Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

La crise économique, une autre vision.

27 juin 2009

Bruno DARMON

Une autre vision plus métaphysique, de la crise économique.

Le résumé.
En résumé, si nous connaissons la crise économique dans notre civilisation occidentale, c’est que nous dépensons bien plus que nous ne produisons. Les pays producteurs arrêtent donc de nous vendre leurs productions puisque notre argent a de moins en moins de valeur. Nous vivons bien au dessus de nos moyens notamment à cause de notre système d’assurance maladie de plus en plus en déficit principalement à cause de choix médicaux morbides dont la dent dévitalisée est le plus bel exemple comme ce site le démontre. Des choix qui ont engendré des frais considérables tout en faisant de nous une civilisation de malades et de handicapés.


Nous produisons de moins en moins car le travail en occident n’est plus rentable en grande partie à cause du handicap qu’occasionnent les charges de la maladie et les charges sociales en général. Le tissu industriel de notre société se détruit alors petit à petit. Cette désindustrialisation pourrait bientôt avoir des conséquences graves en terme de pénurie, lorsque les pays producteurs en auront marre d’être payés en monnaie de singe.
Les travailleurs par le poids des charges sociales ont une lourde charge à assumer. Et cela tandis que des héritiers s’enrichissent en une fraction de seconde sans rien faire. C’est injuste. Dans la Bible, l’ancien testament plus exactement, Dieu nous avait expliqué que nous n’étions que locataire de cette Terre et non pas propriétaire en nous expliquant que nous devrions gérer nos possessions par des baux emphytéotiques qui s’opposent aux héritages. Mais nous avons préféré conserver l’héritage. Nous avons introduit ainsi une grande injustice puisque ce sont les héritiers, bénéficiant de l’énergie de mort qui sont aujourd’hui les plus riches. Les plus riches ne sont plus ceux qui apportent le plus à la société par leur vitalité, c’est à dire ceux qui travaillent. Taxer le travail revient à handicaper la vitalité de la société. Une taxation que ne connaissent pas les pays qui aujourd’hui envahissent nos marchés occidentaux par des produits à bas prix et détruisent par conséquent nos systèmes de productions qui ne sont pas concurrentiels.
Les solutions découlent de ces constatations. Supprimer les charges sur le travail et faire supporter les charges sociales par les héritages. Diminuer aussi la quantité de malades en les soignant à moindre coût en prenant conscience que le choix d’empoisonner pour soigner, ce que fait notre médecine moderne, est un choix contreproductif. Tout cela est possible en commençant par se conformer aux lois de la vie dont une est de séparer la mort du vivant. Pour la santé de l’individu, il s’agit donc ici tout d’abord, de séparer les dents dévitalisées du corps et de s’intéresser aux médecines naturelles qui n’introduisent aucun poison dans l’organisme. Pour la santé de la société, il s’agit tout d’abord de séparer l’énergie vitale de la société qui est le travail, du financement de la maladie et de la vieillesse qui sont proches de l’énergie de mort.
Le texte proprement dit :
La crise est un sujet si présent aujourd’hui dans les médias que je voulais vous donner mon avis en vous montrant que ce sujet est aussi très en relation avec la santé de la population. La crise actuelle semble un problème si grave que le Président de la république a réuni pour la première fois depuis des lustres tous les parlementaires pour leur en parler, le 22 juin 2009. Si je me permets d’aborder ce sujet alors que je ne suis absolument pas un expert en économie, c’est que j’estime que là aussi, les vraies solutions ne sont pas envisagées par les économistes officiels et les politiciens actuels tout comme les vraies solutions à la maladie ne sont aujourd’hui pas envisagées par les professionnels officiels de la santé. Je vais donc aborder le sujet de la crise avec un regard original, pour expliquer que la crise est d’abord liée à un trop grand développement de la maladie, donc aussi de la dent dévitalisée, dans le monde occidental couplé à la prise en charge de cette maladie par le travail à travers les charges sociales.
Tout d’abord, j’ai une pensée pour nombre de malheureux qui vont souffrir de cette crise et pour les nombreux qui en souffrent déjà d’ailleurs. Cette crise que le FMI, le front monétaire international, un organisme international qui prête de l’argent aux États, estime qu’elle va être plus grave que les crises précédentes que notre monde moderne a déjà subies notamment la crise de 1929. Mais les pays les plus pauvres vivent déjà dans un état de crise depuis des années et notamment depuis les dernières augmentations du prix des céréales. Cela se traduit parfois par une telle misère que de plus en plus d’enfants et d’individus meurent de faim tandis que les céréales qui pourraient servir à les nourrir servent à engraisser le bétail des mangeurs de cadavre (on dit aussi de viande) du monde civilisé. De plus en plus de terres cultivables sont aussi utilisées pour produire un bio carburant de plus en plus utilisé pour transporter cette même civilisation, tandis que des études montrent qu’avec des algues (ça reste toutefois à vérifier) on pourrait fabriquer aussi du biocarburant sans pour autant entamer les terres arables.
Tandis qu’ailleurs on meurt de plus en plus de faim car on n’a pas d’argent pour s’acheter à manger, chez nous au moindre symptôme on court chez le médecin puis chez le pharmacien pour se procurer des médicaments chimiques très chers qui tuent (inhibent) nos enzymes vitales (voir le texte « la médecine des poisons ») tandis qu’on a presque tous en bouche des dents mortes. Notre société a introduit la mort à divers niveaux, notamment dans son alimentation, ses médicaments et sa bouche. C’est ce qui a produit toujours plus de personnes fatiguées, dévitalisées et grabataires.
Mais elle l’a aussi fait à d’autres niveaux, au niveau économique notamment comme nous allons le comprendre. C’est ce que ce texte va aborder pour expliquer la crise actuelle socio économique. Et comme chaque fois que l’on mélange une énergie de mort avec une énergie de vie, ce n’est bon ni pour la santé de l’individu ni pour celle de la société. En plus, un peu avant que j’écrive ces lignes en Avril 2009, notre gouvernement français n’a rien trouvé de mieux dernièrement pour donner du travail à des chantiers navals, que de faire plus vite construire un nouveau bateau militaire, histoire de préparer la plus morbide des issues à notre crise qui est la guerre. La guerre qui est la plus parlante expression de la mort d’une nation. Et cela tandis que de plus en plus de personnes dorment dans la rue.
La crise que je pourrais résumer par un manque d’argent pour beaucoup de gens trouve ses sources comme toute souffrance, dans une erreur. Dans une vision religieuse ou mystique de création, nous pourrions tous vivre dans l’abondance et donc, selon cette vision qui est aussi la mienne, si des personnes sont aujourd’hui dans le manque, c’est uniquement parce que notre civilisation s’est éloignée des lois de la vie.
Dans mes textes, je m’intéresse plus particulièrement à deux lois que j’ai extraites de la Bible d’ailleurs. Celle qui demande de ne pas séparer ce que Dieu a uni et celle qui demande de séparer la mort de la vie. Accepter de suivre ces lois c’est parer à de futurs problème (ouah, le jeu de mots : séparer et c’est parer). Ce texte s’intéressera plus particulièrement à la seconde loi, séparer la mort du vivant.
Ces deux lois sont présentes dans la Bible mais c’est parfois subtil à voir. Pour cette seconde loi, dans un passage, Dieu demande par exemple aux hommes de ne pas garder les morts au milieu des vivants en les emmenant à l’Hadès. J’en conclu donc qu’il faut séparer la mort du vivant et j’en ai déjà parlé ailleurs pour justifier bibliquement l’élimination des dents mortes des bouches.
Mais pour ce texte sur la crise économique, j’y vois aussi de ne pas handicaper l’énergie de vie qui est le travail avec l’énergie de mort qui imprègne la maladie comme nous allons le comprendre
L’économie est une science, qui a pour objectif de permettre de favoriser les échanges entre les humains afin que ceux-ci accèdent au confort matériel. Pour se faire, le premier outil essentiel est l’argent. L’argent a permis d’éliminer le troc, cet outil primitif qui à l’origine était la seule solution pour échanger des biens matériels et des services. L’argent est donc une excellente invention. Mais l’argent n’est qu’un outil et il ne possède pas de valeur intrinsèque, comme le possède par exemple la nourriture, ou tout autre bien matériel. L’argent n’a qu’une valeur fictive qui est déterminée par la capacité qu’il possède de faire acquérir des biens matériels ou des services dont le prix est fixé par la première loi économique qui s’appelle la loi du marché ou la loi de l’offre et de la demande. Au niveau international on parle de la balance commerciale entre nos importations et nos exportations de biens et de services. Le gros problème est qu’aujourd’hui les États-Unis, l’Europe et la France donc aussi, consomment bien plus qu’ils ne produisent. Notre civilisation occidentale vit largement au dessus de ses moyens. Le déficit de la France qui augmente régulièrement depuis des années a atteint cette année 2009, un record de 70% ce qui signifie que quand l’état gagne 100 euros, il en dépense en fait 170.
La crise actuelle est arrivée des États-Unis, avec ses banquiers qui ont fait des prêts inconsidérés, à un peuple américain vivant aussi au dessus de ses moyens réels et dépensant démesurément de l’argent qu’ils ne possèdent pas en réalité. On a ainsi créé trop d’argent ne reposant sur rien de concret en équivalent productif. Si cette crise s’est ensuite généralisée à l’Europe et donc à la France, c’est que comme les États-Unis, le reste du monde occidental possède un mode de fonctionnement similaire où on fabrique plus d’argent qu’on ne produit de biens réellement. C’est aussi d’ailleurs ainsi qu’on a résolu ou cru résoudre la crise bancaire de l’année 2009, en fabriquant encore plus d’argent ne reposant sur rien encore une fois. Cela revient à dévaloriser l’argent de tous, donc à voler l’argent de tous en fait pour réparer les erreurs des banquiers. Le dollar et l’euro sont devenus de plus en plus une monnaie de singe pour des milliards de pauvres qui se tuent au travail et d’asiatiques chinois et indiens notamment qui eux savent tout produire bien moins cher que nous.
La Chine et l’Inde sont des exemples très intéressants car ce sont des pays qui ont beaucoup conservé leurs médecines traditionnelles naturelles et notamment l’Acupuncture et l’Ayurvéda. En France, sous prétexte d’exercice illégal de la médecine, on condamne encore plus qu’ailleurs en Europe, les acupuncteurs et les praticiens d’Ayurvéda qui ne sont pas passés par les bans d’une université de médecine qui de toutes façons n’enseigne en fait quasiment pas ces deux disciplines.
Mais bien sûr comme on l’entend souvent dire, en France nous avons la meilleure médecine du monde. En tout cas, nous avons l’assurance maladie qui prend le plus en charge les malades, ça c’est sûr. En fait, on rembourse surtout mieux qu’ailleurs tout ce qui empoisonne l’organisme, avec l’aide de nos bonnes mutuelles, notamment la couronne dentaire sur dent dévitalisée. C’est d’ailleurs à cause de cet excellent système que les français sont ceux qui ont le plus de dents dévitalisées d’Europe et prennent trois fois plus de médicaments que les autres européens et par conséquent ont aussi presque deux fois plus de cancers comme par hasard. Eh oui, la meilleure des organisations comme un système de protection maladie peut devenir la pire des choses lorsque la conscience n’est pas à la hauteur du système mis en place. On s’aperçoit alors qu’il aurait mieux valu être un peu moins parfait dans l’organisation. Mais le raisonnement pourrait aussi se tenir pour une Europe très bien organisée, notamment dans sa justice. C’est une telle Europe qui a permis d’emprisonner par exemple l’allemand, le Dr Hamer qui a apporté pourtant des connaissances fort intéressantes dans la compréhension du sens du cancer et qui mériterait plutôt une médaille. Et dans quel pays européen a -t-on trouvé un juge qui l’a condamné et l’a emprisonné ? En France comme par hasard…. Pour vous imaginer ce que fait trop d’organisation sans conscience, rappelez-vous l’Allemagne nazie. Elle était un bon exemple d’une nation très organisée mais sans conscience. Trop organiser des regroupements de pays comme voudrait parfois le faire l’Europe serait aussi une grave erreur quand la conscience de la population n’est pas au rendez-vous. Mieux vaut alors un peu moins d’organisation. On entend souvent que l’Europe évite des guerres européennes. Ca se discute, mais c’est aussi par exemple grâce à l’Europe qu’on a pu initier le projet scientifique le plus dément et dangereux qui soit, qui est le projet Iter. Iter c’est la tentative folle de vouloir maitriser la fusion nucléaire sur Terre comme ce qui se fait sur le Soleil. Une tentative que même des scientifiques très sérieux trouvent démente. Et quel est le pays qui en a accepté la construction sur son sol avec tous les risques que cela représente pour sa population. Eh oui, c’est la France encore une fois.
Actuellement grâce à l’Europe (en tant qu’entité politique organisée, avec des lois restrictives notamment), des lobbies pharmaceutiques essaient de détruire encore plus la concurrence des médecines naturelles. En effet, une nouvelle directive de l’Union Européenne doit être mise en place au 31 décembre de cette année 2009. Il s’agit d’un “Codex Alimentarius” qui limiterait considérablement les substances autorisées dans le domaine des médecines alternatives et des suppléments alimentaires. Si la directive était votée, elle aurait pour effet que pour les remèdes que nous achetons aujourd’hui (Hémopathie, Fleurs de Bach, sels de Schlüssler, minéraux et vitamines), le nombre des substances actives autorisées serait si limité que ces médicaments perdraient leur efficacité. Pire encore ces médicaments pourraient disparaître du marché parce qu’ils n’auraient pas reçu d’autorisation de vente du fait des nouveaux critères d’autorisation de mise sur le marché extrêmement restrictifs. Bref il n’y aurait plus que les bons médicaments chimiques allopathiques qui empoisonnent bien… En Grande-Bretagne les “Health Stores” comme “boots” font actuellement campagne dans tout le pays en demandant aux clients de faire pression auprès de leurs députés pour stopper le vote de cette directive. Le sujet est débattu officiellement et publiquement. Malheureusement les médias en France et en Allemagne ont très peu ou pas publié cette information qui nous
concerne tous. Il est à noter d’ailleurs que les pays qui ont pris l’initiative de cette nouvelle directive sont l’Italie, l’Allemagne … et la France. Vous trouverez si après l’accès (en français) du site anglais de “Consumers for Health choice” qui a mis en place une pétition européenne :
http://www.consumersforhealthchoice.com/index.php?option=com_content&task=view&id=268&Itemid=225. Mais bon à l’heure où j’écris ces lignes, ce site n’est plus en service ????
Voici maintenant quelques blagues instructives. Cela se passe lors de la création des pays d’Europe. Chaque pays va se plaindre à Dieu en se comparant à la France qui selon eux est bien trop avantagée par rapport à eux. Elle possède en effet un climat tempéré, c’est-à-dire ni trop chaud comme l’Italie, le Portugal ou l’Espagne ni trop froid comme les pays du Nord de l’Europe. Elle a accès sur deux Mers, une ouverte sur l’Afrique, l’autre sur les Amériques et possède une diversité géographique unique avec des montagnes pour faire du ski, des plaines abondantes pour cultiver facilement et de beaux lacs et rivières pour se baigner. Dieu écouta les plaintes des autres pays et reconnu qu’effectivement, la France était bien trop avantagée par rapport aux autres pays de l’Europe. Alors pour les calmer, elle leur dit. Puisque c’est ainsi pour rétablir l’équilibre, en France je mettrais des français…..
Une autre blague et j’arrête. C’est un français, un anglais et un allemand qui se promènent dans la rue et ils voient quelqu’un qui ressemble à Jésus. Alors l’anglais va le voir et lui dit qu’il ressemble beaucoup à Jésus. L’autre lui répond que non seulement il lui ressemble mais qu’en plus il est Jésus. Et pour le lui prouver il le touche et le guérit instantanément d’une maladie qu’il trainait depuis un certain temps. L’anglais va alors voir les deux autres pour leur raconter tout cela et l’allemand qui a une grave maladie va aussitôt voir ce monsieur qui le touche et de même le guérit instantanément, ce qu’il raconte bien sûr aux deux autres. Ce monsieur qui ressemble à Jésus s’approche alors du français qui se recule brusquement en lui disant « Ah vous, surtout ne me touchez pas, je suis en congé maladie…. »
Deux petites blagues qui a elles seules expliquent assez bien ma foi les causes de la crise qui me semble encore plus importante en France par rapport au reste de l’Europe …
Comme nous l’avons compris, à cause de côtés pervers de notre système de remboursement de la maladie, qui incite d’une certaine façon les français à s’empoisonner et les dentistes à dévitaliser des dents, les français sont plus malades que les autres européens. Les européens étant aussi plus malades que les asiatiques qui ont conservé leurs médecines traditionnelles. Des médecines qui sont interdites d’exercer sur le sol français, tout comme sont interdit l’importation de leurs médicaments. Les conseils de l’Ordre des médecins et des pharmaciens y veillent, soyez rassurés.
En France, il est donc interdit d’importer de l’étranger, notamment de Chine et d’Inde, ce qui pourrait aider à soigner naturellement les français. Mais pour tout le reste, c’est autorisé au nom du libre échange. Pour info, parmi les quatre produits que la France importe le plus de l’étranger, deux sont des poisons pour la santé, le café (en premier) et la cacao (en quatrième).
Quant-aux exportations françaises à l’étranger, elles se résument en gros, même si ce n’est pas tout à fait complet je sais, à exporter de la technologie empoisonnante. On exporte du fromage qui pue (avec des moisissures toxiques), du vin qui enivre, des médicaments chimiques aux effets secondaires terribles à long terme (la France est le quatrième producteur mondial de produits pharmaceutiques) et pire, de la technologie nucléaire et des armes, ce qui est la pire chose à faire en regard à la protection de la vie sur notre planète.
Avec une vision spirituelle, cette production d’armes et de nucléaire, donne aux français un lourd passif qu’on peut aussi appeler un lourd karma dans un langage plus bouddhiste ou hindouiste.
Pour la production d’armes, la France est dans une certaine logique. Elle possède en effet l’hymne national le plus guerrier du monde, en incitant « à abreuver nos sillons d’un sang impur » et logiquement fabrique aussi le plus d’armes par habitant de toute la planète. Eh oui tout est lié. Ce qu’on met dans la tête des gens en chantant influe aussi sur leurs comportements.
Pour le nucléaire, la France est le plus grand producteur européen d’énergie nucléaire et le pays qui possède aussi le plus de centrales nucléaires d’Europe. Encore une fois, on est cohérent dans notre folie… Sachez qu’il n’y a pas pire pollution pour la planète que le nucléaire. L’industrie nucléaire agissant en séparant les structures intimes de la matière, les atomes, se met en totale contradiction avec la loi divine qui exprime dans la Bible : « l’homme ne séparera pas ce que Dieu a uni ». Les déchets radioactifs mettent parfois des millions d’années avant d’être inoffensifs pour la vie et en attendant ils émettent des radiations qui déstructurent jusqu’au plus profond des cellules vivantes, les chromosomes, qui constituent la mémoire de l’espèce elle-même. C’est d’ailleurs ce que font aussi les traitements de radiothérapie pour tuer les cellules cancéreuses, en tuant aussi les patients au passage bien souvent. Seulement voilà, c’est un peu comme la dent dévitalisée et l’allopathie en général, c’est assez subtil à voir. Des israéliens viennent de mettre au point un système moins agressif avec des ultrasons qui brulent aussi les cellules cancéreuses mais c’est bien moins destructeur pour la vie que la radioactivité (voir http://www.medecines-douces.tv/Detruire-des-tumeurs-benignes-sans-chirurgie-ni-anesthesie-Traitement-anti-cancer-une-petite-revolution-Israelienne_a295.html). Au début, seul l’hôpital de Tours en France expérimentait cet appareillage, sur les cancers de l’utérus dans un premier temps. Mais bon le protocole est aussi maintenant validé par un organisme officiel voir :

http://www.destinationsante.com/Des-ultrasons-contre-les-metastases-hepatiques.html

Au niveau de la production énergétique, le nucléaire permet certes de produire beaucoup d’énergie sur un espace très réduit, mais la vie y perd globalement. Pour faire un lien avec la médecine, je dirais que cela me fait un peu penser aux amphétamines, ces médicaments allopathiques que certains médecins donnaient aux personnes fatiguées. Elles retrouvaient de l’énergie mais mourraient prématurément ensuite de crise cardiaque. En 1989, se passa la plus grande catastrophe de centrale nucléaire de l’histoire (moderne) de notre planète, à Tchernobyl. Les études sur les malades de Tchernobyl que l’OMS a d’ailleurs très probablement sciemment oublié de faire seraient fort instructives. L’Oms, que j’ai contacté pour les dents dévitalisées et dont les dentistes ont bien sûr bloqué l’info comme on pouvait s’y attendre.
Des études montrent que presque vingt ans après l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl, la population dans les régions autour de Tchernobyl a une diminution significative de l’espérance de vie. Et cela contrairement aux autres pays de l’est. Cela devrait durer encore pendant très longtemps. Bien pire que la dent dévitalisée, la radioactivité contaminera l’environnement pendant des milliers voire des millions d’années. Aucune pollution chimique n’est comparable à la pollution radioactive. On ne sait déjà plus quoi faire des déchets radioactifs. Doit-on les enterrer ou les envoyer sur le soleil. Notre technologie actuelle ne possède aucune solution satisfaisante et pourtant on continue à en produire toujours plus en se disant qu’on va bien trouver un jour la solution. C’est une attitude totalement irresponsable et il faut arrêter ce drame planétaire au plus vite quelque qu’en soit les difficultés que nous devrons ensuite gérer car quoiqu’il en soit elles seront toujours moindres que celles que devrons gérer nos enfants avec les déchets radioactifs que nous leur laisserons en héritage. La pire source de contamination nucléaire d’Europe de l’Ouest se trouve en France, à la Hague plus précisément, à l’usine de retraitement des déchets radioactifs. Cette usine en fin de compte ne permet de récupérer que 10% de combustible pour un cout écologique terrible. Si terrible que même les américains ont abandonné l’idée de faire du retraitement de déchets radioactif préférant limiter les manipulations. Mais nous en France, nos ingénieurs sont bien plys intelligents que les ingénieurs américains, c’est bien connu…. Le retraitement de La Hague libère dans l’atmosphère plus de radioactivité chaque année que l’ensemble des essais nucléaires de l’histoire de l’humanité. Toute l’Europe, surtout le Nord, est contaminé directement par cette usine qui n’hésite pas non plus à rejeter directement dans la mer, la Manche, de l’eau hautement radioactive, ce que la loi française n’interdit pas d’ailleurs. Avec cette usine, la France est la honte de l’Europe de l’Ouest en matière de nucléaire. Il n’y a de toute façon, pas de solution satisfaisante de gestion des déchets nucléaire et il n’y en n’aura pas car cette production énergétique est en contradiction avec les lois divines. C’est la même chose en quelque sorte avec la dent dévitalisée. Il n’y a pas de dent dévitalisée inoffensive car garder de la mort en soi est aussi en contradiction avec le même type de lois . Il faut savoir qu’aujourd’hui, le nucléaire sert surtout à produire de l’électricité dont il faut au plus vite diminuer notre consommation notamment pour le chauffage des habitations et la cuisine. La cuisine à l’électricité est d’ailleurs problématique par l’imprégnation électromagnétique des aliments.
En faisant le choix du nucléaire c’est comme si nous avions fait décoller un avion énorme sans avoir de piste d’atterrissage adaptée. Et mauvaise nouvelle, c’est que nous sommes tous embarqués dans cet avion… même ceux qui ne profitent pas de cette énergie car la pollution radioactive peut se déplacer partout avec le vent, et l’eau de pluie qui ne connait pas les frontières. On l’a bien vu avec le nuage de Tchernobyl.
Ce choix nucléaire ainsi que de vendeur d’arme n’est pas sans relation avec un choix de laïcité à la française qui a favorisé une despiritualisation de notre société. Un choix français qui est aussi une exception de l’Europe de l’Ouest. Je développe plus cette idée dans un texte au chapitre de « actions militantes du Dr Darmon » dans ce site.
Quoiqu’il en soit, tout cela fait peser un très lourd karma sur notre nation française et je ne pense pas que ce soit un hasard si les français sont devenus aujourd’hui le peuple le plus malade d’Europe de l’Ouest. L’univers fait en sorte d’empêcher d’agir ceux qui travaillent au service de la destruction de la vie. Les védas, les écrits religieux indiens, disent d’ailleurs que « le dharma protège celui qui protège le dharma ». Traduisez « la voie protège celui qui protège la voie », mais aussi d’une certaine façon : « la vie protège celui qui protège la vie » ou « Dieu protège celui qui protège la vie ». Le corolaire est que la vie ou Dieu ne protège pas, voire détruit ce qui a pour objectif de détruire la vie. Ce second aspect est aussi important que le premier et on en retrouve de multiples illustrations dans divers écrits religieux. Il est important de comprendre qu’on ne peut prétendre vouloir faire du bien sans s’attaquer au mal, de façon non violente toutefois. Car attention à ne pas tomber dans le piège de la violence qui n’est jamais la solution des forces spirituelles même si certains écrits religieux pourraient le laisser croire hormis certains comme ceux qui rapportent l’exemple de Jésus. Des écrits religieux qu’il serait d’ailleurs intéressant de spiritualiser en les épurant de toute incitation à la violence. S’attaquer au mal n’est pas non plus s’attaquer aux individus qui font du mal mais juste aux idées qu’ils véhiculent, ce qui est différent. Si les restaus du cœur ou les associations de mal logés ou la croix rouge s’attaquaient aux dépenses stupides où l’argent de la nation est gâché, comme à des dons pour des recherches médicales qui vont dans le sens de plus empoisonner la population en fait, elles auraient infiniment plus d’efficacité que de répéter inlassablement qu’il est scandaleux d’avoir encore aujourd’hui dans notre pays des personnes qui dorment dans la rue et ne mangent pas à leur faim. Idéalement, nous ne devrions donner qu’à des œuvres caritatives d’inspiration religieuse, pour éviter que cet argent ne soit perdu ou détourné. La religion étant normalement une certaine garantie d’honnêteté et de bon sens. Seulement voilà, les français étant de moins en moins religieux donnent logiquement de moins en moins à des organisations religieuses. Et des organismes se retrouvent avec des sommes colossales pour subventionner des chercheurs qui ne trouvent rien tandis que des gens dorment dans la rue et recherchent désespérément un logement. Quelle aberration
D’une certaine façon mystique si je puis dire, je pense qu’il existe des informations susceptibles de redonner la santé aux français qui ne passeront pas tant que les français n‘auront pas une réflexion plus large sur le sens de la vie. Une réflexion que j’essaie d’ailleurs toujours d’associer à mes informations sur la santé.
Nous devons comprendre que travailler à des entreprises dont une des conséquences sera de contribuer à détruire la vie n’est pas rendre service à l’humanité mais effectuer un travail démoniaque. Tout comme il est démoniaque, c’est-à-dire destructeur de la vie, de dévitaliser des dents. Et selon les lois spirituelles, et notamment celles du karma, le travail qui apporte mort et souffrance se retournera contre ceux qui l’ont exécuté ainsi leurs descendants qui sont inclus dans un karma collectif national. Des notions d’autant plus difficiles à accepter bien sûr quand les histoires de dieu, de karma et de spiritualité sont considérées comme des bêtises. C’est souvent ce que considèrent les français encore plus que des autres européens de l’Europe de l’Ouest puisque c’est en France qu’on a le plus exclu la spiritualité de sa société et notamment de l’enseignement avec sa conception particulière de la laïcité comme j’en ai déjà parlé. Une conception qui a exclu l’enseignement religieux de l’école de la République donc exclu l’enseignement de Jésus notamment qui enseignait d’aimer l’autre, donc par extension d’aimer la diversité et la différence. Et c’est donc aussi logiquement en France qu’on fait le plus la chasse aux minorités spirituelles qu’on appelle péjorativement les sectes, qui ont été répertoriées par un rapport parlementaire un peu comme jadis l’avaient fait les nazis en répertoriant les organisations juives sur le territoire. On disait d’ailleurs à l’époque « la secte juive ». Une époque pendant laquelle il était politiquement correct aussi de dire du mal de la secte juive. Pensez-y un peu quand vous entendrez du mal des sectes d’aujourd’hui. Je sais que cette comparaison peut paraitre folle mais quand le monde est fou, les sages passent toujours un peu aussi pour des fous.
Les nouvelles sectes amènent pourtant dans la spiritualité des connaissances diversifiées et donc enrichissantes. Le vrai danger pour moi, ce ne sont pas les spiritualités minoritaires mais l’absence de spiritualité, car c’est l’absence de spiritualité qui conduit au désespoir de l’humain avec au passage la violence sous toutes ses formes et notamment l’alcool, le tabagisme, la drogue, l’égoïsme et le suicide. Eh oui, s’il est politiquement correct de dire du mal de sectes, eh bien je pense au contraire que l’adhésion aux minorités spirituelles devrait être remboursée par la sécurité sociale au moins autant que les médicaments chimiques. Bon j’exagère un peu c’est vrai, mais les antisectes aussi.. Et pour cela je m’appuie sur des travaux de sociologues qui montrent que les membres de « sectes » sont en moyenne bien moins malades que la population générale et bien moins délinquants aussi.
Seulement, en général, c’est exactement le contraire qu’on veut faire croire à la population … Et dans le « on », il y a très souvent le corps médical de la médecine allopathique qui voit souvent dans les sectes un peu trop de remise en question sur ses pratiques dangereuses pour la vie. Des pratiques que le corps médical aimerait bien conserver un peu plus méconnues d’une population par conséquent maintenue dans l’ignorance . L’exemple des dentistes avec la dent dévitalisée est flagrant lorsqu’ils font pression pour qu’un congrès sur la toxicité des dents dévitalisées soit annulé ou qu’ils interdisent d’exercer le dentiste qui en parle. Au moment où j’écris ces lignes, c’est aussi le procès de l’Église de scientologie qui informe entre autre du danger des médicaments de psychiatrie qui pourraient bien être la première cause de la maladie d’Alzheimer par exemple.
Les sectes sont très souvent des bastions de la médecine naturelle car elles ont généralement pris conscience qu’il existe un gigantesque problème aujourd’hui dans notre médecine. Je sais qu’aux États-Unis, les scientologues informent aussi du danger des dents dévitalisées. Les sectes informent en général du danger de nos médications modernes. Un problème que les grandes religions trop consensuelles avec le pouvoir établi, ne dénoncent pas en laissant leurs fidèles dans un état d’hypnose collective vis-à-vis d’une médecine qui détruit trop la santé des patients pour soigner des maladies. Les sectes s’intéressant à la spiritualité s’intéressent donc logiquement à la santé qui est avec le bonheur qui en est indissociable, ce que notre Dieu créateur veut avant tout pour ses enfants. Voilà donc pourquoi les sectes parlent autant de médecines naturelles. Inversement les personnes qui défendent généralement les médecines naturelles et informent du danger des médecines modernes et qui sont un tant soi peu organisées sont généralement traitées de sectes par la médecine officielle même si elles ne parlent nullement de spiritualité. Cela permet de bien faire peur au public pour lui passer l’envie de s’y intéresser et éviter ainsi toute concurrence dangereuse. Une situation qui n’enrichit en fin de compte que la caste médicale tout en fabriquant une civilisation de grabataires et de handicapés qui bien sûr ne sont plus économiquement rentables.
Et ce qui n’arrange rien, nous avons handicapé avec les charges sociales, une énergie vitale de notre société qui s’appelle le travail. Une société est comme un organisme vivant. Elle possède son corps, avec ses différents organes et sa vitalité. Le cerveau est le gouvernement, le système digestif c’est l’industrie agroalimentaire etc… Une expression de la vitalité d’une société est sa capacité à produire c’est-à-dire en quelque sorte, le travail. En handicapant le travail par les charges sociales, on pourrait aussi dire que nous avons contribué à tuer, à petit feu certes, le travail dans notre civilisation occidentale, faisant que l’Asie qui n’a pas agi ainsi s’est accaparé le travail. Et comme jusqu’à preuve du contraire, c’est encore le travail qui permet de créer de la vraie richesse, nous avons ainsi appauvri notre civilisation par une progressive desindustrialisation. Eh oui c’est comme pour la dent dévitalisée, le fait de tuer une partie de l’organisme, ici le travail de la société, a des répercussions morbides sur l’ensemble de la société.
Historiquement, en France, les socialistes, ont voté sous le front populaire, un peu avant la dernière guerre mondiale, une série de mesures sociales visant à faciliter la vie en société des plus pauvres. Une charge qui aurait normalement due être assumée par le clergé, c’est-à-dire les religieux. L’idée d’état providence et donc de solidarité associée à ces mesures n’était certes pas mauvaise, à une époque où en cas de difficultés, les pauvres gens n’avaient parfois que leurs yeux pour pleurer. Cela a d’ailleurs été unanimement considéré comme un grand progrès de société. C’est d’ailleurs ainsi que naquit notre chère sécurité sociale dont le corps médical et la population ont largement abusé. Quand ce sont les autres qui paient, les abus sont inévitables si personne n’a intérêt financièrement à ce que ces abus ne cessent et si ceux qui contrôlent n’ont pas une certaine conscience quasi religieuse. Mais comme en France, ceux qui contrôlent sont aussi des fonctionnaires, qui n’ont pas spécialement intérêt à ce que ça change, ça n’arrange pas les choses. Ce système social a fait que ce soit les actifs qui paient pour les dépenses sociales, tandis que des inactifs possédants qui possédaient de grandes fortunes, conservent leurs richesses et ne participent pas à cette solidarité nationale. Les inactifs possédants sont ceux qui ont acquis des possessions sans rien faire et la meilleure façon d’être dans cette situation est l’héritage.
Pourtant, aujourd’hui encore, tout le monde est d’accord pour dire que ces mesures sociales sont un grand progrès, tout comme tout le monde est d’accord pour dire que notre médecine moderne, avec ses médicaments et ses dents dévitalisées sont un grand progrès, tout comme tout le monde est d’accord ou presque pour dire que le Général de Gaule est le plus grand homme politique français du siècle dernier et que les sectes sont de méchantes organisations. Et bien moi je pense exactement le contraire notamment que les mesures sociales aient été financées par le travail donc l’énergie de vie de la société est la plus grande erreur économique qui ait pu être commise, tout comme la médecine chimique et la dent dévitalisée pour la santé et que le Général De Gaule a été l’homme politique qui a fait la plus grosse bêtise du siècle dernier en faisant en sorte que la France possède et expérimente la bombe atomique pendant des décennies. On ne peut pas dire que je suis politiquement correct…. Mais bon revenons à nos moutons, c’est-à-dire à l’économie.
En taxant le travail pour financer le social, cela revient à baisser l’énergie de vie pour soigner la société malade. C’est un peu comme les médicaments homéopathiques aussi d’ailleurs (voir le texte « la médecine des poisons » ou « médecines et énergie »). Au bout d’un moment, ça provoque une paralysie de la société par manque d’énergie. Tout cela se fait certes progressivement, tout comme agit l’homéopathie d’ailleurs. Évidemment cela permet de soigner des maladies comme l’extrême pauvreté mais à terme comme avec l’homéopathie, si on abuse trop, le patient n’a plus d’énergie vitale et meurt prématurément d’un arrêt cardiaque par exemple ou se retrouve paralysé (pour info avec l’allopathie, ce n’est pas mieux, on finit avec un cancer si on en prend un peu trop…). Eh bien pour la société, les charges sur le travail paralysent son activité économique car le travail produit ainsi n’est plus concurrentiel par rapport à celui produit dans les pays asiatiques qui n’ont pas ce fonctionnement social. La crise économique que nous connaissons est la première phase de cette paralysie de la société. Une société dont, ce qui n’arrange rien en plus, les travailleurs sont de plus en plus malades à cause des erreurs que vous connaissez bien, et dont la dent dévitalisée est un bon représentant. Au début, certes, notre système de protection sociale financée par le travail fonctionnait assez bien et pendant des dizaines d’années les travailleurs ont payé de leur sueur pour que les malades et les pauvres gens soient aidés tout en enrichissant les médecins, les dentistes, les pharmaciens, et les kinés. Et cela tandis que certaines personnes s’enrichissent toujours en un clin d’œil et sans rien faire, à la mort d’un autre, avec l’héritage. Les héritiers eux ne sont pas trop touchés par la crise, d’autant plus que le dernier gouvernement a encore abaissé les droits de succession. Et pourtant, l’héritage pourrait être la solution permettant de conserver un bon système social sans pour autant handicaper le travail et surtout tout en étant en accord avec les lois de la vie comme nous allons le comprendre.
L’héritage est un concept issu de l’énergie de la mort. Il aurait été plus logique et juste que ce soit cet argent qui serve à financer le social et en particulier la maladie et la vieillesse qui sont aussi imprégnées de l’énergie de mort. Vous conviendrez en effet que la maladie ainsi que la vieillesse sont des états plus proches de la mort que l’état de pleine vitalité. Dans la Bible, l’ancien testament plus exactement, on y parle des baux emphytéotiques. Cela signifie que personne ne peut posséder la terre indéfiniment mais n’en est que le locataire pour le temps de sa vie. A sa mort, les possessions, notamment les possessions immobilières retournent par conséquent à la collectivité, et non à ses propres enfants. Mais voilà, nous n’avons pas voulu suivre cette recommandation divine par manque de spiritualité, ou par manque d’amour ce qui est la même chose. Pourquoi dis-je par manque d’amour ? Car nous n’estimons pas que les enfants de la Terre sont aussi nos enfants. Et donc notamment ceux dont les parents ne possèdent rien, qu’ils n’ont pas à avoir les mêmes chances dans la mesure où nos enfants sont protégés par notre propre héritage. De façon paradoxale, ce sont les pays de l’est, communistes et athées qui ont le plus remis en question l’héritage. Comme quoi, ce ne sont pas toujours ceux qui prétendent être en accord avec les écrits religieux qui le sont effectivement toujours. L’héritage est même en contradiction avec la déclaration des droits de l’homme. Comment affirmer que les hommes naissent égaux en droit si certains ont droit à un héritage colossal et d’autres à rien. C’est une évidence, je trouve. Certains ne seront jamais aussi riches que des héritiers qui n’auront rien fait de toute leur vie et cela même s’ils sont plus méritants et ont beaucoup fait progresser l’humanité. C’est du classique aujourd’hui. Et c’est cela qui est profondément injuste. Très souvent quand on remonte à l’origine de la fortune de certaines grandes familles, on s’aperçoit qu’au début ils ont utilisé le meurtre, le vol ou d’autres choses peu louables pour s’enrichir. L’héritage ne faisant que perpétuer ce passé odieux. Pour prendre un exemple, dans la région Bordelaise, en France, de grandes familles très riches sont les descendants d’esclavagistes qui n’ont jamais pourtant indemnisé un centime le peuple noir qu’ils ont déporté jadis dans des conditions de totale inhumanité, ce qui a d’ailleurs été reconnu comme un crime contre l’humanité.
Certes vouloir protéger nos enfants est humain mais dans le cas de l’héritage, je dirais que c’est de l’amour un peu animal aussi. Moi-même j’aimerais hériter de mes parents et léguer à mes enfants mon héritage ensuite. Mais pourtant si je sais que le fait d’abolir l’héritage pourrait amener plus de justice sociale, alors je voterai pour son abolition. En maintenant l’héritage nous devons comprendre que cela revient à engendrer la crise d’une certaine façon car les travailleurs doivent assumer quasiment seuls les charges sociales.
C’est aussi cela entre autre qui amène à terme à déstructurer notre économie quand la concurrence mondiale s’en mêle. Une concurrence qui elle, n’a pas handicapé le travail dans leurs pays par des charges sociales.
La suppression des héritages aurait pour effet immédiat de diminuer les prix de l’immobilier, compte tenu de la loi de l’offre et de la demande. L’état remettant sur le marché les biens dont il hériterait. Les travailleurs pourraient les acquérir d’autant plus qu’ils n’entreraient plus en concurrence avec de riches héritiers. Les travailleurs pourraient alors acquérir bien plus facilement leur logement, ce qui est juste parce que ce sont eux qui sont les actifs, c’est-à-dire ceux qui apportent vraiment quelque chose à la société. Évidemment, je sais que parler de ce sujet est pour le moins délicat et au moins aussi difficile que de parler des dents dévitalisées car la plupart des personnes notamment en France fondent leur principal espoir de s’enrichir sur le fait d’hériter tandis que ceux qui ont travaillé très dur pour acquérir un bien immobilier trouvent injuste de ne pas pouvoir le laisser à leurs enfants. Je sais tout cela et c’est ce qui fait qu’à vrai dire j’ai du mal à croire que ce concept soit un jour adopté démocratiquement. Mais il est important de savoir aussi que s’ils ont travaillé si dur pour pouvoir acquérir leur bien c’est justement car l’héritage existait. C’est ce qui a fait que les prix de l’immobilier ont été si élevé tandis que la plupart du fruit de leur travail partait pour payer des factures sociales qui aurait du être payées par l’héritage. Je pense donc aussi que même si dans l’idéal, l’héritage devrait être totalement supprimé, compte tenu du passé, cela devra se faire très progressivement afin que le sentiment d’injustice soit au maximum atténué. Car je sais que vouloir laisser son héritage à ses enfants est logique compte tenu des sentiments que chacun a pour ses enfants.
L’héritage et la dent dévitalisée ont d’ailleurs certains points communs instructifs. Tous deux sont des paradoxes qui localement ne présentent que des côtés positifs tandis qu’avec une vision globale ils sont totalement destructeurs. La dent dévitalisée permet de conserver en bouche une dent qui ne fait pas mal, ne présente aucune inflammation locale qui pourrait laisser suspecter qu’il y a un problème et elle sert à mieux manger ainsi qu’à conserver l’esthétique plus qu’une dent qui aurait été extraite. Mais à terme elle détruit la santé de l’ensemble de l’organisme. Eh bien l’héritage c’est pareil. Localement c’est à dire pour sa propre famille, il ne présente que des avantages. Il renforce les liens familiaux, protège les enfants de la misère, donne aux parents le plaisir de laisser quelque chose à leur progéniture. Mais pour la société dans sa globalité, il se révèle totalement injuste et destructeur à terme d’autant plus que nous laissons assumer toutes les charges sociales de plus en plus élevées quasiment uniquement par les travailleurs.
En France, on observe, 6 ou 7 % environ de progression de quasiment toutes les maladies graves, plus qu’ailleurs en Europe. En France, 10 % environ de la population active est considérée comme handicapée et le traitement d’un patient cancéreux coute environ 25 000 euros à la collectivité. Et le plus rigolo si je puis dire c’est que quasiment à chaque fois qu’on soigne un patient cancéreux avec notre bonne médecine, on le transforme en handicapé indemnisé ensuite à vie à un peu plus de 600 euros par mois. C’est proprement sidérant surtout quand on sait qu’il existe des solutions infiniment moins onéreuses et qui elles guérissent vraiment les patients. Seulement voilà ces solutions sont connues dans certains milieux de médecine naturelles, assez restreints toutefois, et niées bien sûr par le pouvoir médical en place qui vit très bien du système actuel et n’a aucun intérêt à ce que ces solutions soient connues. Et la tache est d’autant plus aisée que le public est bien conditionné à penser que seules les grosses machines très chères et les traitements chimiques très chers peuvent venir à bout des maladies graves. Une croyance qui entre autre a contribué à ruiner notre société, renforcée par un discours irresponsable très français du genre, « la santé n’a pas de prix ».
En utilisant notre médecine moderne qui est une véritable médecine des poisons (voir texte « la médecine des poisons » sur ce site) et avec la dent dévitalisée, on a fabriqué une civilisation de malades et de handicapés tout en ruinant la civilisation. Et tout cela en demandant aux travailleurs de régler la facture, ce qui a fini par tuer le travail.
Voilà donc la vraie raison qui a fait que les travailleurs occidentaux ne sont plus concurrentiels face aux travailleurs étrangers et asiatiques notamment. Le travail se délocalise donc dans ces pays asiatiques et la vraie richesse disparait de nos pays désindustrialisés qui ne produisent plus que des malades à la chaine. Et il arriva un jour ce qu’il devait arriver c’est-à-dire que les pays asiatiques et le reste du monde en eurent marre d’être payés en monnaie de singe et préférèrent vendre ailleurs leurs productions plutôt que d’alimenter un monde occidental qui était devenu un monde parasitaire à leurs yeux. Un monde qui pour régler ses dépenses exorbitantes, due notamment à la maladie ne savait plus faire qu’une seule chose, c’est faire fonctionner la planche à billet que ce soit une planche d’euros ou de dollars d’ailleurs. Et c’est ainsi qu’advint la crise qui n’en est à mon avis qu’à ses débuts d’ailleurs.
Ce qui m’étonne le plus c’est qu’aujourd’hui je n’ai ni entendu, ni lu, ce genre de discours de la part d’aucun dirigeant politique qui se plaint de la crise et c’est pourquoi j’ai écrit ici ce texte. Certains parlent bien de diminuer les charges sur le travail, d’autres de taxer les profits du capital c’est-à-dire des placements financiers qui sont eux aussi une certaine expression de la vitalité de la société, mais personne ne parle de l’argent de la mort c’est-à-dire de l’héritage ni de la remise en question de notre système médical qui empoisonne pour soigner. Dernièrement je suis allé écouter et contacter les écologistes, les verts de l’alliance écologique, qui faisaient un meeting pour les élections européennes, les copains de Cohn Bendit. Il y avait une dame ex juge, Eva Joli, qui parlait de lutte contre les paradis fiscaux, de tous ces gens qui ne veulent pas payer d’impôt sur leur travail, ce qui est un scandale selon elle, mais ce qui est aussi très humain selon moi. Un problème qui est en fait du pipi de chat à côté du problème des héritages et des dépenses exorbitantes liées à la maladie. En fait je dirai même que le problème des paradis fiscaux pourrait ne pas être vu comme un problème mais comme un exemple. Toute l’Europe devrait devenir un paradis fiscal pour les revenus du travail tout en étant intransigeante pour les revenus des héritages. Des revenus faciles en plus à contrôler car l’immense majorité des héritages sont immobiliers donc immobilisés et donc ne peuvent s’enfuir à l’étranger. Il est selon moi une bonne chose que les travailleurs les plus méritants puissent s’enrichir car ils constituent des locomotives d’enrichissement de la société. Il faut arrêter de persécuter ces locomotives sociales par l’impôt, ce qui n’aboutit en fait qu’à délocaliser de plus en plus le travail. Ce n’est pas là que peuvent se réaliser les vraies rentrées d’argent. Il y en aurait bien plus à réaliser aussi en évitant de le dépenser par nos folles dépenses médicales. Mais cela ne pourrait se comprendre qu’en réalisant un audit de notre système médical avec la vision subtile du praticien de médecine naturelle. Une vision que la médecine officielle a toujours essayé de détruire évidemment en détruisant les praticiens de médecine naturelle qui remettaient en question ce juteux système d’enrichissement de la caste médicale.
Quoiqu’il en soit il faut redonner au travail sa valeur en supprimant les charges sociales de telle sorte que le travail ne soit plus handicapé comme il l’est aujourd’hui. C’est aux héritages donc aux morts de régler la facture des dépenses sociales. Et ils ne pourront pas se plaindre puisqu’ils sont morts… Pour diminuer la facture des dépenses sociale, il faut redonner la santé à la population en remettant en question notre système médical.
J’aimerais maintenant vous faire partager une petite réflexion sur moi même. Parfois je fais des bêtises parce que je ne suis pas toujours concentré sur l’instant présent. Je m’en veux tellement si vous saviez que parfois après je me taperai la tête contre les murs. Je prends aussi conscience que dans cette civilisation d’abrutis, je suis peut-être le pire de tous les abrutis. Souvent le matin quand je me réveille, je me demande comment faire pour être un peu moins abruti que la veille. Alors je réfléchis de toutes mes forces pour agir comme je le peux pour que l’univers me pardonne mes bêtises et ensuite je réfléchis encore sur ma bêtise afin qu’elle s’atténue au maximum. Je me demande comment je peux aider mon prochain au maximum pour alléger mon karma et arrêter de me faire du karma (négatif) notamment car j’ai conscience que chaque jour je peux faire encore des bêtises. Je crois bien que c’est surtout cette conscience de mon imperfection qui me permet de grandir. Cette conscience de mon imperfection que Dieu m’a donnée afin que je puisse décider de me perfectionner, moi un petit élément de sa création. Une création parfaite où la conscience de l’imperfection est un élément essentiel de l’évolution pour atteindre la perfection divine qui est notre destin à tous à plus ou moins longue échéance. Je pense aussi que le plus grand danger est peut-être de ne pas avoir conscience de cette imperfection et de penser que nos croyances actuelles sont des vérités, des certitudes absolues. Je repense alors à tous ces dentistes du Conseil de l’Ordre qui ne doutaient pas une seconde de leurs certitudes sur le progrès que la dévitalisation dentaire apportait à l’humanité et me condamnèrent tous unanimement comme le fou de la profession, de son président qui sans l’ombre d’un doute affirmait à un journaliste de télé que j’étais condamné parce que en quelque sorte je faisais des expériences sur les humains ou de ce doyen qui m’affirmait qu’on avait prouvé scientifiquement que les dents dévitalisées ne présentaient aucune toxicité, et enfin de cet abruti de juge qui sans l’ombre d’un doute me condamnait à un possible emprisonnement comme si je n’étais qu’un arnaqueur de plus qui avait inventé une nouvelle arnaque pour mieux m’enrichir. Il n’y avait dans leur discours et leur regard pas l’ombre d’un doute, pas l’ombre d’une incertitude. Ils étaient tous sûrs et certains de ce qu’ils proféraient, de ce qu’ils appliquaient, de ce qu’ils édictaient. Aucun d’eux ne m’a jamais ensuite contacté pour m’exprimer que peut-être ils se trompaient et que ma conception de la dentisterie les interpellait à défaut de les intéresser éventuellement. Non ils étaient sûrs d’eux et le sont probablement encore aujourd’hui. Chaque jour ces dentistes pourraient redonner la santé à leurs patients plus que la plupart des médecins et des chercheurs qui recherchent de nouveaux traitements, mais ils ne peuvent le faire car ils sont persuadés qu’ils sont des personnes extraordinaires et n’en doutent pas une seconde. Alors ils continuent certainement comme le font la plupart des dentistes à dévitaliser même des dents saines pour faire plus facilement des bridges, fabriquant par la même occasion plus de cancers, de maladies graves et de maladies génétiques, que tout. Et ils sont persuadés d’être dans le vrai. Preuve en est qu’ils sont riches et que leurs patients leur sont reconnaissants. Et pourtant, moi je sais que ce sont des abrutis eux aussi et peut être les pires de tous et qu’ils sont dans cet état tout simplement parce que eux n’envisagent pas une seconde qu’ils puissent être justement des abrutis. Et c’est là que réside leur plus grande erreur. De même notre société pour s’en sortir devrait elle aussi accepter de considérer que certains choix qu’elle a fait jusqu’à présent sont des choix totalement abrutis. Notre société doit accepter de se remettre en question en profondeur, c’est-à-dire de réfléchir même sur ses comportements les plus installés, tout comme les dentistes sur la dévitalisation dentaire qui est une pratique profondément ancrée dans la pratique dentaire moderne depuis un siècle environ. Et notre société doit accepter de se dire que certains comportements très installés sont peut-être les plus grosses bêtises que nous ayons pu faire, surtout s’ils sont en contradiction avec les lois de la spiritualité, les lois de la vie, les lois de Dieu. Sinon, notre société souffrira inéluctablement et la crise économique actuelle n’en est qu’un des premiers symptômes, car le pire est certainement à venir. Raison de plus pour tout faire pour conserver notre bien le plus précieux, notre santé jusqu’à preuve du contraire, en commençant par faire enlever nos dents dévitalisées au plus vite, puisque c’est aujourd’hui la mesure la plus efficace pour préserver la santé. Eh oui j’y reviens toujours, je sais. On va encore dire que je radote, mais c’est comme ça. Une des bases de la pédagogie est la répétition parait-il, mais c’est peut-être une bêtise ça aussi…
En conclusion je dirais que cette crise économique pourrait nous faire oublier qu’il en existe une autre bien plus grave dans le monde occidental, une crise sanitaire mettant en péril l’homme et son patrimoine génétique en fabriquant une civilisation de malades et de handicapés. Une crise qui n’est pas moins grave que la crise écologique et le réchauffement planétaire qui sont très à la mode aujourd’hui. Mais une crise bien moins médiatisée, qui n’est pas vraiment reconnue par notre société et ses médias et même souvent niée par le corps médical occidental. Un corps médical encore moins prompt à reconnaitre sa responsabilité avec principalement l’utilisation abusive de la pharmacologie moderne chimique et des dents dévitalisées. Un corps médical qui nous inonde de discours lénifiants nous faisant croire qu’il maitrise la situation, que tout va bien, que s’il y a autant de malades et de grabataires, c’est la conséquence logique des progrès de la science et donc de l’allongement de la durée de la vie et qu’entre leurs mains nous n’avons rien à craindre. Rien n’est moins vrai tant que ces mains continueront à agir sans une certaine conscience des lois de la vie et qu’elles continueront à effectuer des actes qui permettent à la mort de s’insinuer dans nos organismes. La maxime de Pascal : « Science sans conscience n’est que ruine de l’âme » trouve ici dans le domaine médico dentaire une parfaite illustration de ce qu’il ne fallait pas faire. Mais la véritable cause de cette crise comme de toute crise est en fait une crise spirituelle. Une crise qui n’a pas permis ici, même aux religieux des grandes religions du monde moderne scientifique, qui parlent toutes d’un dieu vivant, d’identifier qu’introduire la mort dans les organismes vivants ou de faire le choix de soigner par des poisons étaient des actes totalement insensés. Tout comme ils n’ont pas identifié que le fait de produire de l’énergie en séparant les atomes (l’énergie nucléaire) était aussi un acte totalement en contradiction avec la protection de la vie. Un thème qui devrait pourtant être la priorité absolue de toutes les religions qui sont les gardiennes du message du Dieu créateur de la vie avant tout..Il n’y a en fait que certaines minorités religieuses qu’on appelle péjorativement sectes qui ont plus ou moins alerté leurs adeptes sur ces actes en désaccord avec les lois de la vie. Des actes qui sont directement les causes de cette crise sanitaire. Une crise sanitaire qui nécessite de trouver toujours plus de personnes valides pour s’occuper des victimes de ce système médical pervers. L’aide aux personnes dépendantes est bien d’ailleurs le seul gros secteur d’activité professionnelle qui recrute actuellement dans notre crise économique. Mais malheureusement, c’est encore un secteur qui coute de l’argent à la société et qui représente un symptôme sans équivoque de cette crise sanitaire qui fabrique une civilisation de grabataires et de handicapés. Mais si les personnes âgées sont touchées à l’évidence, il en est de même des enfants de plus en plus fragiles, qui ne cessent de faire maladies sur maladies et qui même très jeunes sont déjà mal fichus et de plus en plus allergiques par exemple. Des enfants toujours plus fragiles présentant aussi de plus en plus des maladies génétiques consécutives à des parents possédant des dents dévitalisées ou ayant eu recours à notre médecine moderne. Des parents ne faisant généralement confiance aussi qu’aux médecins formés à cette médecine moderne, qui ne s’intéresse nullement par exemple aux rapports entre l’alimentation et la santé par exemple. Et cela tandis qu’un français sur deux est actuellement éligible au cancer selon les statisticiens et que les maladies graves ne cessent de progresser de façon alarmante. Et bien sachez que ce ne sont ni vos médecins scientifiques avec leurs compères pharmaciens chimistes, ni vos nécro-dentistes qui ont la solution à cette problématique. Ce serait même plutôt le contraire. La situation est terriblement grave mes amis, il est tant de s’en rendre compte et de réagir en conscience. Regardez un peu la vitalité des peuples qui ne connaissent pas la dent dévitalisée ni la médecine chimique, avec les reportages télé par exemple si vous n’avez que cette solution, et vous comprendrez que comparé à eux, nous ne sommes que des sous être humains au niveau de la vitalité. Tout cela est terrible et pourtant c’est comme si notre société était aveugle de ce drame sanitaire. Pire c’est comme si elle estimait normal que nous soyons tous malades ou fragiles et devenus grabataires et qu’il n’y a rien à faire, que la science médicale nous sauvera de toute façon. Ou bien elle pense que tout cela est une conséquence de la pollution de l’environnement et fonde alors ses espoirs sur une démarche écologique en mangeant bio pour commencer. Ce n’est pas faux bien sûr, avec notamment l’envahissement de notre espace vital par toutes sortes de pollutions avec dernièrement les ondes électromagnétiques. Mais notre société me semble encore loin de comprendre que cette crise sanitaire est surtout la conséquence d’une science médico-dentaire qui s’est mis en contradiction avec des lois de la vie, ainsi que d’une pollution radioactive de plus en plus terrible cautionnée elle aussi par une certaine science. Une science qui tout en faisant croire qu’elle apporte un progrès à notre civilisation représente en fait une des plus grandes sources de son empoisonnement. Il serait une erreur des écologistes de ne penser qu’à vouloir préserver la planète et les différentes expressions de la vie végétale et animale et de ne focaliser que sur les pollutions extérieures, notamment chimiques, sans s’intéresser aux choix morbides médico dentaires que je dénonce ici. L’empoisonnement de l’environnement intérieur par la dent dévitalisée et la médecine moderne, avec ses vaccins, ses inhibiteurs enzymatiques et ses poisons cellulaires en général est aujourd’hui bien plus grave de conséquences pour la santé humaine que la plupart des pollutions extérieures que les écologistes dénoncent couramment, si ce n’est la radioactivité. Rappelez-vous l’histoire de Viktor Iouchtchenko, le président ukrainien qui fut empoisonné par des adversaires politiques juste avant son élection. On lui fit absorber une dose considérable de dioxine, un des poisons chimiques les plus toxiques qui soit, bien qu’il y a pire certes comme l’arsenic, le cyanure et le dimethyl sulfure mercure (produit par les dents dévitalisées comportant un amalgame au mercure). Il fut défiguré quelques années mais tout rentra à peu près dans l’ordre ensuite car le corps élimina le poison. Il n’eut pas de cancer et aucune maladie grave. Comme quoi la pollution chimique c’est toxique certes, mais c’est très loin d’expliquer toutes les maladies qui existent aujourd’hui sachez-le, comme voudraient le faire croire certains, ce qui arrange bien les vrais empoisonneurs. A côté de cela, des médecins se sont aperçus qu’enlever les dents dévitalisées était la première chose à faire pour guérir des cancéreux car le corps ne peut éliminer les dents dévitalisées tout seul. Dans les milieux de médecines naturelles on connait bien aussi les terribles effets secondaires des traitements médicaux conventionnels de notre médecine moderne qui sont bien plus lourds de conséquences que toutes les autres pollutions dont on nous parle généralement. Il est essentiel de prendre conscience de tout cela le plus vite possible et d’en informer la population. C’est là, la véritable œuvre humanitaire à réaliser à notre époque. Une œuvre qui permettra de résoudre en cascade nombre d’autres problèmes de société, dont la crise économique notamment, car la santé est le bien le plus précieux de l’espèce humaine, sans l’ombre d’un doute et la condition sine qua none à son enrichissement matériel. Sans la santé on ne peut pas faire grand chose…
Je sais bien que nombre des pensées que j’ai exprimé dans mes textes et dans ce texte particulièrement, notamment sur l’héritage, seront plus que difficiles à accepter par notre société. Mais les pensées sont comme des gouttes d’eau lancées dans les eaux immobiles d’un lac. Elles créent des ondulations qui peuvent se propager à l’ensemble du lac. Nous sommes les gouttes d’eau de ce lac. Mais des gouttes d’eau particulières qui non seulement ont la capacité de propager les ondes mais aussi de les amplifier si elles rentrent en résonance avec notre cœur et notre intelligence. Se crée alors une vague de plus en plus forte qui pourrait devenir un tsunami d’amour et de conscience apte à transformer la société. Il est important que vous sachiez que vous êtes comme ces gouttes d’eau particulières, aptes à transmette et amplifier les informations qu’elles reçoivent lorsqu’elles rentrent en résonance avec cette étincelle divine qui est en chacun de nous. Sachez que c’est aussi de vous, dont dépend votre devenir et celui de notre civilisation. Et quoiqu’il en soit et quoique vous fassiez, que cela soit fait dans la paix et la non violence.
Cette fin serait un peu sérieuse alors on finira par une blague.
C’est un monsieur franco allemand qui meurt. Mais comme il n’a pas du tout été gentil, il doit aller en enfer. Mais aux portes de l’enfer, comme il possède la double nationalité, on lui laisse le choix de l’enfer français ou de l’enfer allemand. Comme ce n’est pas un spécialiste du sujet, il demande ce que c’est que l’enfer allemand. Eh bien lui dit-on, dans l’enfer allemand, vous êtes immergé dans une fosse avec de la merde jusqu’au cou et vous devez tourner une grande manivelle. Autour de la fosse se trouve un allemand avec un fouet qui vous fouette dès que vous ralentissez. Et vous devez faire ça pendant quinze heures par jour. Ah bon dit-il, et l’enfer français, c’est quoi. Eh bien on lui répond que c’est exactement les mêmes conditions. Alors il s’approche du garde qui est chargé de l’accompagner et lui dit « mais que choisir alors si c’est la même chose ». Le garde s’approche de lui et lui murmure à l’oreille : « Entre nous, il vaut mieux choisir l’enfer français, car un coup, les livreurs de merde sont en grève, un coup on a volé son fouet au français et sinon il arrive toujours en retard et part avant l’heure, et encore c’est quand il n’est pas malade…. ».
Le bon côté de cette histoire, c’est qu’avec un peu de chance et avec la crise, car il y a du bon dans tout même dans le pire, on n’arrivera jamais à construire ce fameux projet dément qui s’appelle Iter… alors qu’en Allemagne, ils l’auraient réalisé probablement car ils ont bien moins de dents dévitalisée que nous, environ deux fois moins. Là bas en Allemagne, quand un dentiste dévitalise un peu trop de dents, il est convoqué par son conseil de l’ordre (info attestée par le témoignage vidéo d’un dentiste franco allemand). En France je fus radié par le Conseil de l’Ordre parce que je proposais de les extraire à mes patients malades pour leur redonner la santé….

Classé dans : Articles

Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la deuxième lettre du mot tawb