Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

Voici les 14 arguments classiques en faveur de la conservation des dents dévitalisées et les réponses du Dr Darmon :

I - Les arguments grand public.

Argument 1: On est certes un peu malade mais on n’a pas envie d’enlever nos dents dévitalisées à cause de l’idée de passer par les extractions parfois douloureuses après, et de devoir ensuite posséder un dentier qu’il faut nettoyer après chaque repas et enlever la nuit. C’est trop contraignant voire dégoûtant. On préfère se soigner autrement.
Réponse : Eh bien gardez vos dents dévitalisées, je vous comprends et soignez vous autrement. Des tas de personnes font d’ailleurs ainsi et il existe de nombreuses thérapeutiques qui guérissent. Mais si les dents dévitalisées sont une des causes essentielles de votre problème de santé et de votre état de dévitalisation, il faut savoir que traiter la cause est toujours plus efficace que de ne traiter que les effets. La plupart des médecines, mêmes douces, ne traitent pas les causes des maladies mais juste les effets. Les médecines douces traitent juste en étant plus en accord avec notre biologie, ce qui est déjà bien quand cela est possible.
A force de laisser en place une cause qui vous empoisonne, vous risquez ensuite d’avoir des problèmes de santé dans le futur, à côté desquels les inconvénients décrits précédemment dans l’argument n°1, vous paraîtront insignifiants. 
On peut certes se soigner tout en laissant persister un empoisonnement, c’est vrai. Mais la santé ce n’est pas juste l’absence de maladie. C’est un état de vitalité que bien peu de personnes connaissent aujourd’hui, surtout lorsqu’elles possèdent ou ont possédé des dents dévitalisées qui ont souvent laissé persisté dans les os maxillaires des mémoires toxiques qui continuent d’avoir un effet toxique à distance. Les dents dévitalisées ne sont bien sûr pas la seule cause de dévitalisation de l’organisme mais selon les quelques médecins qui s’y sont intéressés, elles en constituent une des principales causes aujourd’hui. Si vous regardiez avec un microscope toutes les sales bébêtes qui se trouvent dans vos dents dévitalisées et qui font caca (leurs toxines) dans votre sang, vous trouveriez peut être cela encore plus dégoûtant, pour reprendre vos termes, que d’enlever un dentier pour le nettoyer et vous seriez pressés de vous en débarrasser.

Argument 2: Pour l’instant je suis en bonne santé alors je préfère garder mes dents dévitalisées mais lorsque je serai malade, je les enlèverai de préférence lorsque je serai âgé.
Réponse : Alors gardez les donc pour l’instant car dans la vie, il faut faire ce que l’on croit être le mieux pour soi. Si en plus vous êtes jeune et en pleine forme, je comprends que l’idée de mettre un dentier est difficilement acceptable. Donc je suis tout à fait d’accord avec vous, surtout que si je disais le contraire quasiment personne ne le comprendrait. Mais sachez aussi que l’os qui entoure les dents dévitalisées s’intoxique avec le temps à cause de vos dents dévitalisées et que ses capacités de réparation diminuent avec l’age. Les problèmes ne viennent pas que de la dent dévitalisée elle-même mais aussi en partie de l’os abîmé par la dent dévitalisée, vous l’avez compris si vous avez bien exploré ce site. Si lorsque vous déciderez plus tard, âgé, d’enlever vos dents dévitalisées, l’os pourra souvent rester intoxiqué, mal cicatrisé, mal réossifié. Il pourra alors constituer à distance un foyer réactogène qui alimentera une maladie et cela d’autant plus que les défenses immunitaires baissent avec l’age. N’attendez donc pas trop longtemps. Si lorsqu’on est jeune, l’os peut se cicatriser tout seul assez bien, ce n’est plus toujours autant le cas lorsqu’on est plus âgé et il est alors nécessaire de recourir à des techniques subtiles et encore très peu connues, pour aider l’os à se réparer. Des techniques qui ont aussi leurs limites. 
La prévention idéale pour les maladies causées par les dents dévitalisées consisterait donc évidemment à éviter si possible d’avoir des dents dévitalisées et ne pas attendre d’être malade pour les enlever. 
Quant aux organes affectés à distance par l’intoxication due aux dents dévitalisées, il n’est jamais certain qu’ils retrouvent la santé en enlevant les dents dévitalisées. Il est plus facile de perdre la santé que de la retrouver une fois malade et la prévention est la meilleure des médecines, il faut le rappeler.
Un fumeur s’arrêtant de fumer du tabac n’aura jamais les poumons dans le même état que s’il n’avait jamais fumé…Et bien pour les dents dévitalisées et les organes affectés à distance, c’est pareil.


Argument 3 : Je veux bien enlever mes dents dévitalisées mais alors je veux les remplacer par des implants et non pas par un dentier.
Réponse : Eh bien faites le, c’est mieux que de garder vos dents dévitalisées et d’ailleurs c’est très à la mode en Allemagne actuellement chez les dentistes énergéticiens, où il est bien plus connu qu’en France, que les dents dévitalisées empoisonnent l’organisme. Personnellement je n’avais pas le courage de subir des greffes d’os, des soulevés de sinus et des interventions chirurgicales d’implantations assez onéreuses que certains médecins alternatifs déconseillent par ailleurs pour la santé, notamment chez les personnes fragiles. Je suis en plus très satisfait de mes prothèses amovibles sans métal en Valplast et je suis sûr que le long de mes prothèses amovibles, les bactéries de la bouche ne peuvent pas cheminer jusqu’à l’os.


Argument 4 : Si c’était vrai tout ça, ça se saurait. 
Réponse : Il existe nombre d’informations importantes pour la santé qui se savent mais dont les autorités sanitaires ne reconnaîtront vraiment l’importance que dans le futur, pour diverses raisons mais le plus souvent des conflits d’intérêts. Pour l’amiante par exemple, l’état français a seulement édicté des mesures sanitaires une cinquantaine d’années après que son caractère cancérigène eut été pourtant reconnu. La toxicité des dents dévitalisées est connue depuis longtemps au niveau international. Des congrès dentaires officiels en ont même parlé en France en 1998. Seulement, nul n’est plus aveugle que celui qui ne veut voir surtout quand ça ne l’arrange pas vraiment, professionnellement parlant. En effet, cette information fait fuir les patients qui ont du mal à comprendre qu’on puisse leur proposer des extractions de dents qui ne les font pourtant pas souffrir. Cette information culpabilise aussi toute une profession ne l’oublions pas. Dans une société où les apparences et la réussite sociale sont si importantes, tout le monde oublie donc parfois l’essentiel qui est la santé à long terme. Et les dents dévitalisées ne sont qu’un exemple parmi d’autres. Nous faisons souvent de multiples erreurs en polluant notre environnement en général. Des erreurs qui aboutissent à l’apparition de plus en plus de maladies graves où les dents dévitalisées constituent une cause qui est loin d’être négligeable. Si nous n’avions pas fait d’erreurs, notre société n’en serait pas où elle en est actuellement, c'est-à-dire malade. Evidemment on peut être fataliste et rester les bras croisés en spectateur à attendre que ça passe … ou que ça casse. On peut aussi commencer par reprendre en main sa santé en dépolluant son organisme des dents dévitalisées tout en arrêtant de polluer l’environnement. Aujourd’hui respirer un air sain, être en bonne santé sans prendre quotidiennement ses médicaments et ne pas avoir mal au dos va devenir bientôt une exception. Les dépenses de santé ruinent notre société. Presque plus personne ne meurt sereinement sans douleur ni maladie dans son lit comme une petite bougie qui s’éteint. C’est pourtant ainsi que cela devrait être si on n’avait pas enfreint certaines lois de la vie. Même si elles ont aussi des avantages évidents, les dents dévitalisées sont un bon exemple d’une des choses que nous n’aurions jamais du faire, en bons apprentis sorciers que nous sommes devenus en agissant ainsi. Je sais qu’il en existe aussi bien d’autres, des erreurs, et certaines encore plus graves que les dents dévitalisées. Ne croyez pas que je ne vois que par les dents dévitalisées parce que je suis dentiste. Mais ce n’est pas le sujet ici.

Argument 5 : J’enlèverai bien mes dents dévitalisées car j’ai quelques problèmes de santé, mais ensuite je ne supporterai jamais un dentier et comme je n’ai pas les moyens de mettre des implants, je devrai rester sans dents. Alors autant garder mes dents dévitalisées.
Réponse : Faites ce que vous voulez et compte tenu de certaines exigences sociales de la vie actuelle, il est probable que vous ayez raison. C’est très difficile de rester sans dents. Mais je vous assure que lorsque le dentiste se creuse un peu la tête, il peut arriver à vous faire supporter votre prothèse amovible, si vous y mettez un peu du votre aussi. Evidemment parfois il vous dira que c’est de votre faute, qu’il faut vous y habituer, alors que vous trouvez ça insupportable. Allez en consulter un autre alors, peut–être connaît-il des trucs que le premier ne connaît pas.
Allez aussi vous promener dans les pays pauvres asiatiques ou africains ou regardez les reportages à la télé. Il leur manque souvent des dents car là bas aussi le sucre raffiné et l’alimentation industrielle fait des ravages. Mais quand ils n’ont pas les moyens d’aller chez le dentiste faire autre chose que d’arracher leurs dents et quand ils sont suffisamment riches pour vivre dans des conditions d’hygiène décente, de paix du mental, ne pas être sous alimenté et avoir un toit sur la tête, ils n’ont alors généralement ni mal au dos ni aucune de toutes nos maladies compliquées. Etonnant non ! Evidemment, il est quand même mieux d’avoir une prothèse amovible pour mieux mastiquer et donc aider la digestion, pour mieux maintenir la colonne vertébrale avec une bonne occlusion dentaire aussi, et aussi pour l’esthétique et mieux parler, et pour favoriser la reminéralisation osseuse des sites d’extraction, par les pressions exercées de la prothèse amovible. Mais l’absence de dents, ce n’est pas si grave que cela sur la santé. C’est souvent moins grave médicalement parlant en tout cas, que d’avoir des dents dévitalisées dans le corps. Enfin, ce n’est que mon avis, et c’est à vous de voir car toute la profession sauf quelques hérétiques comme moi, dit exactement le contraire.

Argument 6 : Mon dentiste lui, me dévitalise les dents avec des huiles essentielles et ne met que des bons produits dans les racines. Est-ce que les dents dévitalisées qu’il me fait sont toxiques aussi.
Réponse : La toxicité des dents dévitalisées est certes de deux sortes. D’une part par les produits chimiques anti-inflammatoires mis dans les canaux des racines et d’autres part à cause de la putréfaction qui se libère de la dent dévitalisée. Les anti-inflammatoires empêchent l’organisme de réagir à l’infection éventuelle résultant d’un excès de bactéries. Evidemment, c’est mieux s’ils sont absents car au moins si l’organisme peut réagir, on ne masque pas ses réactions avec les anti-inflammatoires. C’est donc moins pire probablement. Mais cela ne résout pas le problème des germes toxiques nichés dans les canaux accessoires et les tubulis dentinaires, car dès que la pâte aux huiles essentielles sera sèche, les bactéries reprendront leur activité de production toxinique. Pas loin de mon cabinet dentaire à Cannes, il y avait aussi un dentiste qui se disait « bio », qui enlevait les amalgames dentaires au mercure, n’utilisait que des produits naturels et ne mettait que des huiles essentielles dans les canaux des racines des dents. Je pense qu’il devait déjà ainsi améliorer la santé de nombreuses personnes. Comme dans le milieu de la médecine alternative, les patients sont assez curieux et ont appris à prendre du recul par rapport à ce que disent et font les praticiens en général, ils continuent à aller voir ailleurs s’ils restent malades. Parfois certains de ses patients venaient aussi me voir après ses soins et j’enlevais alors leurs dents dévitalisées « bio ». Eh bien eux aussi ils guérissaient.

Argument 7 : Vous dites que des bactéries se nichent dans la dent et que c’est là le problème, mais des bactéries, il y en a plein l’intestin et il n’y a pas de problème pourtant.
Réponse : Les bactéries de l’intestin et celle de la bouche aussi d’ailleurs constitue une flore dite commensale ou saprophyte. En faisant un jeu de mot, ça profite à notre organisme. C’est bactéries sont de bonnes bactéries. Elles sont aérobies, c'est-à-dire « respire » de l’oxygène et servent à produire certaines vitamines même. Dans l’intestin, elles suppléent les processus de la digestion quand le système digestif proprement dit est un peu dépassé. Certes cela produit des gaz mais c’est mieux que de garder des matières non digérées. Ces bactéries enfin se situe dans ce qu’on appelle le milieu extérieur. Le milieu extérieur se distingue du milieu intérieur par le fait qu’il n’est pas baigné par le sang. Les bactéries de l’intestin ne sont donc pas en contact avec le sang. Lorsque les bactéries rentre dans le sang, on parle alors de bactériemie et parfois de septicémie, qui est une grave infection du sang. Tout cela n’a donc rien à voir avec les bactéries nichées dans les dents dévitalisées qui d’une part sont des bactéries anaerobies pour la plupart c'est-à-dire n’ayant pas besoin d’oxygène, et d’autre part sont en contact avec le milieu intérieur donc le sang. Et tout cela se passant juste sous le cerveau qui est l’organe de commande de toutes les fonction de l’organisme. 


II - Les arguments de dentistes.

 

Argument 8 : L’extraction des dents dévitalisées, est souvent longue difficile et nécessite des interventions qui éliminent beaucoup d’os autour de la dent, contrairement aux extractions de dents mobiles ou infectées. Cela rend ensuite les techniques implantaires plus complexes avec nécessité de greffes osseuses fréquemment. 
Réponse : Effectivement, les extractions de dents dévitalisés sont souvent bien plus complexes car les traitements chimiques endodontiques ont parfois tué aussi le ligament alvéolodentaire faisant que la dent se soude à l’os entraînant des arrachements osseux lors de l’extraction. Arrachements qu’on ne voit pas dans les dents mobiles ou infectées. Mais c’est un moindre mal par rapport à la toxicité des dents dévitalisées. Et pour corriger l’édentement, la prothèse amovible (le dentier) est alors l’indication de choix et non les implants. Elle permet de remplacer facilement tout l’os manquant et constituent la technique de remplacement la plus sûre pour la santé. Maintenant si on veut absolument faire des implants, il faudra en assumer les inconvénients notamment les greffes osseuses qui créent des cicatrices qui peuvent alors constituer autant de foyers perturbateurs de la santé comme en parle feu l’éminent Dr Issels dans le texte présent sur ce site.

Argument 9: Les prothèses amovibles offrent généralement des efficacités masticatoires moindres qu’avec des dents dévitalisées.
Réponse : C’est vrai mais c’est encore un moindre mal. On voit parfois des personnes totalement édentées qui mangent sans leurs dentiers des aliments très mous et se portent bien. Manger un peu moins bien est sans comparaison avec les inconvénients des dents dévitalisées. On peut aussi une fois que tout est bien cicatrisé et que la prothèse a déjà été portée un certain temps, agrandir les surfaces occlusales dents prothétiques (souvent trop petites), avec du composite de laboratoire directement en bouche avec la lampe à composite puis renvoyer le tout polir et polymériser au laboratoire. C’est du travail supplémentaire certes mais on améliore encore l’efficacité masticatoire.


Argument 10: Les prothèses amovibles nécessitent des rebasages fréquents car l’os se résorbe.
Réponse : Si on enlève la prothèse la nuit, quand on dort, contrairement à ce que conseillent certains dentistes, on limite le nombre de rebasages, voire on les évite carrément. La gencive peut alors regonfler la nuit et l’os se reminéraliser et ne pas se résorber. Ainsi, on fait généralement un rebasage un an ou deux après les extractions puis ensuite quasiment plus. Sinon, c’est qu’il existe aussi un problème de minéralisation général qu’il faut corriger, et c’est un autre sujet. Garder sa prothèse en position couchée n’a d’ailleurs aucun intérêt médical car en position allongée, les dents sont en inocclusion et donc l’effet thérapeutique d’une bonne occlusion est hors sujet ici.

Argument 11: Les personnes supportent mal les prothèses amovibles alors que leurs dents dévitalisées ne leur font que rarement mal.
Réponse : C’est vrai et c’est ce qui a fait tout le succès de la dent dévitalisée et les conséquences catastrophiques sur la santé publique que cela a eu. Pour les prothèses amovibles, essayer notamment d’en faire sans métal avec des plastiques coulés, même si c’est moins bien remboursé je sais, de dégager la papille retroincisive, de faire des contre plaques plutôt que des contre crochets. Les personnes les supporteront mieux alors. Il y a bien sûr certains cas très difficiles, mais c’est assez rare. Parfois cela vient de l’os qui est encore douloureux, et c’est alors une autre histoire. Il faut qu’il soit sain et les contours doivent être exempt de pointes osseuses. Pointes qu’on peut souvent éliminer avec une petite anesthésie directement avec une fraise allongée, sans nécessairement utiliser le bistouri et les sutures pour faire des lambeaux de gencive.

Argument 12 : Lorsqu’une dent dévitalisée présente un problème d’infection visible à la radiologie et que la dent est retraitée (redévitalisée), l’os abimé peut se guérir et se reminéraliser. Comment expliquer que de telles dents puissent affecter la santé générale alors que leur environnement immédiat se guérit.
Réponse : Je ne prétends pas tout expliquer, et surtout pas avec les éléments habituels de la médecine conventionnelle. Peut-être que la dent dévitalisée possède une toxicité qui s’explique autrement que par les explications conventionnelles. La dent dévitalisée est un cas particulier, car elle peut générer un empoisonnement du aux toxines bactériennes sans infection au sens classique du terme. Cela sort des schémas conventionnels de l'infection. Sans compter sur les relations subtiles qui existent entre chaque dent et des zones de l'organisme et dont l'explication est plus du domaine de la médecine énergétique que conventionnelle. D’éminents scientifiques et médecins tels Boyd Haley ou Issels, affirment et constatent que des dents sans destruction osseuse constituent des foyers toxiques à distance. On peut très bien imaginer qu’une dent qui guérisse son environnement immédiat, intoxique des organes à distance. La dent dévitalisée est un cas très particulier et il m’est difficile de trouver des analogies vraiment correctes. Mais notre médecine est aussi pleine d’exemples de médicaments chimiques qui ont un effet bénéfique sur un organe précis ou une maladie précise mais intoxiquent un peu le reste de l’organisme. La science se base avant tout sur des faits. Les faits sur des milliers de patients améliorés dans leur santé en enlevant de telles dents sont attestés par de multiples médecins. Maintenant, je veux bien croire que ces dents sont les moins toxiques de toutes les dents dévitalisées. Mais pour combien de temps ? Les bactéries se multipliant et se modifiant en espèce avec le temps, peuvent très bien rendre cette dent dévitalisée à nouveau très toxique dans les années, voire les mois suivants le retraitement, sans détruire l’os environnant qui une fois reconstruit est encore bien plus solide qu’avant (c’est ce que constate les orthodontistes d’ailleurs avec l’os néoformé due aux tractions des dents).

Argument 13 : On a édenté des milliers de personnes aux Etats-Unis pour rien à cause de cette théorie fumeuse qui provoque des situations d’édentation irréversibles.
Réponse : Ce qui est intéressant dans cette affirmation c'est qu'elle a au moins le mérite de rapporter qu'aux Etats-Unis il a existé un grand courant alternatif qui remettait en question la dévitalisation dentaire. Ce courant existe toujours d'ailleurs. Mais l'analyse qui est faite de cette information est une manipulation par la peur qui ne vise qu’à cacher des motivations plus que discutables. Les empoisonnements produits par les dents dévitalisées sont aussi irréversibles parfois. Dire qu’on a édenté pour rien des milliers de personnes, ce serait en plus vraiment prendre les médecins et dentistes américains qui ont réalisé cela et les patients qui s’y sont soumis pour des imbéciles, et nous aussi par la même occasion. On n’édente pas des milliers de personnes quand on s’aperçoit au bout de quelques personnes que cela ne produit aucun bienfait sur la santé. Je n’aurais jamais pu agir ainsi moi-même une dizaine d’années sur des centaines de patients, si la plupart de mes patients n’avaient guéri après coup. Ils m’auraient étripés bien avant que le Conseil de l’Ordre ne le fasse. Seules trois personnes qui avaient pourtant accepté d’enlever leurs dents dévitalisées, sachant bien sûr que c’était une pratique alternative, m’ont fait ensuite un procès. A chaque fois elles étaient retournées voir leur ancien dentiste qui avait fait des couronnes en céramique sur ces dents dévitalisées ou un dentiste qui fait cela couramment, pour leur demander un avis alors qu’elles avaient une alvéolite (infection de l’alvéole) comme cela arrive de temps en temps. Imaginez juste ce qui leur a été dit histoire de bien les manipuler, ce qui était d’autant plus facile qu’elles traversaient une période difficile de souffrances et qu’en se regardant dans un miroir, les apparences sont très trompeuses. D’un autre côté, des centaines de patients ont guéris de façon inespérée. Y a pas photo… Malheureusement cet argument n°13, mensonger a encore été utilisé dernièrement (en 2000 dans Biocontact) dans la presse alternative par quelqu’un qui a écrit beaucoup de livres sur la dentisterie naturelle, qui se dit un dentiste énergéticien car il enlève des amalgames au mercure et utilise des huiles essentielles plutôt que des produits chimiques (ce qui est bien par ailleurs), puis dit du mal des composites qui seraient soi disant cancérigènes et n’a surtout pour objectif, celui de vendre ses couronnes en or sur dents dévitalisées. Même si je reconnais que l’or est un très bon matériau et que certains composites sont un peu toxiques c’est vrai (il vaut mieux en choisir certains autres et les polymériser correctement) ce dentiste n’a pas l’humilité de dire qu’il n’y connaît rien dans le domaine de l’infection focale. Je l’ai eu au téléphone et il a fini par m’avouer qu’il n’avait essayé d’enlever que deux ou trois fois dans toute sa carrière une dent dévitalisée qui ne faisait pas souffrir, pour guérir une affection à distance. Deux ou trois fois, c’est à peu près ce que j’ai fait quotidiennement pendant une dizaine d’années. Il n’est pas question de juger ici ce confrère qui est d’ailleurs aussi persécuté par l’Ordre pour son engagement anti-amalgame au mercure, car qui n’a jamais manqué d’humilité en avouant qu’il ne savait pas ? Sûrement pas moi d’ailleurs, mais ici, en se présentant comme un expert du sujet, il contribue ainsi lui aussi et de façon irresponsable et démagogique, à tuer une idée qui pourrait réduire de nombreuses souffrances chez des millions de personnes.

Argument 14 : Des personnes font enlever leurs dents dévitalisées et restent malades puis ont perdu des dents. Nous dentistes, passons alors pour des arnaqueurs.
Réponse : Effectivement c’est possible et c’est très fatiguant à gérer au quotidien, je le sais, et c’est commercialement catastrophique à tous les niveaux. Mais c’est tellement enrichissant pour l’âme de redonner la santé aux personnes malades, que le jeu en vaut la chandelle. Il faut certes être un peu téméraire aujourd’hui pour se lancer seul dans une telle pratique sans être soutenu par un médecin qui confirme cette façon d’exercer. Et encore… j’en sais quelque chose. Mais à part quelques rares exceptions qui peuvent s’expliquer (mental perturbé par un conflit de théorie sur les dents dévitalisées, mauvais suivi post-opératoire etc…), les patients ont un regain de vitalité et en auront toujours si on fait ce qu’il faut. Sauf rares exceptions car une intervention chirurgicale même dentaire est quand même une intervention chirurgicale, c'est-à-dire quelque chose de fatiguant et qui présente toujours des risques surtout sur les personnes déjà très fatiguées. Le Dr Crussol, chirurgien dentiste, donnaient toujours de la vitamine C quelques jours avant et après les interventions et avait constaté que les suites opératoires étaient bien meilleures. Il tamponnait même les alvéoles fraichement extraites de poudre de vitamine C. Personnellement, certaines techniques, d’acupuncture et d’ozonothérapie notamment, m’ont rendu aussi parfois des services inestimables sur des patients totalement épuisés que peu de chirurgiens se seraient risqués à opérer. Des patients à l’article de la mort mais aussi pour lesquels l’extraction des dents dévitalisées était aussi vitale qu’urgente. Aucun n’est jamais décédé suite à une de mes interventions ni dans les semaines qui ont suivi, même si certains déjà très malades, sont décédés malgré tout dans les mois qui ont suivi. D’autres ont guéris et bien plus que certains spécialistes médicaux auraient pu penser que ce fut possible car ils n’ont jamais expérimenté dans leur pratique médicale, le fait de faire ôter à leurs patients malades, les foyers infectieux dentaires. Il y a bien sûr de multiples facteurs en cause pour guérir. Il n’est malheureusement pas toujours suffisant d’enlever des dents dévitalisées pour guérir de tout, c’est évident. Nul ne le prétend d’ailleurs, ce serait vraiment absurde. La médecine a aussi bien sûr un rôle important à jouer pour redonner la santé même si les mécanismes d’autoguérisons sont parfois suffisants et que parfois une certaine médecine aurait bien fait de s’abstenir dans certains cas. Ce qui est sûr c’est que de garder des poisons dans la bouche ne peut pas arranger la santé et que les enlever permet de bien mieux guérir toutes les maladies. 
D’autre part, quand on a tapé pendant des années sur un doigt, avec un marteau, il ne suffit pas d’enlever la cause, ici le marteau, pour que le doigt retrouve son état initial. Il faut aussi soigner le doigt abîmé, c'est-à-dire les conséquences du marteau. Avec les dents dévitalisées et les maladies qu’elles provoquent, c’est pareil.

On pourra aussi se poser les questions suivantes dans le domaine strictement bucco dentaire ?
A-t-on tout fait pour éviter la persistance de cavitations infectieuses ?
A-t-on éliminé toutes les mémoires des dents dévitalisées dans l’os des maxillaires (des mâchoires), ainsi que les cicatrices d’extraction toxiques au niveau de la gencive en les traitant par la cautérisation.
L’os est-il bien cicatrisé (ce que la prothèse amovible aide à faire par les pressions exercées, contrairement au bridge)?
Autant de facteurs qui peuvent constituer des foyers réactogènes toxiques et qu’une approche énergétique peut identifier puis déconnecter.

Les dents dévitalisées, vous l’avez compris, ce n’est pas juste un problème de dent, mais aussi d’os malade autour de la dent, car intoxiqué par les bactéries nichées dans la dent et les toxines qu’elles sécrètent. Cet os maxillaire malade transmet d’ailleurs fréquemment son état pathologique aux enfants de ceux qui possèdent des dents dévitalisées, tout comme tout organe malade transmet parfois son état pathologique à notre descendance. Les enfants de diabétiques ont plus de chance d’être aussi diabétique par exemple. C’est de la génétique. L’os maxillaire génétiquement affecté aura alors du mal à grandir suffisamment pour contenir toutes les dents donnant ainsi des problèmes orthodontiques dont l’effarante fréquence actuelle chez nos enfants est encore un mystère pour notre chirurgie dentaire, tout comme le l’effarant développement de nombreuses maladies l’est encore pour notre médecine actuelle. Regardez les reportages à la télé sur les enfants pauvres d’Afrique ou d’Asie. Même s’ils sont aussi souvent nourris avec de l’alimentation industrielle bien souvent, ils n’ont jamais les dents tordues comme nos enfants des pays riches dont les parents se font dévitaliser les dents. L’explication des dents dévitalisées des parents pour les problèmes orthodontiques me parait toute logique comme celle de dire que de garder de la mort dans un organisme vivant ne doit pas être la meilleure idée pour conserver la santé, qu’on peut aussi appeler la vitalité de l’organisme.

Fin.

Classé dans : Articles

Mots clés : aucun

Commentaires

Site référence #1

12 février 2017, 09:52

Site au top !

Fil Rss des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la deuxième lettre du mot vzfz