Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

La source du mal

02 janvier 2009

Bruno DARMON

Notre médecine moderne comme tous les domaines de la société est imprégnée d’une logique commerciale. Ma foi, cela tout le monde en a à peu près conscience. Le problème est qu’à peu près tout ce qui sort de cette logique commerciale est écarté, voire combattu si des intérêts sont carrément mis en danger et cela même la santé de millions de personnes pourrait être améliorée grâce à ces dites informations. Cela trop peu de personnes en ont conscience en général car sinon ça changerait. Pour illustrer ces propos par quelques exemples, pendant des années, l’ostéopathie et les ostéopathes ont été combattus par la médecine, et avant eux les homéopathes et les acupuncteurs. Des domaines qui ont fini par plus ou moins s’imposer grâce au succès qu’ils ont eu auprès du public.

Mais si ces grandes disciplines médicales ont fini par gagner leurs lettres de noblesse, ce n’est pas le cas de bien d’autres disciplines qui sont tuées dans l’œuf avant de pouvoir obtenir une reconnaissance du public. Non pas qu’elles ne soient pas efficaces voire extraordinaires même parfois, mais elles sont peut-être un peu compliquées à accepter par le public ce qui fait que seule une minorité de patients s’y intéresse. Restant alors très minoritaires, il leur est assez facile de se faire massacrer par une corporation médicale qui ne se comporte pas plus noblement que se comporterait une entreprise commerciale qui défend avant tout ses intérêts, et donc détruit la concurrence avec l’aide d’un article de loi qui s’appelle l’interdiction d’exercice illégal de la médecine ou simplement avec l’interdiction d’exercer signifiée par les Conseils de l’Ordre si ceux qui appliquent ces méthodes trop concurrentielles sont des diplômés. Ce système, Conseil de l’ordre et justice, qui à l’origine est sensé protéger les patients se retourne en définitive contre la santé publique dans les faits. Je peux prendre des exemples concrets. L’ozonothérapie, une thérapeutique utilisant l’ozone qui revitalisent les tissus en les suroxygénant, très peu connue en France et pourtant très efficace, même si elle n’a jamais été remboursée par la sécurité sociale, a été combattue par la médecine et nombre de médecins ozonothérapeutes ont été interdits d’exercer. Mais c’est aussi ce qui arrive encore à certains homéopathes s’ils ont le malheur d’exprimer leurs avis sur certains traitements chimiques. Le Dr Gardenal pour ceux qui connaissent l’histoire, en a fait les frais dernièrement, elle qui n’était pas très motivée pour conseiller à ses patients la cancérologie moderne. On ne compte plus non plus comme interdits d’exercer, ces médecins qui se sont opposés aux vaccinations. La liberté d’expression n’est pas de règle dans le milieu médical…. ni même les débats sur la place public, ou plutôt les médias, pour tout ce qui remet en question les dogmes modernes médicaux qui sont présentés comme des vérités absolues, elles mêmes reflet du progrès incontestable sauf par des marginaux et des méchantes sectes dont il faut se méfier, c’est bien connu….. C’est d’ailleurs comme un progrès incontestable qu’est présentée la dent dévitalisée par la profession, un progrès qui a permis de sauver de millions de dents. Eh oui c’est vrai en plus mais en rajoutant aussi que cela a permis de créer aussi des millions de maladies graves et de cancers. Une vérité peut en cacher une autre encore plus importante… Et cela est vrai dans nombre de domaines de la médecine moderne. Les vaccins en sont aussi un bon exemple. Certes ils évitent les maladies pour lesquelles on vaccine mais tout comme pour la dent dévitalisée, lorsqu’on se penche sur le sujet avec un œil critique et une vision globale, il n’est pas si sûr que cela que leur bilan soit globalement positif.
« Après tous les vaccins, je me rappelle que mon enfant a eu des infections qui ont été soignées par antibiotiques, comme cela se doit évidemment car il n’y a pas d’autres solutions, puis comme il était de plus en plus fatigué, alors on a fait des examens médicaux et les médecins ont découvert une leucémie. Oh là là incroyable non, et heureusement qu’on a la sécurité sociale en France et le meilleur système de santé du monde…. ». Cette réflexion de gentille, de brave personne, me rend avant tout triste. Et je suis encore plus triste de voir la vie d’enfants gâchée par tant de crédulité chez ces personnes qui se disent les aimer et qui croient encore que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes dont notre médecine fait partie. Ces braves gens qui empoisonnent leurs enfants avec la certitude qu’ils n’ont fait que le mieux qu’il puisse y avoir et qui ne s’imaginent pas une seconde qu’ils ne sont que les pantins de la Matrix. J’aime bien ce terme de Matrix en référence au film du même nom que je vous conseille vivement de voir d’ailleurs. Un film dont le nom fait référence à une matrice qui en mathématique représente un outil d’organisation élaboré de multiples données. La Matrix médicale est effectivement élaborée tel un système redoutablement organisé. Mais organisé d’une organisation sans conscience qui en fin de compte conduit surtout à empoisonner, manipuler et exploiter les braves gens, en achetant au passage la caste médicale pour mieux renforcer la médecine des poisons qui est très probablement sous la haute gouvernance du prince des ténèbres qui se nourrit de vibrations de souffrance comme vous et moi nous nourrissons des aliments. Mais tout cela sert d’une certaine façon à l’évolution des uns et des autres. Combien faudra-t-il de souffrances à ces braves gens pour qu’enfin ils se réveillent de leur léthargie et comprennent que leurs cotisations sociales servent avant tout à engraisser cette bête immonde matricielle qu’ils ont laissé se développer par leur propre bêtise d’une certaine façon, en commençant en général en se rendant complice par leur passivité du meurtre de la liberté d’expression, notamment dans le domaine médical. Et ne croyez pas que c’est par la violence vis-à-vis de la caste médicale ou de qui que ce soit que la problématique se résoudra car alors cela ne ferait que renforcer la puissance des forces démoniaques qui d’une certaine façon il est vrai, œuvrent pour protéger la vie en encourageant même s’il le faut, les expressions les moins conscientes de cette vie à s’autodétruire entre elles. Après tout ce sérieux, il faudrait un peu d’humour… Connaissez-vous la prière du dentiste ? C’est « Mon Dieu, prothésez-nous », car c’est avec les prothèses notamment les couronnes sur dents dévitalisées que les dentistes gagnent le plus d’argent… Un humour tout à fait adapté d’ailleurs au sérieux du discours précédent.
Mais revenons à nos moutons c’est-à-dire à nos vaccins qui évitent certaines maladies. C’est comme toute l’allopathie qui il est vrai a sauvé tant de vie mais d’un autre côté nous fabrique une civilisation de grabataires et d’handicapés et dégénère l’espèce humaine en affectant son patrimoine génétique. Mais bon à part ça, rien de grave…. Eh oui une vérité peut en cacher une autre bien plus terrible, et cela est d’autant plus terrible qu’il existe des solutions alternatives dans les médecines naturelles qui n’ont pas ces effets secondaires terribles. Mais ce sont des solutions qu’il faut arrêter de tuer dans une attitude hégémonique que notre civilisation aime bien adopter notamment dans le domaine médical. Il serait alors nécessaire d’accepter de remettre en question ce que l’on pense être des vérités incontestables en commençant par laisser s’exprimer ceux qui les contestent justement et non pas en les opprimant comme c’est fait aujourd’hui. Le vrai progrès commence par une attitude de non violence vis-à-vis de ceux qui expriment des idées qui dérangent certains. Il est certes facile pour une majorité de faire taire une minorité par la force, par des sanctions notamment, comme ça a été le cas pour moi avec les dents dévitalisées, ou comme c’est le cas pour ces médecins qui remettent en question le bien fondé des vaccinations ou de la radiothérapie ou la chimiothérapie en cancérologie par exemple, mais c’est pourtant là que commence l’atteinte à la liberté d’expression. Et la liberté d’expression est la première marche de l’escalier de l’évolution de notre civilisation, car c’est d’elle que nait le débat d’idée dont peut émerger une certaine expression de la vérité. « Au début était le verbe….. » pour rappeler cette phrase de la Bible. Alors bien sûr ceux qui attentent à la liberté d’expression ont aussi leurs arguments et je les rappelle. « Ah oui ! Mais si on laisse dire n’importe quoi, les gens vont être perdus et la santé c’est trop important pour jouer à ça, alors on se doit de faire taire ces voix discordantes qui ne conduiraient en fait qu’à plus de morts et de souffrances. » C’est sur ce genre de théorie qu’on a construit des systèmes totalitaires et enfermé des gens dans des goulags. C’est sur ce genre de théorie perfectionniste que notre médecine moderne est devenue elle-même un système totalitaire en fait, car c’est ce qu’elle est aujourd’hui aussi incroyable que cela puisse paraitre. Et la première chose à faire pour sortir de cet état que je qualifie d’hystérique est d’édicter des lois pour protéger cette liberté d’expression, et cela même dans le domaine médical. Car à interdire de dire des bêtises on en est arrivé en fait tout à fait au résultat inverse c’est-à-dire à un système médical qui est d’une certaine façon une gigantesque bêtise qui ruine notre civilisation tout en produisant toujours plus de malades. Pour approfondir un peu sur la liberté d’expression je vais peut-être vous choquer car je ne suis pas vraiment politiquement correct mais la liberté d’expression implique pour moi le droit de défendre même les théories les plus absurdes sans être en quoi que ce soit pénalisé même dans son travail notamment. Pourquoi vouloir opprimer les négationnistes par exemple qui nient les camps de concentrations de la dernière guerre et même de vouloir édicter une loi comme certains y pensent pour punir les négationnistes. Je connais bien un rabbin qui dit que ce qui était arrivé pendant la dernière guerre mondiale aux juifs est le juste résultat d’un éloignement de ce peuple des lois de dieu. Que d’une certaine façon ils ont eu ce qu’ils méritaient. Une sorte de karma en quelque sorte. Eh bien même si ce rabbin vit en Israël, ce n’est pas parce qu’il dit ça qu’on le persécute. Pour lutter contre le négationnisme, Il suffit juste d’informer sur les faits pour ridiculiser ceux qui en niant les faits se ridiculisent d’eux-mêmes. Pour aller encore plus loin et finir, je dirais que même les discours racistes et qui prônent la haine ne doivent ni être punis et empêchés d’être exprimés. On ne supprime pas le racisme en empêchant son expression et en le punissant par les tribunaux, au contraire même, je pense qu’ainsi on le favorise. On ne supprime le racisme qu’en développant la conscience que nous sommes tous frères et sœurs et créatures de Dieu fait avant tout pour aimer son prochain, ce que les religions font d’ailleurs. Mais pour en revenir à nos moutons c’est-à-dire à la démonstration que notre médecine actuelle a eu jusqu’à présent une attitude hégémonique revenons-en à certains faits. Ont été aussi souvent emprisonnés, les guérisseurs en général, les magnétiseurs aussi, les rebouteux, les naturopathes surtout s’ils déconseillent à leurs patients les médicaments chimiques prescrits par les médecins, les découvreurs de médicaments qui sortent d’une certaine logique commerciale. Les exemples ne manqueraient pas. Même celui qui a apporté la macrobiotique en France, qui est aussi une façon de s’alimenter pour rester en bonne santé, Georges Oshawa, fut jadis traduit devant les tribunaux par le Conseil de l’Ordre de médecine. Jadis du temps du gouvernement de Pétain, ce furent tous les médecins juifs qui furent interdits d’exercer par le Conseil de l’Ordre. Plus récemment ce fut le Dr Hamer qui remis en question la cancérologie moderne qui passa trois années dans les prisons françaises. Mais le reste du monde ne manque pas d’exemple. Une scientifique canadienne, Hulda Clark qui remet en question aussi depuis des années la médecine conventionnelle est condamnée à l’emprisonnement aux Etats-Unis et a due s’exiler au Mexique où elle a ouvert un centre de médecine alternative. Centre dans lequel elle fait d’ailleurs enlever les dents dévitalisées de ses patients…Mais il y en a tellement d’autres exemples moins connus aussi, si vous saviez. Si vous êtes malade et en recherche d’autres solutions que celles apportées par notre système médical, il est important que vous en soyez conscient car c’est peut-être en cherchant hors des sentiers battus que vous trouverez vos solutions. N’espérez pas de la corporation médicale qu’elle vous apporte des solutions qui représentent un concurrence pour elle. Actuellement, c’est le règne de la chimie médicale bien souvent qui peut se mettre en boite et se vendre facilement. Une chimie qui a aussi d’une certaine façon plus ou moins détruit la médecine des plantes en s’arrangeant pour que le diplôme d’herboristerie ne soit plus reconnu en France et que seule les pharmacies soit habilitées à délivrer des plantes, ce qu’elles ne font quasiment pas car cela sort d’une certaine logique commerciale, renforcée par les bons remboursements de la sécurité sociale pour tout ce qui est chimique. Le grand problème est que si la chimie médicale soigne d’un côté, elle pourrait bien être la première cause des maladies graves qui apparaissent ensuite. La conscience de la toxicité des dents dévitalisées fait partie évidemment de ces informations méconnues et inappliquées qui pourraient constituer une aide considérable à la guérison des patients. Cet hégémonisme de la médecine actuelle sur certaines informations est d’autant plus dommageable que la maladie est devenue un fléau qui ruine notre société tant sur le plan humain que économique d’ailleurs, alors que certaines informations méconnues voire sciemment occultées permettraient de résoudre en grande partie nombre de problèmes, probablement bien plus que les sommes faramineuses récoltées pour le Téléthon par exemple. Le jeu en vaudrait donc la chandelle. Seulement voilà, ces informations très minoritaires donc très fragiles, et qui devraient idéalement être protégées pour le bien être de la population, sortent d’une certaine logique commerciale et demanderaient aussi souvent de la part des patients une certaine remise en question de leurs croyances. Ces remises en questions sont d’autant plus difficiles à effectuer que la population est conditionnée à croire que seule la science moderne est apte à trouver des solutions aux maladies et que c’est là que réside le seul espoir à avoir. Si vous lisez ce texte, il est probable que vous n’êtes pas dans ce cas, néanmoins il n’est pas inintéressant d’analyser et de décortiquer même pourquoi certaines informations importantes restent largement méconnues et inemployées. J’utiliserai pour cette tache l’étude du cas de la toxicité des dents dévitalisées mais cette analyse vaut aussi pour nombre d’autres informations précieuses non exploitées par la médecine. On comprendra alors pourquoi dans le domaine médical, le « si c’était vrai ça se saurait » est très souvent faux aujourd’hui dans notre société. Cette analyse a d’autant plus de valeur qu’elle n’est pas juste théorique mais illustrée de nombre de faits réels que j’ai croisés dans mon action d’information sur la toxicité des dents dévitalisées durant des années.
Pour expliquer en très résumé ce qui va être développé ici, je citerai une phrase de la Bible : « on ne peut servir Dieu et Mammon » qui signifie qu’on ne peut avoir pour priorité de servir la vie et ses propres intérêts financiers, il faut choisir. D’une autre façon on pourrait aussi dire que c’est parce que l’homme s’est éloigné de la spiritualité, qui en premier lieu lui permettrait de comprendre que tous les humains sont frères et sœurs. Et d’une certaine façon, à un niveau subtil qui est difficilement accessible aux non croyants, comprendre que servir l’autre c’est aussi se servir soi même. Aujourd’hui la croyance généralisée est plutôt issue de la croyance darwinienne dans la lutte pour la sélection naturelle ce qui revient à croire que la vie est un combat contre les autres pour survivre. Cette croyance n’est pas indépendante de celle que la seule préoccupation à avoir est de servir ses propres intérêts. Toute action qui remettrait par conséquent en question ses intérêts est à combattre, même si elle présente un intérêt pour la collectivité. Lorsqu’il s’agit des intérêts d’un groupe, on parle alors de corporatisme. La médecine n’échappe pas à cette forme de pensée corporatiste. Mais parfois il peut s’agir aussi d’une information qui ne présente aucun intérêt pour aucune corporation et donc qu’aucune corporation n’a à gagner à ce que la nouvelle information soit connue, même si le bien être de l’humanité entière pourrait être amélioré. Dans ces cas, le rôle des lois, du gouvernement et des médias sont alors essentiels si tant est que les médias effectuent correctement leur rôle c’est-à-dire d’informer et de mettre véritablement en exergue les informations précieuses afin que la population soit informée. Mais encore faut-il que la population soit apte à comprendre tout l’intérêt de ces dites informations, ce qui est encore une autre paire de manche. Nombreuses sont les informations trop spécialisées pour être comprises à leur juste valeur par le grand public. La médecine est un particulièrement bon exemple de cela avec son charabia médical. Le grand public s’en remet alors aux spécialistes, et on les comprend. Et avec une confiance d’autant plus aveugle que c’est le domaine médical. Domaine qui est considéré comme particulier par la population, comme si les acteurs du système médical s’étaient affranchis des bassesses humaines. La population a une forme d’admiration quasi hypnotique vis à vis de la médecine. Le système de remboursement mis en place y est pour beaucoup. Lorsqu’on consulte ces personnes, elles nous rendent service et en plus on ne paie pas en quelque sorte. Cela les rend particulièrement sympathiques, c’est vrai. En plus tout le monde sait que les études médicales sont des études particulièrement difficiles. Les médecins bénéficient d’un capital sympathie qu’on ne rencontre quasiment nulle part ailleurs dans la société. Si les pompiers peut-être aussi…C’est comme si la société pensait que nos médecins (et nos dentistes aussi) étaient au delà des considérations mercantiles qu’on peut rencontrer dans les autres domaines de la société. Elle pense donc plus qu’ailleurs, que comme la santé est un domaine sacré, c’est : « si c’était vrai ça se saurait ». Ce texte va vous démontrer au contraire qu’en fait dans la médecine, c’est peut-être pire qu’ailleurs et en tout cas ce n’est pas mieux. Les spécialistes de la santé ont aussi dans leur tête les croyances que la vie est un combat contre les autres, que la seule préoccupation à avoir est de servir ses propres intérêts et que toute action qui remettrait en question ses intérêts est à combattre, même si elle présente un intérêt de la collectivité. Et face à un public sous hypnose, la tache laissant le public dans l’ignorance d’informations essentielles mais anti commerciales est assez facile tandis que la tache qui consiste à diffuser une information nouvelle qui n’est pas aidée par le système médical ou pire qui est combattue est extrêmement difficile. Et c’est là tout le problème. Mais le jeu en vaut la chandelle car je pense que c’est justement d’une certaine façon à cause de cette problématique d’hypnose collective que notre société est particulièrement malade aujourd’hui.
Toute information qui remet en question les intérêts de la corporation médico dentaire a peu de chance d’émerger grâce au tandem Conseils de l’ordre et les experts médicaux auprès des tribunaux. Il suffit alors d’y adjoindre des juges qui ont un pois chiche dans la tête, et ce n’est pas ce qui manque avec le système de recrutement actuel des juges, pour que le système pervers fonctionne à la perfection. Évidemment en théorie, le Conseil de l’ordre est là pour protéger la population ignorante de dérives charlatanesques et il est vrai que parfois cela est effectivement fait. Mais étant donné que le Conseil de l’Ordre est constitué de personnes sans spiritualité particulière, dans les faits, la protection des intérêts corporatistes est encore bien plus souvent réalisée.
On entend aujourd’hui souvent incriminer les pollutions environnementales, alimentaires et toute cette chimie qui a imprégné notre mode de vie, comme la cause principale de nos maladies. Cela est même à la mode chez certains médecins qui se découvrent une âme d’écologistes en ne faisant d’ailleurs que répéter ce que les vrais écologistes disaient depuis des années. De façon étonnante, leur discours a peut-être plus de poids car étant médecin ils bénéficient du capital sympathie de la population vis à vis de tout le système médical. Mais certains sont eux-mêmes parfois dans leur pratique quotidienne de fervents adeptes de la médecine moderne chimique des poisons qui empoisonne encore plus que tout ce qu’ils dénoncent. Selon moi la cause principale des maladies graves et des cancers aujourd’hui est plus à rechercher dans notre médecine moderne et notre chirurgie dentaire qu’ailleurs et je vais en partie expliquer pourquoi ici, même si le texte « la médecine des poisons » l’explique encore plus.
Dans une logique mercantile, la médecine va nécessiter des produits à vendre si elle veut s’enrichir. On va donc rechercher des produits à vendre, des produits médicaux qui peuvent se fabriquer en masse de préférence, comme l’industrie chimique peut le faire par exemple. En plus ces produits vont fabriquer des clients nouveaux en les soignant d’un côté tout en les empoisonnant de l’autre, ce qui ma foi n’est pas pour déplaire à la logique mercantile. Les examens inutiles, couteux et toxiques mais remboursés par la sécurité sociale, sont nombreux aussi. Par contre lorsque certaines solutions ne rentrent pas dans cette logique mercantile, ils n’intéressent pas la médecine. Prenons un exemple simple, le jeune, c’est-à-dire le fait de s’arrêter de manger pendant un ou plusieurs jours, en renouvelant régulièrement si besoin. Le jeune est souvent la méthode la plus simple pour retrouver la santé. Ce n’est toutefois pas toujours suffisant je vous l’accorde mais pourtant aussi, bien plus souvent qu’on ne le pense surtout lorsqu’on n’a plus de dents dévitalisées. Évidemment, le jeune ne fait rien vendre et ne rentre pas dans la logique commerciale de notre système médical. Il suffit de rester chez soi en se reposant et d’arrêter de manger en buvant éventuellement des tisanes. Eh bien connaissez-vous beaucoup de médecins qui vous en ont parlé ? Personnellement la première fois que j’en ai entendu parler, c’est en fréquentant une secte… Une secte qui prône notamment la non violence et dont la fréquentation m’a aussi valu d’être persécuté jadis (prison, menaces de retirer les enfants à leur mère qui a aussi failli perdre son emploi de fonctionnaire etc…). Décidément, j’aime bien me mettre dans des situations d’être persécuté semble-t-il. Je pourrais vous en raconter d’autres mais bon ça serait un peu hors sujet. Il faudra plutôt que j’en parle à mon psychiatre….
Pour en revenir au jeune, c’est-à-dire au fait d’arrêter de manger un certain temps, eh bien sachez qu’il existe encore bien d’autres exemples de méthodes thérapeutiques efficaces qui ne rentrent pas dans la logique commerciale de la médecine moderne et qui passent de la même façon aux oubliettes.
La médecine va surtout rechercher des produits qui ont un certain côté pratique même si les effets secondaires peuvent être terribles pour la santé à long terme. Terribles mais bien sûr très subtils à mettre en évidence. Des produits qui répondent aussi aux attentes d’un public qui ne veut pas remettre en question ses habitudes et souvent même s’arrêter un peu de fonctionner le temps de se rétablir. Un public qui bien sûr ne va pas faire le lien entre les dit produits et les maladies qui arrivent ensuite à cause des dit produits et cela d’autant plus qu’au début, les apparences sont trompeuses. Au début, il y a une certaine satisfaction à bénéficier de tels produits, un peu comme le drogué est satisfait au début de ce que lui apporte sa drogue. Drogues qui le mettent dans un état de dépendance encore plus grand vis à vis du système médical. On augmente ainsi en plus la masse de clientèle. Tout cela en s’assurant que le patient ne s’aperçoive jamais des immenses effets pervers des produits qui lui sont fournis. On parle tout au plus d’effets secondaires. Quant à ceux qui essaieraient de lui faire prendre conscience de la perversité de ces produits, malheur à eux. Les prisons françaises comptent ou ont comptés nombres de naturopathes ou membres de sectes qui ont osé remettre en question les traitements médicaux chimiques, chirurgicaux, de chimiothérapie, vaccinaux, de radiothérapie et les examens toxiques divers grâce à la triade démoniaque : Conseil de l’Ordre, expert auprès des tribunaux et juge avec un pois chiche dans la tête appliquant sans en mesurer les conséquences néfastes pour la population, l’interdiction d’exercice illégale de la médecine ou de la pharmacie et tuant ainsi du même coup la liberté d’expression qui devrait être un fondement de notre civilisation.
On peut facilement comprendre que la dent dévitalisée entre tout à fait dans la catégorie des produits commerciaux qui s’intègrent totalement dans la logique mercantile. Au début, elle ne présente que des avantages. Le patient n’a plus mal et il conserve sa dent. Ensuite c’est l’argument idéal pour vendre le produit le plus rentable de la dentisterie, c’est-à-dire la fameuse couronne dentaire qui protègera la dent dévitalisée de la fracture inévitable sinon, due à la dessiccation de cette dernière. Ensuite la dent dévitalisée apportera nombre de maladies donc des clients à l’industrie médicale qui donc ne va pas s’en plaindre, surtout que les clients sont conditionnés à recevoir les médicaments issus de la recherche médicale scientifique, qui va soi disant résoudre leur problème. L’idée d’enlever des dents pour retrouver la santé ne rentre pas vraiment dans les concepts classiques. Il faudrait donc beaucoup de courage à un médecin ou un dentiste pour informer de la toxicité des dents dévitalisées. Il se mettrait à dos la corporation des dentistes et en plus aurait du mal à faire accepter cette vision à des patients en attente du médicament miracle et dominé par les apparences notamment les apparences consécutives à l’extraction dentaire. Mais pourtant il existe de tels médecins même s’ils sont très rares.
Mais la dent dévitalisée n’est pas le seul exemple de produit médical qui rentre dans cette logique. Mais excusez moi de ne pas vraiment parler ici des autres exemples quand le public a déjà tant de mal à comprendre le problème dent dévitalisée qui pourrait bien être la première cause de cancers et maladies graves en France et dans le monde occidental, même avant les vaccins et l’allopathie en général. Enfin jusqu’à ce que nos centrales nucléaires fuient un peu trop.
Il serait tentant de penser après la lecture de ce texte, que la médecine est imprégnée par une logique mafieuse. Ce n’est pas totalement faux mais ce serait un peu trop simpliste aussi car la vérité est que le public est coresponsable de cet état de faits. Le public a laissé faire, a laissé trahir Dieu par ses religieux, a laissé tuer Dieu par ses scientifiques pour ériger Darwin en enseignant suprême des mécanismes de la vie, a choisi la chimie de l’homme sur celle de la nature en laissant tuer les herboristeries par les pharmacies, a choisi de léguer totalement le pouvoir sur sa santé, son bien le plus précieux, au corporatisme médico-dentaire. Le public a mis au sommet de la hiérarchie sociale, représentée la justice selon les enseignements religieux, ceux qui n’ont à l’évidence pas, ne serait-ce que par les critères de sélection universitaires, les capacités d’assumer une telle fonction. Bref le public n’a pas à stigmatiser la corporation médicale plus qu’une autre corporation. Donnez le pouvoir à une chaine commerciale de détruire la concurrence, de s’enrichir en empoisonnant les clients sans que personne n’ait le pouvoir de dénoncer ce fait, et n’importe quelle organisation agira de la sorte. Eh bien les membres de la corporation médico-dentaire ont tout simplement agit comme la plupart des autres corporations auraient agi. Ils n’ont rien fait de pire. Ils ont juste profité d’un système pervers qui était à leur avantage et qui leur a permis de s’enrichir avec la bénédiction et l’adulation de la population en plus. Tout ça parce que souvent ils sauvent aussi des vies et suppriment la douleur sans que nous ayons en plus à les payer ou en étant totalement remboursé grâce à des mutuelles, ce qui revient au même à peu près. Évidemment en terme d’image, ça aide c’est sûr… Puisque la place de Dieu était libre, ils l’ont alors occupé tout simplement avec la bénédiction de la population. Pourquoi résister à une telle tentation, surtout quand Dieu n’existe pas, que seuls existent les plaisirs ici bas et qu’après moi le déluge…. C’est le diable qui doit bien rigoler de tout ça, tandis que Dieu doit en pleurer. Mais cela n’empêche pas Dieu et Diable d’aller boire un verre ensemble au bistrot du coin comme de vieux copains et collègues qu’ils sont en fait car ils travaillent tous deux pour le même cause, aussi incroyable que cela puisse paraitre, l’évolution de la conscience. Mais ça c’est encore une autre histoire, bien qu’elle ne soit pas inintéressante à analyser un peu ici.
Le diable fait à l’évidence partie du monde angélique et lorsqu’on analyse un peu les écrits religieux, on s’aperçoit qu’en fait il ne fait jamais lui-même de mal. Il se contente de suggérer aux humains d’en faire eux mêmes, ne serait-ce qu’au début en suggérant à Adam et Eve de croquer la fameuse pomme du jardin d’Eden, ce que Dieu leur avait interdit de faire. Vous voyez, même Dieu a laissé au Diable la liberté d’expression car il estime, j’imagine, que la lui en priver ne serait surement pas la meilleure des choses à faire.
Vous pensez probablement que tout ce que je développe dans ce texte est une vision trop négative de l’être humain en général et de notre médecine en particulier et que tout ce que je dis n’est que très théorique en fait. Eh bien sachez que ce que j’ai écrit ici je l’ai vécu d’une certaine façon et c’est cette histoire que je vais vous conter maintenant.
Moi aussi je croyais alors que j’étais jeune dentiste que la seule préoccupation des médecins et des dentistes était de soigner les patients. J’étais d’une crédulité incommensurable. Lorsque j’ai compris l’immense implication de la dent dévitalisée dans la pathologie, j’ai fait nombres d’actions pour informer le corps médical et mes confrères dentistes. Vers la fin de mon exercice, j’ai même voulu organiser à Cannes, un symposium sur la toxicité des dents dévitalisées en envoyant au préalable, comme il est d’usage, le programme du symposium au Conseil National de l’Ordre. Ce dernier a alors exercé des pressions, carrément des menaces même parfois, sur ceux qui devait y participer afin qu’ils annulent leur participation. J’ai baigné une bonne partie de ma vie dans le bain de la médecine. Dans ma propre famille, il n’y a médecin, pharmacien et propriétaire de laboratoire d’analyse médical. Durant mes études, j’ai baigné dans un bain d’étudiants en médecine à travers mon frère, médecin. Ah, j’en ai contacté des médecins, et des pharmaciens et des dentistes pour les informer de cette fabuleuse histoire porteuse d’espoir pour la santé de millions de personnes. Lorsque j’exerçais à Cannes, j’ai contacté peut-être presque tous les médecins de la région, notamment ceux qui affichaient une pratique un peu différente de l’allopathie, pour des séminaires gratuits dans mon cabinet où je leur présentais les résultats étonnants de l’extraction des dents dévitalisées. Je démarchais d’abord par téléphone. Bien que le séminaire fut gratuit et que je leur proposais de découvrir un nouvel outil extraordinaire pour mieux soigner leurs patients, j’arrivais à peine à en faire venir 10% environ. 90% n’étaient même pas intéressés bien que ce soit moi-même Dr en chirurgie dentaire qui leur présentait l’info, avec tous les arguments possibles, c’est-à-dire qu’un médecin de la région avait adopté l’attitude de faire enlever les dents dévitalisées de ses patients, que grâce à cela il guérissait nombres de patients soi disant inguérissable, qu’à l’étranger, se développaient des courants de dentistes qui guérissaient en enlevant les dents dévitalisées. Eh bien malgré ces arguments, seul 10% des médecins voulaient en savoir plus. Pourquoi auraient-ils cherché quelque chose qui a priori ne leur rapporterait pas d’argent alors qu’ils étaient déjà débordés de travail. Lors de mon séminaire, je passais les nombreuses vidéos de patients qui guérissaient de maladies graves, juste en enlevant les dents dévitalisées. J’avais même un cas d’Alzheimer qui avait retrouvé toute la mémoire en une quinzaine de jours après cinq extractions. Je présentais nombre de cas de patients fatigués chroniques, cardiaques, rhumatisants notamment qui avaient vu tous les grands spécialistes et qui avaient guéris juste après l’extraction de leurs dents dévitalisées, ainsi que les études scientifiques qui justifiaient d’enlever les dents dévitalisées. Je m’y suis probablement très mal pris même si j’en ai bien soigné ensuite certains d’entre eux, des médecins et certains m’ont bien envoyé un patient ou deux. Mais la plupart, y voyaient surtout une concurrence et une humiliation. Celle d’avoir fait de longues années d’études et de savoir que la clef de la santé de leurs patients résidaient plus entre les mains du dentiste que des leurs et de leurs médicaments. Et ne pensez pas qu’avec les praticiens de médecines douces cela était mieux. J’ai soigné les femmes de deux ostéopathes qui ont guéri si vite de leur mal de dos, que l’un et l’autre se sont bien gardés de m’envoyer des patients car ils ont bien compris que cela les concurrençait trop. J’ai bien trouvé un ostéopathe très connu dans sa région qui en plus est un enseignant. Il m’a envoyé son ami d’enfance et quelques uns de ses élèves qui étaient eux même des thérapeutes, mais jamais aucun patient. Les élèves ont tous guéris eux, leur famille qu’ils m’avaient emmenés mais aucun ne m’a jamais envoyé le moindre patient. Je représentais une trop forte concurrence pour leur commerce. Certains médecins m’ont toutefois envoyé quelques patients. Je me rappelle alors d’une histoire où le patient avait demandé l’avis d’un éminent professeur de la fac qui bien sûr avait déconsidéré la technique puis était revenu voir le médecin pour lui exprimer son mécontentement de l’avoir envoyé me voir. D’autres patients se plaignaient aussi aux médecins de ce que je leur proposais, c’est-à-dire d’enlever des dents qui ne faisaient pas mal. Les médecins ont vite compris qu’ils ne pouvaient m’adresser leurs patients juste comme cela mais qu’ils devaient aussi renforcer mon action afin de convaincre le patient de passer à l’acte. Et tout ça bénévolement bien sûr car « time is money ». La seule récompense aurait été la guérison du patient. Ils ont vite arrêté de m’envoyer des patients. J’ai même raconté dans le site internet l’histoire d’un médecin qui avait été sauvé par l’extraction d’une dent dévitalisée, à cause d’une hépatique qui devait le tuer. Un ami médecin à lui avait été guéri d’un cancer de même gravité aussi par l’extraction de toutes ses dents dévitalisées. Son ami biologiste d’un laboratoire d’analyses médicales lui avait témoigné de guérisons de maladies très graves et soi disant incurables par l’extraction de dents dévitalisées. Pensez vous qu’aucun d’entre eux ait jamais parlé à un seul de ses patients du problème des dents dévitalisées. Jamais de la vie, ni même le doyen de l’époque de la fac de médecine qui était au courant de l’histoire extraordinaire et n’a jamais rien fait pour enseigner ce nouveau concept à l’Université. Certes les médecins veulent guérir leurs patients, cela ne fait aucun doute. Mais l’égo humain fait qu’ils veulent les guérir sans que cela les dévalorise ou les dérange d’une quelconque façon et en plus il faut que ça rapporte quelque chose. Bref, ils sont comme tout le monde ici bas. A ma connaissance, il n’y a eu en France que deux médecins qui ont eu le courage et l’humilité de parler de se sujet avec enthousiasme à leurs patients et cela pendant des années avec persévérance, sans en retirer un quelconque bénéfice matériel. Certes les patients guéris les mettaient ensuite sur un piédestal et je ne suis pas sûr qu’ils leurs expliquaient ensuite toujours que leur guérison était surtout due à l’élimination des dents dévitalisées. C’est le Dr J.G. Thomas de Grasse et Feu le Dr Loizillon à Pont St Esprit auxquels il faut rendre hommage. A moi personnellement, le Dr J.G. Thomas m’a avoué que si ces patients n’enlevaient pas leurs dents dévitalisées, ses traitements fonctionnaient dix fois moins. Tout comme le Dr Rau le directeur de la clinique Paracelsius en Suisse Allemande (une clinique très réputée en Suisse), qui m’a avoué que s’il ne faisait pas enlever les dents dévitalisées de ses patients, tous les fabuleux traitements de sa clinique ultra chic de médecine douce étaient négligeables face aux pathologies graves. Mais les patients eux étaient laissés dans une certaine ignorance de l’importance de cette information. Ils guérissaient certes après leur passage dans la clinique mais ils avaient fait tellement de traitements qu’il leur était difficile de savoir qu’en fait c’était l’élimination des dents dévitalisées qui constituait le traitement déterminant de leur guérison, même si je ne veux pas dire non plus que les autres traitements étaient inutiles, loin de là. Mais c’est juste qu’ils étaient secondaires par rapport à l’élimination des dents dévitalisées, selon l’aveu même du médecin Directeur de la clinique, qui voyait bien la différence de résultats entre les patients qui acceptaient de faire extraire leurs dents dévitalisées et les autres. Mais cela n’était pas trop précisé aux patients bien sûr car alors les médecins auraient perdu leur aura d’excellents médecins. Pour les patients, les dentistes employés dans la clinique ne faisaient que suivre les directives des médecins qui leur demandaient d’enlever les dents dévitalisées qui représentait un traitement parmi tant d’autres. Pour les patients, c’était aux médecins et à leurs traitements surtout qu’ils devaient leur guérison et les médecins se gardaient bien de les contredire, tous vivant dans de luxueuses villas et conduisant de luxueuses voitures grâce à la célébrité qu’ils avaient acquise par leurs résultats obtenus grâce surtout aux dentistes qui travaillaient pour eux. Au moins avaient-ils eu l’intelligence de collaborer avec des dentistes pour guérir mieux leurs patients. J’ai passé une semaine entière dans la clinique Paracelsius en Suisse dont le directeur le Dr Rau a eu la gentillesse de m’accueillir comme pour une semaine porte ouverte. C’est vrai que j’y ai vu des personnalités du monde entier venir se faire soigner et être contents des résultats étonnants qu’ils y avaient obtenus. La réputation de la clinique s’étend à tout le Nord de l’Europe en plus de la Suisse et même aux Etats-Unis d’où viennent de riches personnes pour se faire soigner. Personne de France toutefois. Quand je demandais pourquoi, le directeur m’a répondu qu’il ne prospectait pas sur la France, c’était inutile. Les français sont trop enfermés dans leur croyance qu’ils ont la meilleure médecine au monde et croient trop en la médecine conventionnelle, chimique, des poisons, de la mutilation, des rayons. Il ne faisait que confirmer ce que je savais déjà, que les français sont les plus abrutis du monde dans le domaine des médecines naturelles c’est bien pourquoi ils prennent trois fois plus de médicaments qu’ailleurs et ont presque deux fois plus de cancers qu’ailleurs. Et cela tandis que les médias leur martèlent qu’ils ont la meilleure médecine du monde, remboursée en plus par la sécurité sociale et que les médecines alternatives ne sont que des solutions charlatanesque. Les remboursements de la sécurité sociale sont souvent l’élément déterminant pour motiver les médecins et les dentistes d’appliquer une thérapeutique donnée ou inversement de tenter de détruire une thérapeutique donnée lorsqu’elle n’est pas remboursée et que seul certains courageux l’appliquent. En orientant les remboursements de la sécu dans le bon sens d’ailleurs, ils pourraient constituer un accélérateur de la santé publique et faire en sorte que la caste médicale devienne à l’inverse de ce qui est aujourd’hui, un réel moteur de la santé publique comme cela devrait logiquement être. Mais très souvent, c’est l’inverse qui est fait puisqu’aujourd’hui ce n’est que la chimie qui empoisonne en gros qui est subventionnée par la sécu. En 2002, la sécu a même incité les dentistes à dévitaliser encore plus de dents en remboursant les ancrages intracanalaire (screw post et inlay core). Les dentistes se sont alors mis à dévitaliser encore plus qu’ils ne l’ont jamais fait, surtout à ceux qui ont de bonnes mutuelles car ils ne paient rien de leur poche en quelque sorte. Le système médical a atteint une telle perversité que je conseillais même à mes patients de ne pas avoir de mutuelle car d’une certaine façon cela incite à consommer des produits remboursés qui ont trop d’effets secondaires toxiques en même temps que cela incite à ne pas s’intéresser aux bonnes solutions thérapeutiques qui sortent de la logique actuelle du système médical. Quasiment tout ce qui va dans le sens de la vraie santé n’est pas ou très peu remboursé actuellement ou donne lieu à des dépassements d’honoraires qui ne sont pas remboursés par les mutuelles car ils sont à la limite du hors la loi.
Évidemment encore une fois c’est le discours inverse qu’on entend généralement. Payez bien vos cotisations d’assurance maladie, prenez des mutuelles pour être mieux soigné, faites vous vacciner et dépister par nombres d’examens onéreux mais remboursés, donnez pour la recherche, emprisonnez vite les charlatans de naturopathes ou autres, bêêêêêêêêêê….. Tandis que la caste médicale subventionnée par la sécurité sociale donc l’argent des travailleurs se vautre dans le luxe. Mais bon tout ça on le sait, enfin plus ou moins c’est sûr, surtout moins pour la population et le Dr Rau, le Directeur de la clinique, qui ne faisait aucune prospection pour sa clinique en France le savait bien aussi en économisant son énergie vis-à-vis de la France. Mais bon, je le comprends totalement, ce n’est pas aux suisses de sauver les français de leur bêtise. C’est aux peuples eux-mêmes de se libérer de leur propre bêtise, je le sais bien, tout comme je pense que chaque humain est son propre messie, son propre sauveur et qu’il doit évoluer avant tout, plus qu’attendre que les autres le sauvent, fussent-ils même qu’ils viendraient d’une autre planète. Mais pour critiquer un peu le Dr Rau et tous les médecins de la clinique Paracelsius, ils se gardaient bien semble-t-il de révéler que parmi tous les traitements qui étaient effectués dans leur clinique, le plus essentiel de tous était l’extraction des dents dévitalisées, ce qu’à moi il m’a avoué. Car alors son pouvoir sur les patients en aurait été bien moindre évidemment. Toute la considération de la guérison en serait revenue aux dentistes d’une certaine façon et évidemment pour l’égo, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. Encore une fois, la toxicité des dents dévitalisées était considérée comme accessoire à la guérison de milliers de patients de la clinique Paracelsius alors qu’en fait de l’aveu même des médecins, elle en était l’élément déterminant. Un élément déterminant qui pourrait représenter un espoir pour des millions de personnes malades ou risquant de le devenir, si tant est qu’elles en avaient conscience. Ce à quoi la clinique aurait pu participer encore plus si l’égo des médecins avait été plus absent. Et c’est là tout le problème. J’ai passé aussi une semaine environ avec Hulda Clark à apprendre ses connaissances particulières sur le traitement des maladies où la destruction des parasites comporte une place prépondérante. Cela se fait notamment avec un appareillage qu’elle a développé qui s’appelle le Zapper, qui émet dans le corps des hyperfréquences. Un appareil électronique qui tue les parasites, bactéries et virus en les faisant exploser lorsqu’ils sont mis en résonnance par son Zapper. Seulement voilà ce qu’elle ne dit pas dans ses livres et que l’on apprend quand on analyse les guérisons de ses patients et aussi les échecs obtenus, c’est que pour les patients très malades, elle se garde bien d’appliquer d’abord ce fameux zappeur car alors il tue peut être les parasites mais les patients avec. La première thérapeutique qu’elle applique en fait aux personnes très malades consiste à enlever les dents dévitalisées et à donner des plantes médicinales et des huiles essentielles. Le patient retrouve alors de la vitalité et alors seulement elle peut se permettre de tuer les parasites et autres germes toxiques avec le Zapper. Pourtant si Hulda Clark, éminente scientifique révolutionnaire, je l’accorde, parle certes de l’élimination des dents dévitalisées dans ses ouvrages, ce passage n’est pas spécialement mis en évidence plus qu’un autre alors qu’encore une fois je suis sûr qu’elle sait très bien que c’est là que réside la thérapeutique essentielle de son arsenal thérapeutique, bien plus en tout cas que l’appareil qu’elle commercialise et qu’elle a semble-t-il inventé, le Zapper. Or c’est le Zapper qui était le plus mis en avant dans sa formation à laquelle j’ai assisté au printemps 2007. Si je n’avais pas été présent lors de ce stage pour pointer du doigt le problème « dents dévitalisées », les participants au stage, ils me l’ont avoué ensuite, n’auraient pas vraiment compris que cela avait tant d’importance. Encore une fois ici, cette information essentielle était noyée au milieu d’informations de bien moindre importance, ce qui ne favorise pas sa connaissance même par les thérapeutes en recherche de solutions alternatives.
Tant que la population n’aura pas conscience que des milliers de patients sont guéris mieux que tout parce que leurs dents dévitalisées sont extraites, le sujet n’aura pas l’importance qu’il mérite. Et c’est là un grand dommage pour la santé publique que l’importance de cette information soit même d’une certaine façon cachée par ceux là même qui l’exploitent.
La vérité qui devrait être énoncée après la guérison du patient est que le thérapeute est surtout meilleur que parce qu’il ne fait qu’appliquer une connaissance (l’élimination des dents dévitalisées) qui elle est meilleure que le reste des connaissances que la médecine possède aujourd’hui. Mais bon ça n’a pas vraiment arrangé mes affaires puisque j’ai été interdit d’exercer à cause de cela, c’est un comble. Le comble du comble dans tout cela et dont il est important que la population prenne conscience, est que ceux qui passent le moins l’information, voire les pires opposants à ce fabuleux espoir pour la santé de millions de personnes sont en fin de compte ceux là même qui ont pour mission dans notre société de redonner la santé aux personnes malades, c’est-à-dire les membres du corps médical. Les pires des pires étant bien sûr les dentistes conventionnels qui y voient là une culpabilité insurmontable où la seule alternative réside à détruire l’idée. Ce qu’ils ont réussi à faire avec une certaine réussite d’ailleurs jusqu’à présent il faut l’avouer.
Et c’est sans compter les dentistes qui se disent holistiques et qui se délectent à détruire l’info car eux aussi n’ont rien à y gagner puisque comme les autres leur plus grand revenu vient de la couronne sur dent dévitalisée. Mais en fait la majorité n’y comprennent rien tout simplement et préfèrent perdre les gens avec des détails d’occlusion, de gouttière, d’huile essentielle, d’homéopathie, d’acupuncture buccale, leur enlever leurs couronnes en céramique pour en mettre d’autre en matériau moins dur, de focaliser sur la toxicité des métaux notamment du mercure des amalgames, de leur parler des rapports entre leurs dents et leur psychisme, de dent de la mère, de la grand-mère, de la colère ou que sais-je encore.
Le corps médical me semble en fin de compte représenter la plus grande opposition à la diffusion de cette idée que des scientifiques et des médecins estiment être la thérapeutique la plus efficace face au cancer et aux maladies graves, celle d’enlever des dents dévitalisées. Mais ici je vais aller encore plus loin dans ma vision négative de l’être humain, sachant très bien que l’on voit le monde tel qu’on est (cf. texte « the one » sur ce site). Peut –être qu’aujourd’hui je suis négatif et que je profite de cet état de négativité pour exprimer ce que je suis en train d’écrire qui même si cela constitue une vision très négative, n’en est pas moins une vision constructive. Ras le bol de ce pseudo-spiritualisme qui ne veut voir que le positif. La vérité possède des côtés positifs et négatifs et les deux sont constructifs car c’est la vérité qui fait grandir même si cette vérité possède des côtés sombres comme chacun de nous en possédons aussi. Des côtés sombres que nous devons aussi explorer pour notre évolution. Je continue donc dans l’exploration du côté sombre du corps médical en explorant celui là même des dentistes qui enlèvent ou enlevaient jadis les dents dévitalisées car ils avaient compris que c’était bien souvent la clef de la santé de leurs patients. Même eux qui avaient compris que les dents dévitalisées étaient des poisons terribles les enlevaient sans dire que la raison était justement parce que c’était des dents dévitalisées. Ils préféraient souvent laisser planer un mystère qui sous entendait qu’ils possédaient une connaissance quasi ésotérique dont ils auraient été les seuls détenteurs afin bien sûr que les patients les adulent, on connait la musique. Et nombreux sont tombés dans ce piège de l’égo, et se sont d’ailleurs enrichis grâce à cela. D’ailleurs, ces dentistes n’enlevaient en général par toutes les dents dévitalisées. Ils se contentaient d’enlever les une ou deux les plus toxiques, qu’ils déterminaient par certains tests. Tests que moi aussi je sais faire si je veux et je le fais d’ailleurs si les patients le veulent mais après les avoir informés que ce n’est pas la meilleure solution. La meilleure solution médicale étant d’enlever toutes les dents dévitalisées. Les patients guérissaient ensuite, moins bien certes que s’ils avaient tout enlevé, mais ils guérissaient suffisamment pour que le dentiste puisse ensuite en retirer toute leur admiration. Le résultat était qu’ensuite les patients conseillaient à leurs amis malades, non pas de faire enlever leurs dents dévitalisées, mais d’aller voir leur dentiste exceptionnel qui les avait guéri d’une maladie face à laquelle le corps médical était resté impuissant. Et ils ne pouvaient faire autrement car les dentistes n’expliquaient pas que d’enlever toutes les dents dévitalisées aurait été la meilleure chose à faire. Lorsque quelques années plus tard le patient revenait avec une autre maladie, ils continuaient de la sorte, le guérissaient en sachant qu’il reviendrait plus tard pour une autre maladie puisque il lui restait des dents dévitalisée encore en bouche. J’ai connu au moins deux dentistes qui agissaient ainsi et qui grâce à cette méthodologie se sont enrichis. Les patients étaient en fin de compte manipulés pourraient-on dire même si cette manipulation était certes bien moins grave que celle de dentistes qui dévitalisent des dents saines pour faire des bridges, la majorité des dentistes je le rappelle. Au pays des aveugles, les borgnes sont rois. Bien sûr si la pathologie était vraiment très grave, genre cancer, là ils proposaient d’enlever toutes les dents. Mais jamais vraiment en attaquant le concept de dent dévitalisée mais plutôt en expliquant que ces dents empoisonnaient le patient sans vraiment dire pourquoi, si ce n’est qu’elles étaient infectées selon eux. Ma foi ils avaient probablement raison car c’est ainsi qu’ils ont évité les ennuis avec les confrères nécro-dentistes (les dentistes qui dévitalisent les dents) que je ne suis pas arrivé à éviter, tout en arrivant à s’enrichir et à passer comme d’exceptionnels dentistes. Mais le problème c’est que pendant toutes ces années où ils ont guéris des tas de patients, l’idée de la toxicité des dents dévitalisées n’a pas beaucoup avancé dans la tête du public. Pour les patients miraculeusement guéris, ils l’avaient été grâce au fabuleux dentiste, ce qui était très bon pour l’égo et les finances de ce dernier certes mais pas vraiment très bon pour la cause en quelque sorte. D’une certaine façon, les patients n’avaient pas vraiment conscience qu’ils avaient été guéris grâce au fait qu’ils avaient été débarrassés de ce qui pourrait bien être la première cause de cancers et de maladies graves chez des millions de personnes, c’est-à-dire la dent dévitalisée. Leur expérience de guérison si extraordinaire soit elle pour eux n’était en réalité pas le résultat d’un médecin ou d’un dentiste exceptionnel mais d’une idée exceptionnelle qui aurait pu bénéficier à des millions de personnes qui souffrent stupidement de ne pas la connaitre tandis que des milliards sont stupidement dépensés dans la recherche médicale. Pensez-vous par conséquent que l’attitude même adoptée par ces dentistes était une manifestation de l’amour ou une manifestation de leur égo ?
Évidemment je ne parle ici même pas de ceux qui carrément essayent de détruire l’idée (les membres du Conseil de l’Ordre qui se sont sali dans cette histoire) et dont les actions ne sont pas si éloignées que cela d’un crime contre l’humanité quand on voit les conséquences morbides de la dent dévitalisée. Ceux là ont un taux d’inconscience tel que le sonder ne m’intéresse même pas ici. Ils sont un peu comme ces nazis du procès de Nuremberg qui ne faisaient que dire qu’ils n’avaient faits qu’obéir aux ordres. Non je parle de ces dentistes et ces médecins qui savaient que le grand problème était la dent dévitalisée mais qui guérissaient leurs patients sans vraiment le leur dire. Sans vraiment leur dire que c’est là que résidait la plus grande thérapeutique et non dans un savoir quelconque qu’ils auraient été seuls à posséder en raison de compétences trop importantes pour être du domaine des autres. Car tout cela est faux car il n’est en rien compliqué de redonner la santé en enlevant les dents dévitalisée, il faut juste enlever les dents dévitalisées, et je dirais quelques petits détails pas si compliqués que ça pour optimiser les résultats thérapeutiques. Le plus compliqué se passe entre les deux oreilles. C’est là que le dentiste qui a dévitalisé nombre de dents doit accepter l’idée que maintenant s’il veut guérir il faut qu’il fasse exactement le contraire de ce qu’il a fait maintes et maintes fois en général, c’est-à-dire agir pour conserver des dents dévitalisées.
Mais mon histoire est somme toute assez banale dans le domaine médical où la maladie fait vivre nombre de gens qui n’ont pas vraiment intérêt à ce que la quantité de malades diminue. On ne compte plus les histoires de persécutions d’idées qui auraient pu représenter un progrès médical considérable si elles ne remettaient pas en question des intérêts établis. Et toujours avec le trio démoniaque : conseil de l’Ordre, expert médecin ou dentiste auprès des tribunaux et juge avec un pois chiche dans la tête qui ne fait qu’entériner ce que les premiers ont fortement suscité pour mieux détruire la concurrence. Et tant que la population aura la crédulité de croire que cela n’est pas possible, que la santé est un sujet trop précieux et grave pour que des êtres humains qui en plus ont prêté serment, et soignent tous les jours des patients puissent agir de la sorte, alors cela durera, et c’est la vie.
Tiens dernièrement j’ai prospecté du côté de la recherche médicale. J’ai gardé une certaine crédulité encore semble-t-il. Il se trouve qu’un colloque ouvert au grand public était organisé par le pôle santé mis en place par le gouvernement pour faire de notre région, la région PACA, un pôle de compétitivité dans le domaine de la recherche médicale au niveau national. Nombre de chercheurs et de représentants des grands organismes de recherche médicale étaient donc présents à la fac de médecine de l’Université de Nice en automne 2008 pour présenter l’état des recherches dans le domaine médical. Alors j’y suis allé avec mes petits prospectus sur les dents dévitalisées en me disant que tous ces pauvres chercheurs qui cherchent sans trouver grand-chose seraient peut-être intéressés de trouver ici une information qui pourrait redonner la santé à des millions de personnes. J’ai assisté à tout le séminaire. Lors du séminaire étaient présentés des nouvelles technologies pour mieux tuer les cellules cancéreuses notamment. Des découvertes qui bien sûr peuvent se commercialiser car de l’aveu même d’un directeur d’une école de doctorants, de chercheurs, il est essentiel de rendre rentable les chercheurs afin que l’industrie puisse les embaucher. Encore une fois c’est la logique économique qui prime. Rien n’est fait pour inciter à développer des solutions qui ne rentrent pas dans une certaine logique commerciale. J’ai quand même distribué mes tracts à ceux à qui je pouvais le faire et je les ai laissés sur une table bien en évidence pour tout le monde. Plusieurs mois après aucun chercheur ne m’a contacté. Évidemment, suis-je bête, il n’y a aucun produit à vendre dans mon information…..
Tiens ça me fait penser que j’ai envoyé il n’y a pas si longtemps encore un prospectus à tous les fonctionnaires du ministère de la santé et qu’aucun non plus ne m’a répondu…. Ah ces fonctionnaires. S’ils font une bêtise ils sont punis mais qu’ils fassent rien ou quelque chose de bien, leur rémunération ne change pas. Alors pourquoi prendre des risques….
Dernièrement j’ai encore passé deux heures à mettre des commentaires instructifs sur un site internet français de médecines naturelles assez connu, qui m’a parfois laissé en mettre, histoire de faire un peu de pub pour les dents dévitalisées au passage. Tous mes commentaires ont encore une fois été enlevés. Même dans le domaine des médecines douces, et de ceux qui se disent s’attaquer à l’attitude hégémonique de la médecine conventionnelle, on adopte aussi une attitude hégémonique vis-à-vis d’une information qui ne met pas en valeur directement le site et les personnes qui l’animent car évidemment le jour où cette information sera reconnue à sa juste valeur il est probable, mais rien n’est sûr certes, que je serai un peu réhabilité.
Mais si explorer le côté obscur des autres est toujours intéressant, il est encore plus intéressant d’explorer son propre côté obscur. Parfois j’explore le mien et ce n’est pas inintéressant non plus. Et si on explorait un peu le votre. Peut-être que vous aussi, vous connaissez une information dont dépend la santé ou le bien être de certaines personnes voire de millions de personnes et dont vous savez que la plupart des personnes n’en ont pas conscience. Sachez alors que c’est ici une chance que vous avez. Mais alors qu’allez vous faire de cette chance car faire du prosélytisme pour cette information risquera de ne pas être si facile que cela et constituera bien souvent une action bénévole, voire qui pourra vous couter de l’argent. Et alors que ferez vous, choisirez-vous le choix confortable de continuer à n’agir que pour ce qui vous rapporte de l’argent ou choisirez-vous au contraire d’en perdre en quelque sorte pour diffuser une idée dont vous pensez que le bien être des autres dépend. Eh bien sachez aussi que la deuxième option est une manifestation de l’amour, que le prosélytisme pour une idée nouvelle est une manifestation de l’amour. Même si je ne suis pas toujours d’accord avec les idées qui sont véhiculées, j’ai toujours eu beaucoup de respect et même d’admiration pour ces personnes qui militent pour une idée à laquelle ils croient, qu’elle soit politique, religieuse ou autre. Et cela d’autant plus qu’ils n’ont aucun intérêt mercantile particulier mais dont ils pensent qu’elle permettra aux autres de mieux vivre s’ils en prennent connaissance. Et plus l’idée est difficile à faire passer, plus elle est risquée pour leurs intérêts, plus elle se heurte à des intérêts puissants ou des croyances limitatives de la population, plus ils ont du mérite à essayer de la faire passer. Ce sont généralement ces personnes qui participent à l’accroissement de la conscience de l’humanité et sont j’en suis sûr les plus proches de Dieu. Car aujourd’hui, c’est surtout de conscience dont l’humanité a besoin. L’amour sans conscience est comme un bel arbre fruitier que l’on arrose et dont on prend soin avec beaucoup d’attention mais en manquant d’intelligence à cause d’une certaine sensiblerie. A tel point qu’on n’ose pas le couper un peu. Alors il devient si grand et si haut que ses fruits ne peuvent plus être récoltés et qu’en fin de compte ils pourrissent sur les branches sans que personne ne puissent en bénéficier. La médecine est une discipline d’amour par essence car en principe elle veut supprimer les souffrances humaines et donc préserver la vie, c’est-à-dire l’œuvre de Dieu. Mais notre médecine est aujourd’hui comme cet arbre mal taillé où on laisse trop se développer les branches qui éloignent par conséquent les fruits de la population qui pourrait en profiter. Ces branches s’appellent « Abus de pouvoir du Conseil de l’Ordre », «incitation à la médecine des poisons », « chasse aux médecines naturelles » notamment. On investit dans notre médecine une énergie colossale à mauvais escient. Chaque année en France par exemple, la santé coute à l’état français, 3000 euros par habitant, plus qu’aucun autre domaine d’investissement de l’état. Mais toute cette énergie dépensée dans cette entreprise d’amour manque si cruellement de conscience que les fruits pourrissent sur les branches et qu’en fin de compte, la population connait presque plus de souffrances et de maladies qu’elle n’en a jamais connue et cela avec même des retentissements génétiques bien sûr. La véritable crise aujourd’hui n’est pas la crise économique ou financière mais la crise de conscience. Crise de conscience dans le domaine de la santé particulièrement qui aboutit à obscurcir des informations essentielles à la santé publique. Les croyants qui participent donc à l’amélioration de la conscience sur ces sujets polémiques de santé sont donc probablement même plus proches de Dieu que ceux qui ne font que prier pour qu’il intervienne tandis qu’eux-mêmes ne font pas grand-chose pour leur prochain, attendant uniquement que Dieu agisse. C’est là une mauvaise compréhension de la pensée divine je pense, car Dieu, les anges et toute la compagnie divine ne veulent avant tout qu’une chose pour nous, c’est que nous intégrions cette compagnie et que nous agissions avant tout. Et seul notre niveau d’amour véritable, c’est-à-dire d’amour avec conscience, qui permettra d’agir dans le véritable amour, le permettra.
Mais que faut-il faire alors devez vous vous dire… Si je suis sûr aujourd’hui de quelque chose c’est que sur ce sujet je n’ai rien à vous dire car si vous cherchez dans votre tête, je suis certain que vous allez trouver. C’est au fond de vous, de votre esprit que notre créateur a mis une étincelle divine qui ne demande qu’à s’épanouir tandis que votre penchant égoïste et mercantile ne veut qu’une chose au contraire, c’est l’éteindre, pensez-y aussi. Explorez vous aussi votre côté obscur au lieu de refuser de le voir. Puis je dirais même, aimez le lui aussi et ne vous jugez pas pour cela car c’est ainsi qu’un jour vous pourrez vous transformer.
En conclusion et pour ne pas rester sur une vision trop pessimiste de l’être humain, je voudrai vous dire que je pourrais aussi écrire un article qui s’intitulerait « la source du bien » et qui en prenant l’exemple de la médecine et des dents dévitalisées en particulier, montrerait en quoi l’être humain est une créature formidable qui a toujours essayé de soutenir les médecines naturelles et de passer l’information sur la toxicité des dents dévitalisées. Peut-être d’ailleurs qu’un jour je l’écrirai cet article, mais pour l’instant il m’a paru plus urgent d’écrire celui là. Le mental négatif qui est chargé de détecter ce qui ne va pas doit chronologiquement être utilisé avant celui qui est chargé de voir ce qui va bien. C’est une question de survie, c’est ainsi. En plus la société et les médias nous donnent un peu trop cette image que dans la médecine tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mon article se veut donc rééquilibrant sur ce point. Il serait donc un peu inutile que j’en rajoute en écrivant encore un article sur tous les aspects positifs de notre médecine et de notre civilisation. On sait bien que nos médecins sont formidables et surtout nos dentistes, et c’est bien pour cela qu’on leur confie notre bouche.

Classé dans : Articles

Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la première lettre du mot hrvvsm