amalgames au mercure. A la fin de la conférence, j’ai posé la question pour savoir ce qu’il pensait des dents dévitalisées même s’il n’en avait pas parlé. Pour lui ce n’était pas un problème, le seul problème c’était les amalgames au mercure. Après la conférence, le Dr Darmon qui y était présent, est venu me voir et nous avons parlé. Je suis ensuite allé le consulter à Cannes et il m’a enlevé mes sept dents dévitalisées en une séance. Après chaque extraction de dent, il enlevait l’os autour de la dent avec une fraise. Il m’a fait ensuite de l’acupuncture et appliqué des huiles essentielles pour éviter de prendre des médicaments car il préférait que j’évite de prendre des médicaments chimiques et même de l’homéopathie.

Tout de suite après ces extractions, je n’ai plus jamais eu mal au dos jusqu’à ce jour d’aujourd’hui soit environ dix ans plus tard. Le lendemain des extractions j’ai même marché des kilomètres dans Marseille, j’ai monté et descendu des escaliers toute la journée sans avoir mal aux genoux. Je n’ai plus eu de douleurs ni la nuit ni le jour, ni du dos ni des genoux.

Par la suite j’ai revu de nombreux dentistes notamment holistiques dont certains écrivent même des livres et font des stages et à chaque fois je leur témoignais mon histoire. Et à chaque fois ils essayaient de me montrer tous les inconvénients de ce qui m’avait été fait, notamment que cela m’avait fait perdre de l’os des mâchoires, que maintenant j’avais un dentier. Ils me disaient tous que c’était vraiment une erreur d’avoir enlevé mes dents dévitalisées. Je comprends très bien que des dentistes qui ont dévitalisé des centaines de dents dans leur vie professionnelle auront toujours beaucoup de mal à reconnaître tout le mal que provoquent les dents dévitalisées !!!!!!!!

Un peu après les extractions, j’avais vu un rhumatologue à Grasse, le Dr J.G. Thomas qui m’avait dit que si j’avais fait les prothèses de genoux tout en ayant gardé les dents dévitalisées, à cinquante ans j’aurais été selon lui sur un fauteuil roulant.

Quelques années plus tard, j’ai eu de nouveau un peu mal aux genoux, notamment au genou gauche (vraiment pas grand chose par rapport avec ce que j’avais avant). Mais toutefois c’était un peu gênant notamment pour rester en position du lotus en yoga et lorsque je marchais longtemps. J’avais déménagé à Grenoble et quand il faisait très humide j’étais plus gênée. J’ai téléphoné au Dr Darmon qui me parla de techniques de traitements des mémoires des dents dévitalisées. Je le consultais à nouveau. Il me fit alors une injection dans la mâchoire du bas, du côté gauche, là où il y avait eu une dent dévitalisée jadis. Peut-être n’avait-il pas suffisamment bien enlevé tout l’os intoxiqué autour de la dent qu’il avait extraite jadis, m’a-t-il dit. Après cette piqûre, j’ai pu à nouveau rester en position du lotus et mon genou gauche ne me fit plus mal.

Depuis ces soins, ma qualité de vie a complètement changé. Je me sens libre dans mon corps, je pratique à nouveau de nombreux sports. Bien que je sois végétarienne (ni viande, ni poisson, ni œufs), je mange à nouveau de temps en temps, des laitages, des tomates, du gluten et des fruits acides. Cela ne me provoque plus de douleurs de dos ni de genoux. Même s’il m’arrive parfois d’avoir encore un peu mal aux genoux, je me considère toutefois comme guérie.

Françoise B.

Commentaire du Dr Darmon.

J’avais aussi discuté avec le médecin toxicologue, le Dr Melet, du problème des dents dévitalisées, avant la conférence de Marseille dont parle ce témoignage, et avant qu’il ne se suicide (il avait probablement des dents dévitalisées à la mâchoire du haut). Je lui avais parlé de toutes les guérisons que j’avais obtenu en enlevant les dents dévitalisées. Il m’avait répondu que c’était parce que les dents devaient avoir des amalgames au mercure et n’avait rien voulu entendre de plus sur le sujet, semblant tellement sûr de lui sur ce point. Le problème est que j’ai enlevé des amalgames au mercure dès 1990 et que j’ai fait cela sur tous mes patients, soit des centaines, pendant environ cinq ans avant de commencer à comprendre qu’il fallait aussi leur proposer d’enlever leurs dents dévitalisées. Certes la santé de mes patients s’améliorait après avoir enlevé leurs amalgames, c’est vrai on ne peut le nier, mais l’amélioration n’avait rien à voir avec celle qu’on obtient en enlevant les dents dévitalisées. La patiente qui témoigne ici avait certes des amalgames au mercure sur ses dents dévitalisées mais elle n’aurait jamais obtenu une telle guérison en ne faisant qu’enlever ses amalgames. Le Dr Davo KOUBI qui a amené dans le Sud de la France la conscience de la toxicité des dents dévitalisée et qui était connu pour nombre de guérisons extraordinaires, n’enlevaient pas les amalgames au mercure et même en mettait. En discutant avec lui, il me disait même du bien des amalgames au mercure. Dans ce monde où nous sommes aujourd’hui noyés sous des tonnes d’informations, il est donc plus que jamais important de savoir relativiser. Aujourd’hui nous sommes envahis de tellement de poisons que trop peu de personnes, et même des toxicologues, prennent conscience à sa juste mesure, de la véritable importance du poison que représentent les dents dévitalisées. Certes, certains poisons sont encore plus graves que les toxines que produisent les dents dévitalisées, je ne le conteste nullement. Ingérez du Strontium ou du Césium radioactif tous les jours comme le font les animaux de Tchernobyl, et comme ils le feront pendant des millénaires voire des millions d’années, car la radioactivité met des milliers, voire des millions d’années à disparaître, et vous mourrez certainement encore plus vite qu’avec vos dents dévitalisées. L’espace naturel de Tchernobyl représente pour eux un piège mortel dans lequel des générations d’animaux viendront mourir. Des études scientifiques ont montré que Tchernobyl était un endroit où bien plus qu’ailleurs les animaux venaient s’installer. Ils y viennent et s’y trouvent bien car ils y rencontrent moins qu’ailleurs de concurrence. La concurrence meurt en effet très rapidement. Tchernobyl qui en apparence est donc un havre de paix pour eux est en réalité un piège mortel. Eh bien la dent dévitalisée, c’est un peu pareil pour les êtres humains. En apparence, la dent dévitalisée a de multiples avantages. Elle évite l’extraction et le dentier. Mais en réalité, la dent dévitalisée est un piège mortel pour les êtres humains car c’est un organe mort qui engendrera inévitablement la mort. Plus vite on comprendra tout cela et mieux on se portera.

Un autre témoignage.

Un témoignage d’une personne qui est passé dans mon centre de revitalisation:

J’ai 60 ans et je travaille dans l’Éducation Nationale. Suite aux conseils de mon ostéopathe de Digne, j’ai rencontré le Dr Bruno DARMON qui m’a conseillé de faire enlever toutes mes dents dévitalisées, soit onze au total. Il faut dire que j’avais de graves douleurs de dos depuis six ans due à une sciatique latérale gauche, que plus personne n’arrivaient à soulager. Après des années de kinésithérapie de diverses sortes (Mezières, standard etc….. ) je suis résolue à passer sur la table d’opération en janvier, ce qui m’a permis de retrouver de la mobilité. Des douleurs continues et aiguës persistaient toutefois. Elles étaient devenues tellement intolérables qu’en dernier recours, sur les conseils du chirurgien, j’ai pris le maximum de Dolipranes autorisés, soit 600 mg par jour, sans aucun résultat. J’ai également pris de l’ibuprofène qui ne m’a pas soulagé non plus. De plus depuis treize ans je prenais des antidépresseurs et d’autres médicaments pour des problèmes psychologiques graves qui m’occasionnaient divers effets secondaires (fatigues, problèmes de concentration perte de mémoire).

Le Dr Darmon m’a convaincue qu’il fallait enlever mes dents dévitalisées. Il m’a accompagnée chez un dentiste qui a accepté de m’enlever mes onze dents dévitalisées. Etant donné que ni le Dr Darmon, ni moi même ne sommes favorables à la prise de médicaments chimiques, j’ai passé une dizaine de jours chez lui afin qu’il puisse gérer mes douleurs post-chirurgicales sans y avoir recours. Voici les divers traitements appliqués:
Application de pierres semi précieuses.
Acupuncture (aiguilles et cautérisations).
Application d’huiles essentielles.

Je garde d’ailleurs les pierres et les huiles essentielles que j’utilise parfois quand des douleurs reviennent. Aujourd’hui je constate que j’ai pu arrêter tous mes médicaments allopathiques. Mes douleurs de dos sont aujourd’hui nettement moindres.

Pendant ce séjour d’une dizaine de jours, début Aout, j’ai apprécié le calme d’un chalet de montagne en pleine nature, d’une belle chambre d’hôte, de conseils en diététiques ayurvédiques, de pouvoir utiliser divers appareillages thérapeutiques (fauteuils de massages notamment), de nourriture saine et biologique (mixée toutefois), et de nombreux livres intéressants. Le tout pour un prix raisonnable de 60 euros par jour. Je n’étais évidemment pas dans un hôtel trois étoiles mais mon objectif étant essentiellement thérapeutique , j’en ai été pleinement satisfaite car je vois que j’ai retrouvé de la vitalité.

Le plus important est que je me suis sentie accompagnée et rassurée dans cette épreuve chirurgicale où malgré ces onze extractions je n’ai pris aucun médicament et j’ai même pu arrêter tous ceux que je prenais auparavant. J’ai retrouvé une vivacité intellectuelle que j’avais perdue depuis plusieurs années.

Tatiana D. La Bastide, le 10 aout 2010.

email : tania.doubledent@orange.fr
Si vous désirez vérifier l’authenticité de mon témoignage, vous pouvez me parler au téléphone, et même me rencontrer si vous vous déplacez dans le Sud-Est. Je vous rappellerai si vous laissez un numéro de tél. fixe (je ne rappelle pas les portables) sur votre email.

Fin.

Classé dans : Témoignages

Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la cinquième lettre du mot mbzndl