Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

Esotérisme médical

29 décembre 2006

Bruno DARMON

Vous trouverez dans ce texte ce qui est peut-être une théorie unifiée des lois de la santé abordée par des connaissances ésotériques, suivie de deux nouveaux outils thérapeutiques plein d’espoir de la dentisterie holistique. Ce n’est pas le texte le plus facile à lire, ni le plus important du site. Gardez le donc pour quand vous vous ennuierez.

Préambule :

Lorsque je parle de l’extrême importance de la toxicité des dents dévitalisées, on a l’habitude de me répondre que je parle des dents dévitalisées parce que je suis dentiste, enfin j’étais dentiste, avant que le Conseil de l’Ordre ne m’interdise d’exercer, et que les podologues parlent eux de l’extrême importance du pied, les ostéopathes et chiropracteurs des sutures du crâne ou de la colonne vertébrale, les psychothérapeutes du psychisme, les généticiens de la génétique etc etc...

Et donc qu’en fin de compte, comme tous ceux-là, je ne prêche que pour ma paroisse avec une vision très limitée de la santé. Sachez toutefois d’une part que d’éminents médecins, et non des dentistes, pensent aussi la même chose sur l’extrême importance des dents dévitalisées, ainsi que des scientifiques.
Pour tenter encore de vous montrer que je n’ai pas une vision si limitée que cela de la vie et de la santé qui s’arrêterait aux dents, j’ai écrit quelques textes qui sont loin de ne parler que de dents et qui traduisent une vision globale. Une vision qui résulte de multiples enseignements que j’ai reçu dans un cursus un peu original, où la science et la médecine se sont mêlées avec l’ésotérisme, la spiritualité et les médecines naturelles. C’est ce qui m’a permis d’écrire le texte sur la spiritualité médicale par exemple mais aussi sur la médecine des poisons. Mais en voici un autre sur les grandes lois de la santé qui renforcera je l’espère mon discours de dire que la dent dévitalisée est un gigantesque problème de santé publique. J’espère que ce texte n’aura pas l’effet inverse, c’est-à-dire me faire passer pour un fou. Exercice sur lequel mes gentils confrères du Conseil de l’Ordre sont arrivés à faire en partie jusqu’à présent pour mieux discréditer des informations essentielles à la santé publique qui démontrent que les dangereux apprentis sorciers, ce sont eux, dans la mesure où ils ignorent des informations si importantes sur la toxicité des dents dévitalisées.
Le texte à proprement parlé :
Les enseignements mystiques disent que tout est un. A partir de cette simple phrase tout pourrait être compris et cela dans tous les domaines. J’ai essayé d’approfondir le chiffre un dans un autre texte “the One” que vous trouverez dans ce site si vous cherchez un peu. Ici nous allons nous intéresser aux lois de la santé.
Tout est un et comme un plus un donne deux, tout est deux aussi par conséquent. Deux c’est le chiffre du Tao qui est constitué du Yin et du Yang. C’est aussi la matière et l’énergie qui sont donc une et même chose en fait. La matière étant une forme condensée et immobilisée de l’énergie tandis que l’énergie est une forme dispersée et en mouvement de la matière. Matière et énergie ne sont donc qu’une variante d’une et même chose qui est le un dont l’univers est entièrement constitué. Dans d’autres cultures comme la culture chinoise, comme je l’ai déjà dit, on parle de Yin et de Yang et le symbole du Tao (ce symbole chinois ou le blanc et le noir sont entrelacés) n’omet pas de toujours mettre un peu de Yin dans le Yang et un peu de Yang dans le Yin. Continuons un peu à approfondir pour comprendre plus facilement. Le deux donne le trois car deux plus un égale trois. Le trois c’est le chiffre de l’existence car tout ce qui existe est constitué de ces trois choses qui sont la matière inertielle ou l’inertie, la chaleur et le mouvement. Dans la culture védique, c’est respectivement Kapha, Pitta et Vata. Un prophète, Zarasthoustra, disait que tout l’univers pourrait être vu en fonction du chiffre trois. Alors comme c’était un prophète, nous allons expérimenter le fait de le croire et nous allons essayer de voir l’univers avec le chiffre trois et alors découvrir toutes les lois de l’univers pourquoi pas. Ne sommes nous pas des dieux en devenir nous disent certains enseignements mystiques, c’est à dire aptes à comprendre tout l’univers. Afin de satisfaire votre curiosité je vais toutefois explorer tous les autres chiffres jusqu’à neuf. Ensuite ce ne sont que des nombres constitués de chiffres et c’est moins important. Le quatre est le chiffre de la structure donc de l’espace avec ses quatre points cardinaux car lorsque le trois, l’existence, est définie, alors ensuite le quatre qui est le chiffre de l’espace peut lui aussi être défini par ses quatre points cardinaux, l’Est, le Nord, l’Ouest et le Sud. Car l’espace ne peut être défini tant que rien n’existe à l’intérieur de cet espace, c’est pourquoi il arrive après le chiffre trois, qui est celui de l’existence. Lorsque l’Espace est ainsi défini, alors et seulement alors la vie peut s’y établir. La vie se définit par le chiffre cinq car toute vie fonctionne avec les cinq éléments. Que ce soit les cinq éléments yang (énergétiques) chinois ou yin (matériels) indiens. Les éléments chinois sont le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau. Des éléments qui traduisent une qualité de l’énergie associée à la vie. Les cinq éléments yin (matière) indiens sont la terre, l’eau, le feu, l’air et l’éther et ils traduisent une densité de la matière associée à la vie. La terre étant l’élément le plus dense tandis que l’éther est le moins dense. Lorsque la vie est établie, alors le temps a une raison d’être, car sans vie, le temps n’aurait pas de sens. Le temps c’est le chiffre six qui est cinq plus un. Six est d’ailleurs utilisé pour mesurer le temps car une journée est six fois quatre heures et une année est six fois deux mois. Au bout d’un certain temps de vie apparaît l’humain, qui est associé au chiffre sept avec ses sept chakras principaux. Sept est donc le chiffre associé aussi à la bonne santé, pourrait-on dire. Le désir profond de l’humain étant de vivre éternellement, apparaît le huit, le chiffre de l’infini, de l’éternité qui permet d’entrevoir le concept d’harmonie associé au neuf qui est le but ultime de l’univers. Le neuf c’est aussi le chiffre de Dieu, l’expression même de l’harmonie. L’univers veut aboutir à l’harmonie ou Dieu, c’est le sens même de l’existence de l’univers.
Connaître le sens des chiffres n’est pas sans utilité en médecine par exemple. En effet, un dérèglement de niveau 1 sera plus grave qu’un dérèglement de niveau 2 car le un engendre le deux (car 1+1=2) et non le contraire et ainsi de suite pour les autres nombres. Le un est avant le deux donc engendre le deux qui engendre le trois et ainsi de suite. Le dérèglement de niveau 1 est donc ce qui est de plus grave. C’est le dérèglement qui touche les fondements de la matière, de l’intégrité de l’atome. C’est le dérèglement introduit par la radioactivité par exemple qui soit tue rapidement soit dérègle la matière vivante au plus profond de ses fondements c’est-à-dire comme on le sait, les chromosomes. C’est ce qu’il y a de plus grave et seule (enfin selon les connaissances actuelles officielles) la thérapie génique peut alors réparer cela. On voit que c’est un élément de dérèglement de l’univers de niveau un (la radioactivité) qui induit une maladie de niveau un (la maladie génétique). On peut donc penser selon la pensée analogique propre aux sciences orientales, que pour les autres niveaux se sera de même. Par conséquent, il est intéressant de se poser la question de savoir ce qui peut induire des dérèglements de niveau deux. Les dérèglements de niveau deux sont induits par tout ce qui est provoqué par un dérèglement de niveau deux dans l’univers. Les dents dévitalisées et la médecine chimique sont de bons exemples de dérèglements de niveau deux. La dent dévitalisée est un organe où il ne reste que la partie matérielle yin (la structure minérale) tandis que la partie énergétique yang (nerf et vaisseaux sanguins) a été éliminée. Quant à la médecine chimique, on ne garde au contraire que le principe actif yang tandis que les principes yin de la plante ne sont plus présents. On comprend donc pourquoi la dent dévitalisée et la médecine chimique peuvent induire des pathologies très graves (car de niveau deux) aussi, même si elles ne sont pas aussi graves que la radioactivité toutefois. Un dérèglement de niveau trois est un dérèglement qui concerne lui le niveau de Vata, Pitta, Kapha dont nous avons déjà parlé un peu avant. Ce sera par exemple un excès d’activité, de chaleur ou de poids ou l’inverse de tout cela. Un dérèglement de niveau quatre est par exemple une vertèbre déplacée c’est-à-dire quelque chose qui touche à la structure. Un dérèglement de niveau cinq est un dérèglement d’une fonction organique par exemple du foie car on mange trop acide ou du pancréas parce qu’on mange trop sucré. C’est un dérèglement qui touche les cinq éléments chinois ou indiens. Un dérèglement de niveau six est par exemple induit par quelqu’un qui ne tient pas compte du temps en se levant trop tard et mangeant à n’importe quelle heure sans tenir compte des règles relatives au temps. Par exemple, quelqu’un qui vit la nuit et dort le jour. C’est aussi un dérèglement que connait le personnel navigant à bord des avions long courrier, ce qui dérègle leurs rythmes biologiques et qui génère une certaine fatigue. Un dérèglement de niveau sept sera un dérèglement d’un des sept chakras. Un chakra étant trop en excès ou en vide d’énergie, ce qui nuit à la santé. Le chakra digestif sera fatigué lorsqu’on est trop porté sur la nourriture. Le chakra cardio respiratoire sera altéré aussi si on fume par exemple. Ce pourra aussi être quelqu’un qui est trop dans le chakra du mental mais pas dans le chakra du cœur (le même que le cardio respiratoire d’ailleurs). Après le niveau 7, on ne peut plus vraiment parler de maladie en cas de dérèglement. C’est plus un problème d’altération de la conscience. Un dérèglement du niveau huit est par exemple quelqu’un qui ne s’intéresse qu’à un seul aspect de l’existence, son travail par exemple, ou sa famille ou sa beauté, ou le sexe, mais qui n’a pas de vision globale sur les autres aspects de la vie qui peuvent se décliner à l’infini car le chiffre huit est le chiffre de l’infini je le rappelle. Un dérèglement de niveau huit est donc un manque d’ouverture d’esprit sur l’infini. Un dérèglement de niveau neuf sera réalisé lui par exemple, par quelqu’un qui n’a qu’une vision matérielle de l’existence mais qui n’introduit pas dans son existence une dimension spirituelle qui le rapproche de Dieu et donc du dieu qui est en lui. Ce sera quelqu’un qui ne prie pas ou ne croit pas en lui c’est à dire qu’il peut comprendre par lui-même des lois simples de la vie et de la santé. C’est aussi quelqu’un qui pense que la maladie est due au hasard et donc ne cherche pas à identifier les causes de sa maladie. C’est aussi quelqu’un qui ne pense qu’à s’enrichir ou élever correctement ses enfants mais n’a pas conscience qu’il fait partie de l’humanité et que les autres sont aussi ses frères et sœurs. Par exemple, dire que pour sauver des emplois et éviter le chômage, il faut continuer à produire des armes dont on sait ou dont on ne veut pas savoir qu’elles seront mis entre des mains inconscientes qui tueront des enfants, est un dérèglement de niveau neuf.
Cette numérologie a des applications dans le domaine de la santé, à différents niveaux. Par exemple face à une pathologie quelconque où le patient aura une vertèbre tordue donc un dérèglement de niveau 4 et qui a aussi un dérèglement de niveau suivant, 6 par exemple avec des insomnies ou par exemple se couche et mange à n’importe quelle heure et à ses fonctions organiques déréglées par rapport au temps, on sait par conséquent qu’il est plus important de remettre la vertèbre en place que de donner un somnifère, car le niveau 4 domine le niveau 6 qu’il engendre, en passant par le niveau cinq bien sûr qu’il dérègle aussi. Mais on comprend aussi grâce à cette numérologie, pourquoi la dent dévitalisée, dérèglement de niveau deux, peut provoquer un problème de déplacement chronique de vertèbre qui est un dérèglement de niveau quatre car le 4 vient après le 2. C’est bien pourquoi à notre époque, les ostéopathes, les chiropracteurs et les professeurs de hata yoga ou de gymnastique qui travaillent principalement sur le niveau quatre, c’est-à-dire les positions osseuses donc la structure, ont beaucoup de travail car les vertèbres se déplacent régulièrement à cause des dents dévitalisées qui sont des dérèglements de niveau deux. On comprend aussi grâce à cette numérologie qu’en enlevant des dents dévitalisées, et en soignant les mémoires osseuses qu’elles ont laissées et qui sont souvent la conséquence des dents dévitalisées donc d’un dérèglement de niveau deux, les vertèbres se remettent très souvent en place d’elles mêmes. Et cela, de façon plus définitive qu’une manipulation d’ostéopathe qui ne tiendra qu’un certain temps quand la cause première du dérèglement est une dent dévitalisée. On comprend aussi pourquoi en éliminant les dents dévitalisées (dérèglement de niveau 2), peuvent se corriger d’elles mêmes, toutes les pathologies courantes des différents organes (foie, coeur, pancréas, intestin, rein etc.. ) qui sont associés au niveau 5. On comprend donc qu’une certaine dentisterie qui s’attachera à identifier et à traiter les dérèglements de niveau deux c’est-à-dire à enlever les dents dévitalisées et les mémoires qu’elles ont laissées, sera une nouvelle médecine d’avenir extrêmement puissante. J’ai d’ailleurs souvent observé la puissance de cette nouvelle médecine quand j’exerçais encore, il n’y a qu’à visionner les vidéos de témoignages de guérison du site www.sante-dents.com pour s’en rendre compte. Des témoignages qui ont même étonné des médecins qui les ont visionnés.
De la même façon qu’en soignant une dent dévitalisée, on peut soigner une vertèbre déplacée, encore plus efficacement qu’en soignant la vertèbre elle-même, les personnes peuvent aussi ne plus avoir de pathologies dépendantes des niveaux suivants, d’insomnie par exemple (dérèglement de niveau six) etc…en enlevant des dents dévitalisées. Car les dents dévitalisées interviennent sur ce niveau très élevé qui est le niveau deux qui domine les niveaux suivants. Cette numérologie qui introduit un ordre d’importance nous fait prendre conscience de l’importance de la dent dévitalisée dans les pathologies. Une importance qui est prédominante sur la plupart des autres causes de maladie si ce n’est une contamination radioactive qui est un dérèglement de niveau un.
Un cancer est un dérèglement de la cellule plus précisément des chromosomes qui se mettent à agir de façon anormale. C’est donc une maladie de niveau 1, comme les maladies génétiques. Etant donné que l’on sait (enfin que certains savent) que la dent dévitalisée et la médecine chimique présentes trop et trop longtemps dans l’organisme (dérèglement de niveau 2) constituent une grande cause de cancers (maladie de niveau 1), on peut en déduire qu’un dérèglement de niveau 2 qui persiste trop longtemps peut non seulement provoquer des dérèglements des niveaux ultérieurs mais aussi du niveau précédent, ici le niveau 1.
De façon analogique, si un dérèglement de niveau deux persiste trop longtemps, il est plus que probable qu’il pourra provoquer sur la descendance une maladie génétique, puisque c’est aussi une maladie de niveau 1. Cela pourrait être une explication à la quantité phénoménale de maladies génétiques qui est apparue dernièrement dans la génération qui a suivi la génération dont les jeunes parents avaient eux aussi des dents dévitalisées.
Tout cela n’est que très théorique et hypothétique, je le concède et il faudrait s’y pencher un peu plus en regardant les bouches des parents dont les enfants ont des maladies génétiques.
Les dents tordues de nos enfants par exemple, sont très souvent dues à un manque de place donc à un manque d’os maxillaire. Cette affection si fréquente aujourd’hui, est très probablement pour moi, une première affection génétique d’os malade à cause de dents dévitalisées ayant empoisonné l’os maxillaire des géniteurs. On sait bien que les enfants de parents diabétiques auront plus de prédisposition au diabète alors pourquoi en serait-il autrement pour un os maxillaire empoisonné par des dents dévitalisées. Mais l’os maxillaire malade ne pouvant avoir une croissance suffisante et donc donnant des problèmes d’orthodontie, n’est certainement pas la seule conséquence des dents dévitalisées des parents. On peut aussi penser à des affections d’autres organes notamment à des organes qui sont attenants aux os c’est-à-dire les muscles. Je parie par exemple que la plupart des enfants atteints de myopathie ont des parents qui possédaient de nombreuses dents dévitalisées avant la naissance de leur enfant. Pour être plus précis, je parie même que ce sera surtout les mamans des enfants génétiquement malades chez qui on trouvera de nombreuses dents dévitalisées. Je dis les mamans car certains enseignements ésotériques nous disent que c’est la mère qui apporte la santé tandis que le père apporte le projet de vie. Toutes ces données découlent d’enseignements ésotériques, je le rappelle, de connaissances devrais-je dire car connaissance c’est acquis avec la naissance par définition étymologique pourrait-on dire. Ne me demandez donc pas de vous les prouver scientifiquement. Dans les milliards consacrés à la recherche sur les maladies génétiques en vue de trouver des traitements, on pourrait peut-être en utiliser un peu à vérifier tout cela et alors informer les futurs parents des risques qu’ils encourent pour leur descendance en conservant des dents dévitalisées, et donc faire ce qui est le plus efficace c’est-à-dire de la prévention. Quant aux mamans ayant des dents dévitalisées, inutile de culpabiliser, vous ne pouviez pas savoir.
Comme on le voit, l’étude des chiffres dans leur sens ésotérique peut apporter des renseignements utiles pour la santé ou plus largement pour l’évolution de l’être humain.
Le chiffre neuf celui de la spiritualité est le plus grand de tous car la spiritualité domine tout. La prière est un outil de la spiritualité. Dans l’hindouisme (en fait on devrait dire le vaishnanisme), il existe aussi les mantras, ces sons qui portent en eux une vibration particulière qui peut guérir. Le plus connu étant le son « OM », mais il y en a d’autres.
Le chiffre huit est celui de la philosophie. Une notion qui permet une ouverture d’esprit sur l’infini, qui permet d’aborder la vie avec sagesse.
Le chiffre sept est celui associé aux sept chakras de l’humain et il est donc celui de la santé à proprement parlé, car c’est le fonctionnement harmonieux de ces sept centres d’énergie appelés chakras dans la médecine traditionnelle indienne qui détermine si on est en état de santé ou non.
Il y aurait tant de chose à dire sur le chiffre sept, et encore plus sur le chiffre huit et encore plus sur le chiffre neuf, que je n’en dirais rien laissant cela à ceux qui sont plus compétents que moi dans ces domaines (les maitres d’ayurvéda ou de médecine chinoise, les philosophes et les spiritualistes). Moi, je ne suis qu’un misérable vermisseau de dentiste qui n’est d’ailleurs même plus dentiste puisqu’on m’a interdit de l’être pour protéger la population et lui éviter de perdre ses bonnes dents dévitalisées au cas où elle serait venue me consulter par hasard….
Mais je parlerai un peu des autres chiffres qui sont avant le chiffre six car c’est le chiffre du temps et maintenant que j’ai du temps, puisque je n’ai plus de travail, j’ai pu bien approfondir cette notion….
Le chiffre six, celui du temps, nous fait prendre conscience qu’il y a un temps pour tout. L’application la plus simple étant qu’il vaut mieux pour la santé, dormir la nuit et être réveillé le jour. Mais on peut encore préciser et il ne parait pas inutile de le faire car peu de personnes ont traité de ce sujet dans notre médecine occidentale. Un sujet en rapport avec la chronobiologie.
Mais avant, je vous parlerai du chiffre cinq, associé à la vie.
D’un point de vue chinois, on parle ici des cinq éléments (Bois, Feu , Terre, métal et Eau). Chaque élément étant relié à une saveur, qui stimule un des cinq éléments relié lui-même à une fonction organique interne et externe. Chaque saveur étant d’ailleurs reliée à plusieurs éléments de médecine indienne ayurvédique ou ayurvéda. Par exemple en médecine chinoise, la saveur sucrée est de la Terre et donc reliée à la fonction de l’estomac et du pancréas. Mais en médecine indienne, la saveur sucrée est de la Terre et de l’Eau, c’est-à-dire ce qui est le plus dense, la Terre et ce qui est le plus froid et liquide, l’Eau. On comprend pourquoi le sucré fait grossir car il immobilise la matière dans le corps et lui apporte de l’eau pour le faire gonfler. Comme on le voit, la Terre, comme l’Eau d’ailleurs de la médecine chinoise n’ont donc rien à voir avec celles de la médecine indienne.
Si vous voulez en savoir plus, vous trouverez cela dans tous les enseignements de médecine chinoise et de médecine indienne, ce n’est pas le sujet ici.
L’application pratique du chiffre six avec le chiffre cinq est de savoir qu’on ne consomme pas les différentes saveurs n’importe comment dans le temps. En France, principalement par exemple, on consomme du sucré le matin. Or, selon l’ayurvéda n’est pas une bonne chose. Et logique car le sucré immobilise donc endort, et refroidit, puisqu’il est constitué de Terre (élément le plus dense) et d’Eau (élément le plus froid). Ce serait donc plutôt le soir qu’il faudrait en consommer éventuellement car pour dormir le corps doit s’immobiliser et se refroidir un peu. Il vaudrait donc mieux consommer du salé le matin si on veut bien se réveiller. Ce serait aussi le début de la meilleure prévention du diabète par exemple, qui est lié à une surconsommation de sucre et qui est aujourd’hui un gigantesque problème de santé publique en France.
Le repas de midi est celui qui doit être le plus consistant dans une logique de bonne santé, car c’est là que le feu digestif est le plus fort, comme le feu solaire d’ailleurs puisque nous sommes reliés à tout l’univers et donc au soleil par conséquent. Pour le repas de midi, il existe un bon ordre des saveurs mais sans trop rentrer dans les détails, le sucré c’est au début du repas, et l’amer à la fin du repas. Amer c’est la salade verte par exemple. Le café a aussi une saveur amère donc de ce point de vue le café en fin de repas n’est pas si mauvais si ce n’était que le café est aussi un petit poison. Donc, dans le registre de l’amer, préférer l’infusion de chicorée, qui remplace avantageusement le café car de saveur amère sans l’inconvénient de l’effet excitant. Et puis, il y a aussi le maté des sud américains ou la noix de Kola des africains, à la fin du repas, qui sont de très bons produits. La saveur amère est excellente aussi pour les diabétiques d’ailleurs ainsi que pour tous les problèmes d’estomac (estomac et pancréas sont reliés en médecine chinoise). En Afrique du Nord, on soigne d’ailleurs le diabète par la consommation d’oranges amères. Le sucré au début du repas a aussi un intérêt. Le sucré ouvre l’appétit. Il donne envie de manger. Il peut se manger même sans faim d’ailleurs, c’est pourquoi même après un repas copieux, on a toujours de la place pour le dessert sucré et après on pourrait presque remanger parfois d’ailleurs, ce qui prouve bien que le sucré à la fin du repas est une erreur. Le sucré est généralement composé de sucre, bien que certaines plantes telle la stévia soient très sucrantes et avec bien moins de sucre. Ce serait d’ailleurs une bonne alternative au sucre pour les diabétiques qui ne peuvent y résister. Il se trouve que le sucre est ce qui passe le plus vite dans le sang et donc nous nourrit le plus vite quand on a faim. La faim impliquant que l’organisme réclame du sucre dans le sang. Si on mange du sucré (un peu) au début du repas, on permet de donner vite à l’organisme ce qu’il veut. Mais surtout, on évitera en partie, la fameuse hypoglycémie post prandiale qui arrive un peu après la fin du repas et qui incite certains à remanger alors que le repas est fini depuis un quart d’heure environ. Faites l’expérience, vous verrez car le pourquoi est trop long à expliquer. Remanger un quart d’heure après la fin du repas est catastrophique pour la santé car tout le système digestif se remet en fonction pour un cycle complet. Cela épuise l’organisme comme le grignotage où on mange toute la journée. On ne devrait plus remanger tant que la digestion n’est pas totalement finie, c’est-à-dire environ quatre heures après le repas (moins chez les enfants et les maigres, plus chez les gros et les personnes âgées). Comme on ne devrait pas se coucher tant que la digestion n’est pas finie. Si on le fait malgré tout, il faut se coucher sur le côté gauche. C’est anatomique, regardez comment est fait un estomac et vous comprendrez. On comprend donc pourquoi il faut manger tôt le soir, voire idéalement avant le coucher du Soleil. Car dans notre organisme, il existe un feu digestif qui est en relation avec le feu qui est sur Terre, c’est-à-dire le Soleil. Lorsque le Soleil se couche, le feu digestif s’éteint aussi. Et oui, nous sommes reliés à tout l’univers et donc au soleil par conséquent. Quand on sait que selon l’ayurvéda, la première cause de maladie est l’ama, qui signifie en sanscrit (la langue indienne religieuse, comme le latin est la langue européenne religieuse) les matières mal digérées, on peut comprendre des choses intéressantes. Notamment pourquoi la première cause de mortalité en France est la crise cardiaque, comme vous allez le comprendre ici. Savez vous quand arrive le plus souvent la crise cardiaque en France ? En pleine nuit. Etonnant, on aurait pu croire logiquement que le cœur lâche en pleine action musculaire lors d’un gros effort, la plupart du temps. Eh bien dans notre société de sédentaires, c’est en pleine nuit qu’il lâche le plus souvent car le plus gros effort que nous demandons à notre organisme est généralement de digérer la nuit ce que nous lui avons fait ingérer le soir. La première raison de la crise cardiaque des français est donc selon moi, le gros repas du soir qui reste sur l’estomac et qui épuise tellement l’organisme qu’en pleine nuit, le cœur n’en pouvant plus, il lâche. Surtout si en plus on a des dents dévitalisées qui ont fatigué l’organisme ….
La moitié de l’humanité pauvre s’épuise le cœur à travailler pour arriver à obtenir de la nourriture pour survivre tandis que l’autre moitié riche s’épuise le cœur à digérer un excès de nourriture dans son lit, d’autant plus qu’elle a eu les moyens d’avoir des dents dévitalisées en payant le dentiste. L’humanité a un problème de cœur c’est sûr puisque la crise cardiaque est sa première cause de mortalité, mais les solutions pour le résoudre ne sont pas les mêmes en fonction des pays riches ou pauvres.
Le repas du soir doit être le plus léger des repas, voire être sauté si c’est possible, surtout quand on prend de l’âge car avec l’âge, le feu digestif s’éteint aussi. La nuit n’est pas faite pour digérer, ni absorber des nutriments. Elle est faite au contraire pour reposer le système digestif et nettoyer l’organisme de ses déchets. Je rigole car en disant cela je repense à un médecin enseignant qui nous donnait des cours de diététique à la fac et qui nous expliquait exactement le contraire, c’est-à-dire qu’il fallait bien manger le soir pour pouvoir tenir toute la nuit sans avoir faim. Des enseignements qui sont bien l’expression d’un savoir qui n’a jamais intégré les connaissances traditionnelles transmises par le ciel comme par exemple celles de la médecine chinoise ou ayurvédique et qui dans le même registre nient l’intérêt du jeun par exemple. Si on mange le soir, il faut au moins éviter tout ce qui est difficile à digérer c’est-à-dire viande, poissons œufs, laitage, les oléagineux (amandes, arachides, noisettes etc.. ) et les légumineuses (lentilles, pois chiche etc…). L’idéal ce sont les fruits, les légumes, et parmi les céréales, l’orge et éventuellement le riz, c’est mieux que le blé donc le pain. En tenant compte du chiffre six on peut imaginer qu’on vient donc de comprendre l’explication de la première cause de mortalité en France, qui je pense est le gros repas du soir. Ce sont les restaurateurs qui ne vont pas être contents si ça se savait, car les gens aiment bien aller dans de bons restaurants le soir….
Le problème est que souvent on a très faim le soir et qu’alors il est difficile de résister. La raison est que le repas de midi n’a pas été assez nourrissant, vibratoirement parlant. On peut en effet manger une grosse quantité mais qui ne sera pas nourrissante si des erreurs sont commises comme par exemple d’associer viandes ou poissons avec des laitages ou d’autres erreurs (il faudrait faire un article juste pour cela) qui fabriqueront des poisons qui ne permettront pas aux cellules d’apporter cette bonne vibration nourrissante. On sera alors lourd et en plus on aura faim le soir. A l’inverse, il existe des catalyseurs énergétiques qui permettent de rendre la nourriture plus énergétique et permettent de moins manger tout en nourrissant plus les cellules. Ce sont les épices. Il existe toute une science des épices, une alchimie des épices pourrait-on dire, qui devraient d’ailleurs être considérés comme les premiers médicaments (il faudrait aussi faire un article pour ça). Une bonne alimentation correctement épicée à midi et on aura presque plus faim le soir. Et alors on aura faim le matin car bien souvent c’est l’indigestion chronique due au repas du soir qui fait que le matin on n’a pas faim.
Si vous avez fait un gros repas et que vous n’arrivez pas à dormir, levez vous et allez marcher dehors puis recouchez vous sur le côté gauche, avec une bouillotte sur le ventre. Si vous avez des gélules d’enzymes digestifs (voir en magasin diététique), prenez en. Il existe des fruits pleins d’enzymes pour aider à digérer. Ce sont : la papaye surtout, mais aussi citron (toujours prendre dilué dans de l’eau) , pamplemousse, framboise, goyave, groseille, kaki, mures, mangues, cassis, oranges éventuellement. Mais plus efficace encore est l’infusion de gingembre rapé avec du jus de citron et un peu de miel. On devrait pour cela toujours avoir chez soi des racines de gingembre. Et si on a une tendance à avoir froid on peut rajouter du poivre dedans. Si par contre on a plutôt tendance à avoir chaud on évitera le gingembre et surtout le poivre qui est une épice très réchauffante. Et puis, je le rapelle, il y a aussi l’infusion de chicorée, qui remplace avantageusement le café car de saveur amère sans l’inconvénient de l’effet excitant. Si vous avez le courage de vous faire vomir, faites le. En buvant au préalable de l’eau tiède avant de vomir, on évite de se brûler la gorge avec les acides digestifs car on les dilue. Et si vous vous réveillez par la douleur de crise cardiaque en pleine nuit après un gros repas du soir, vomissez aussi le plus vite possible en attendant les secours. Cela peut vous sauvez la vie.
Continuons un peu sur ce chiffre six, le chiffre du temps. Au début du repas, on mange généralement les crudités froides. C’est bien car le froid appelle le sang, donc ici le sang dans l’estomac pour digérer mieux ensuite. L’hiver quand il fait froid, on en mangera plutôt moins que l’été, voire pas, ça semble logique. Mais pourtant il existe en France et en Europe une pratique très incorrecte en rapport avec ce concept, qui est que le froid doit se manger au début du repas. Cela concerne le yaourt. Le yaourt est un très bon aliment mais il ne doit pas être mangé à la fin du repas comme cela est classiquement fait en Europe qui le considère comme un dessert. Et surtout pas au repas du soir si on se réfère à ce qui a été dit un peu avant. Et je rajouterai aussi qu’il est à éviter quand on a déjà froid, car il refroidit l’organisme surtout s’il sort du réfrigérateur. Attention donc au yaourt l’hiver.
Le yaourt permet de mettre de bonnes bactéries dans l’intestin. C’est un bon antidote aux antibiotiques dont les français sont les champions du monde de la consommation. Pris au début du repas avec les fruits éventuellement, ils amènent bonnes bactéries et vitamines. Mais inutile de trop digérer fruits et yaourt. En Inde, on boit du lassi souvent avant le repas, qui est un mélange de yaourt, sucre, fruit mixé et eau. Ce mélange coule dans les intestins puis ensuite on mangera ce qui a besoin de rester longtemps dans l’estomac pour être digéré. Par contre si on prend le yaourt à la fin du repas, on éteint le feu digestif et donc on contrarie la digestion, ce qui produira de l’ama, première origine, je le rappelle, de toutes les maladies selon l’ayurvéda (qui ne connaissait pas encore les dents dévitalisées). C’est le même raisonnement pour dire qu’il faut éviter de trop boire, surtout froid, après le repas. Pour les fruits toutefois, certains fruits acides (orange ou pamplemousse ou ananas, par exemple), pris à la fin du repas peuvent aider à digérer un lourd repas en y amenant de l’acidité et des enzymes.
Avec l’exemple du yaourt, on comprend qu’une bonne chose n’est pas obligatoirement bonne lorsqu’elle est consommée au mauvais moment. Il m’a semblé important de préciser cela car c’est une notion qui me semble bien peu connue par notre civilisation occidentale, et même par ceux qui se disent les spécialistes de la diététique. Une méconnaissance qui est la cause de multiples problèmes de santé, je pense. Ne pas tenir compte du temps peut donc conduire à notre mort comme on l’a vu pour un gros repas pris trop tard le soir.
De façon plus mystique voici ce que j’écrivais dernièrement à une journaliste qui tardait un peu trop à mon goût à me recontacter pour faire un reportage sur le sujet des dents dévitalisées après m’avoir dit que ça l’intéressait beaucoup. Mais ce qui suit s’adresse plus généralement à tous ceux qui ont pris conscience de quelque chose d’important et qui tardent à agir.
« Savez vous quel est le chiffre de Satan dans la Bible, dans l’Apocalypse plus précisément. C’est 666, c’est bien connu. Et ce chiffre est constitué de trois six car six est le chiffre préféré du diable car c’est aussi celui du temps. En effet six est utilisé pour mesurer le temps car six fois quatre égale 24H, c’est à dire une journée et six fois deux égale douze c’est à dire le nombre de mois d’une année.
Le diable n’a qu’un seul objectif c’est de détruire la vie et de propager la souffrance. Mais il sait qu’en l’homme il existe une étincelle d’amour qui veut lui faire sauver le monde et que cette étincelle est plus forte que tout. La seule chance du diable est donc que l’homme ne fasse pas briller suffisamment à temps cette étincelle de conscience. C’est pourquoi le temps est son meilleur atout. Le temps est donc le meilleur allié du diable et son chiffre, le six, est donc son préféré.
Et vous, chère Mme X, quand allez vous décider d’utiliser votre étincelle pour médiatiser le sujet des dents dévitalisées, quand on sait que le cancer est déclaré cause nationale et que la santé est aujourd’hui la première préoccupation des français et le plus gros poste de dépense de notre nation, et que les dents dévitalisées sont considérées par de nombreux experts du sujet, comme la première cause de maladies en France ? »
Bon, je continue avec mes chiffres.
Le chiffre quatre est celui de l’espace, de la structure, d’où l’importance de se tenir droit, à table par exemple. Une position avachie, agit bien sûr sur la santé, ainsi que de vivre dans un espace mal organisé. Il existe aussi toute une science de l’espace en rapport avec la santé. En Chine cela s’appelle le Fen shui et en Inde, le Vastu Shastra. Le Vastu Shastra tire sa source des écrits religieux védiques (indiens) tandis que le Fen Shui est probablement un produit d’un Vastu Shastra mis à la sauce chinoise. Et cela a introduit des contre vérités. Par exemple, les chinois avaient un petit problème avec leurs voisins mongols au Nord, qui aimaient bien venir les massacrer. Alors ils ont édicté que les influences au Nord étaient mauvaises et le fen shui enseigne donc de se protéger du Nord par un mur par exemple. Mais cela n’a rien à voir avec la science l’espace. C’est un exemple d’erreurs introduites dans le Fen Shui qui est donc probablement du Vastu à la sauce chinoise. Mais le Vastu à la sauce chinoise, c’est déjà mieux que rien bien souvent même si il comporte parfois des erreurs qui aboutissent certains à dire par exemple qu’il faut dormir la tête au Nord, alors que dans le Vastu, on dit exactement le contraire, c’est-à-dire qu’il faut dormir la tête au Sud. Ce qui est logique car quand on a la tête au Sud, on regarde alors vers le Nord ce qui évite d’être ébloui par le Soleil. Les grandes vérités peuvent souvent se comprendre par des explications fort simples et seuls les esprits encombrés de connaissances inutiles ont du mal à les comprendre. C’est comme pour comprendre que les dents dévitalisées sont des poisons, ce que les grands professeurs de chirurgie dentaire ont visiblement du mal à comprendre.
On évite d’être ébloui par le Soleil en regardant au Nord, enfin dans l’hémisphère Nord uniquement. Car dans l’hémisphère Sud, c’est exactement le contraire. Mais selon les chinois, ce n’est pas un endroit pour y vivre. Ne cherchez pas à comprendre, il faut être chinois…
Je traiterai ensuite le chiffre trois, mais avant je traiterai encore un peu le deux qui a une importance très grande en rapport avec les dents. J’ai déjà expliqué que la dent dévitalisée était une erreur du chiffre deux en ne gardant que la partie matérielle et en enlevant la partie énergétique. Mais il existe aussi dans l’alimentation, notamment le sucre que consomme la majeure partie de la population, une grosse erreur introduite en rapport avec le chiffre deux. Le sucre est naturellement non raffiné c’est-à-dire qu’il comporte du saccharose et des sels minéraux. Le traitement de raffinage (à base de divers acide et de formol) élimine totalement les minéraux (la partie yin) et ne laisse que le saccharose qui est en quelque sorte le principe actif du sucre, sa partie yang. Que se produit-il alors dans l’organisme quand on y introduit cet élément déminéralisé. L’organisme, va essayer de rééquilibrer ce déséquilibre en vertu d’une loi « ésotérique » de rééquilibration en déminéralisant l’organisme et en commençant par ce qu’il y a de plus minéralisé c’est-à-dire les dents. Le sucre raffiné première cause de carie. On rejoint ici les observations du pédiatre feu le Dr Beguin, en Suisse à la Chaux de fond. A la fac on nous explique que c’est uniquement la plaque dentaire qui provoque la carie et donc qu’il faut l’éliminer. Le chiffre deux pour l’alimentation nous fait aussi prendre conscience qu’il est intéressant de consommer des céréales complètes aussi car les écorces de céréales contiennent beaucoup de minéraux, mais bio car les pesticides, ce n’est pas ce qu’il y a de mieux. Mais pour le sucre c’est encore plus criant de vérité car il existe tout un ensemble de procédés chimiques qui contribuent à raffiner en profondeur le sucre pour le blanchir, dans un désir pervers qui n’est pas sans relation d’ailleurs avec une certaine forme de pensée perverse qui s’appelle le racisme. Mais c’est un autre sujet…Le chiffre deux c’est aussi la réunion du couple avec l’homme et la femme, qui constitue la structure idéale pour cheminer dans le chemin de l’évolution. L’homme et la femme qui ne sont pas égaux mais complémentaires comme le yin et le yang. En les considérant égaux, la société fait d’ailleurs parfois une erreur aux multiples répercussions sur la santé de notre société. Mais bon c’est aussi un sujet très vaste…
Si la chimie de l’homme inconscient sépare des choses qu’il ne faudrait pas (dent dévitalisée, médicaments de synthèse, sucre blanc, radioactivité artificielle) en jouant ainsi à l’apprenti sorcier, il existe aussi une alchimie (étymologiquement la chimie de Dieu) qui elle sépare certaines choses pour les réunir à nouveau ensuite, et donc reste dans un respect des lois de l’univers et constitue donc un plus pour la santé. Je ne traiterai pas de l’alchimie pour la préparation des médicaments naturels, d’autres pourraient bien mieux le faire d’ailleurs. Mais je traiterai un peu d’une certaine alchimie de cuisine en rapport avec le beurre. Beaucoup de personnes en Europe ont les artères bouchées, pour différentes raisons dont le fait de consommer trop de beurre et notamment de beurre cuit. Les margarines qui sont constituées de graisses végétales hydrogénées ne sont pas d’ailleurs non plus une bonne solution pour la santé, même si elles prétendent le contraire, mais c’est un autre sujet. Or il existe dans le beurre deux parties. Une partie appelée le ghee ou beurre clarifié qui est constituée de graisses qui ne bouchent pas les artères et qui peut être cuit sans risque de produire cette couleur noire toxique du beurre cuit trop chaud. L’autre partie qui bouche les artères et qui à ma connaissance n’a pas de nom, peut être utilisée sans risque comme base de crème pour la peau, mieux que tout je trouve. Il existe une alchimie simple pour séparer ces deux parties du beurre et comme c’est une clef des artères bouchées qui est une pathologie très fréquente aujourd’hui, il est important, je pense, de la connaître. Comme tout ce qui fait chauffer des graisses, on fera fondre le beurre dans une casserole sans métal. Une casserole émaillée par exemple. Lorsque tout le beurre est fondu, on laissera encore bouillir le beurre à feu doux, quelques minutes et alors une bonne crème épaisse blanche se fera à la surface. Avec une cuillère en bois, on l’enlèvera. Ce sera la base de notre crème pour la peau, à laquelle on pourra rajouter des huiles essentielles selon sa convenance, sinon il faudra la laisser au réfrigérateur. Le beurre restant dans la casserole sera jaune translucide. C’est le ghee ou beurre clarifié. Tout au fond de la casserole, on trouvera un dépôt blanchâtre qui est constitué de protéines issues du lait, sans intérêt particulier à ma connaissance, mais on peut toujours le rajouter au plat qui est en train de cuire ce jour là. On versera le ghee dans un bocal de verre qui sera conservé fermé à l’abri de la lumière. Inutile de le mettre au frigo, si on ne met pas d’humidité dedans, il ne pourrira pas. Cuisiner avec du ghee est bien meilleur qu’avec des huiles, et pour le goût et pour la santé. Le ghee peut même se mettre dans les yeux pour les soigner. Voici donc ici un exemple d’alchimie dans la cuisine qui pourrait prévenir bien des maladies.
Le chiffre « un » maintenant. Il a déjà été traité en partie et pourrait certes être encore approfondi car nous sommes un avec dieu, un avec la société et notre prochain et un avec tout l’univers d’ailleurs car tout est un. Quand trop de personnes autour de nous sont malades, on risque fort de devenir malade soi même car nous sommes tous reliés puisque nous sommes tous un. La méditation est une bonne façon de nous sentir un, c’est-à-dire de sentir toutes nos cellules reliées le unes aux autres et de nous sentir relié avec l’univers. La méditation est un vaste sujet qui permet de guérir aussi, bien des maladies. La façon la plus simple de méditer est de respirer par le nez en se concentrant sur le flux et le reflux de l’air dans les poumons (l’inspir et l’expir), tout en augmentant son amplitude. C’est une façon simple de faire un avec tout l’univers qui lui aussi présente ce mécanisme de flux et reflux. C’est aussi une bonne façon de vider son esprit des pensées parasites tout en suroxygénant ses cellules afin qu’elles fonctionnent mieux. La méditation (et la médecine de l’esprit plus largement qui permet de guérir d’autres avec juste son propre esprit), est la médecine suprême selon certains enseignements ésotériques. Mais c’est un trop vaste sujet pour ici et je ne suis d’ailleurs pas la meilleure personne pour le traiter. Je finirai donc uniquement par une anecdote en rapport avec le chiffre un, qui n’est pas inintéressante pour comprendre que notre médecine fait parfois marche arrière dans certains sujets et donc qu’il n’est pas impossible qu’elle le fasse aussi bientôt pour les dents dévitalisées en rapport avec le chiffre deux. Lorsqu’on a découvert la radioactivité qui est un dérèglement du niveau un, je le rappelle, on pensait et notre médecine aussi, que la radioactivité pouvait être bonne pour la santé. Alors on vendait même des bijoux, qui étaient peints avec de la peinture au radium radioactif et qui était censé amener des bienfaits pour la santé. Ce n’est que plus tard, qu’on s’est aperçu qu’elle empoisonnait les cellules et qu’elle induisait des cancers. On peut donc espérer que ce sera de même un jour pour les dents dévitalisées…
Mais revenons au chiffre trois, le chiffre de l’existence, qui permet de comprendre tout l’univers donc tout ce qui existe, parait-il, selon Zarathoustra ? Partout dans l’univers, on trouve de la matière animée de mouvement et qui en s’entrechoquant avec de la matière animée elle aussi de mouvement juste à côté d’elle, produit de la chaleur. Une matière faite principalement d’électrons (particules mouvement), de protons (particules matière) et de neutrons (particules mi mouvement, mi matière). Les concepts de charge positives, négatives et neutres ne sont que des vues de l’esprit qui n’ont aucun sens. Les concepts de mouvement, d’inertie et de mi mouvement mi inertie seraient bien plus adaptés pour remplacer respectivement les concepts de charges négative, positive et neutre et permettraient de comprendre plus facilement en quoi les lois de l’univers qui gouvernent l’infiniment petit et l’infiniment grand sont en fait les mêmes. Eh oui, il est probable qu’en développant un peu dans ce sens, en introduisant en plus le concept de l’infini et en tenant compte de l’éther qui n’est pas du vide, on pourrait tout comprendre simplement, sur les lois qui régissent les forces de l’univers. Un univers infini qui génère à partir du simple mouvement de la matière, la chaleur et la gravitation. La gravitation, cette force transmise par la compression de l’éther, qui pousse tous les corps les uns contre les autres, (ce que certains enseignements ésotériques expliquent) et non les attire les uns vers les autres comme notre science le croit aujourd’hui. Mais c’est un autre vaste sujet qui sort un peu du domaine médical qui nous préoccupe ici. C’était juste un petit clin d’œil aux scientifiques pour dire que ce sujet, la connaissance de l’univers et de ses lois, est aussi abordable par les connaissances ésotériques. Comme le disent certains enseignements ésotériques, notre organisme est à l’image de l’univers. Cela nous permettrait de comprendre beaucoup de choses étranges qui se passent aujourd’hui sur notre planète malade en faisant le lien avec le fonctionnement du corps humain. Un corps humain malade présente des frissons de froid et des fièvres tandis que la planète malade présente des excès de froid et des canicules, pour elle aussi se désempoisonner.
Tout dans l’univers et par conséquent aussi dans le corps humain est donc : matière, chaleur et mouvement, ou bien Kapha, Pitta et Vata diraient respectivement les sages indiens. Kapha, Pitta et Vata sont associés à trois concepts qui sont respectivement Prema, Joyti et Prana (aussi appelé Chi en chine).
Prema, l’amour inconditionnel ou la force de cohésion qui réunit.
Joyti, la lumière et chaleur qui réchauffe.
Prana, l’énergie qui met en mouvement.
Trop de Prema donnera un surpoids. Trop peu, une maigreur.
Trop de Prana, un état de surexcitation. Trop peu créera l’accumulation de poisons qui bloqueront énergétiquement les diverses fonctions de l’organisme et donc une fatigue importante.
Trop de Joyti donnera une hyperthermie et des bouffées de chaleur, trop peu donnera une frilosité.
Ces trois facteurs sont de bons indicateurs de vitalité d’ailleurs utilisés en médecine naturelle sans avoir besoin d’examens très complexes. Pour le naturopathe, la gravité de la situation ne dépend non pas du nom de la maladie mais de ces trois facteurs. Une maladie en apparence bénigne pourra tuer le patient s’il existe un dérèglement trop important de Prema, Joyti ou Prana tandis qu’une maladie grave pourra facilement être guérie si ces trois facteurs sont bons.
Dans notre civilisation occidentalisée de confort, nous ne manquons en général ni de nourriture ni de chaleur donc ni de Prema, ni de Joyti (enfin quand on mange à sa faim et que les maisons sont correctement chauffées). Par contre nos aliments dévitalisés, et nos dents dévitalisées introduisent dans l’organisme des poisons qui doivent affecter le Prana. Je pense qu’un poison est une substance qui diminue le Prana et bloque donc les fonctions vitales. Certains poisons au contraire introduisent un Prana trop fort (radioactivité, nourriture chauffé aux micro-ondes par exemple). C’est ce qui fait qu’un bon Prana serait bien souvent la solution qui permettrait de guérir nombre de nos maladies occidentales.
L’extraction des dents dévitalisées nous débarrasse d’un grave poison mais l’environnement osseux dans lequel elles étaient reste toujours plus ou moins empoisonné. C’est la notion de mémoire toxique. Une mémoire qui continue à provoquer des affections à distance. Moins certes que les dents dévitalisées mais parfois de façon non négligeable toutefois.
Je me suis dit que si on pouvait donc introduire du Prana dans cet os abimé ce serait alors extraordinaire.
Il existe différentes façons d’apporter du Prana à l’organisme, c’est tout le domaine des médecines naturelles. Mais pour ces zones osseuses malades, je pense avoir trouvé depuis quelques années déjà une façon assez efficace et directe qui consiste à en injecter directement avec une seringue. Une idée qui m’est venu des sciences dites ésotériques. Je vais tout vous raconter.
L’univers est plein de différentes formes de Prana et il serait très intéressant de savoir les maîtriser. Une de ces énergies, l’énergie libre, n’a rien à voir avec les énergies connues jusqu’à présent par nos physiciens (énergie électrique ou électromagnétique notamment), c’est pourquoi je la classe dans les sciences dites ésotériques. Elle a, semble-t-il, été maîtrisée par un allemand dénommé Roland Plocher. Une personne que je considère pour cela comme un génie, à la vue des résultats qu’il obtient dans le domaine de l’écologie et plus précisément la dépollution. Un domaine qui m’intéresse bien puisque les dents dévitalisées, mon dada, sont une grosse pollution de l’organisme. M. Plocher imprègne divers supports grâce à cette énergie libre, après l’avoir informée à l’oxygène. M. Plocher s’est beaucoup inspiré des travaux de Reich sur l’orgone notamment. Il a fabriqué divers produits dont des poudres informées avec cette énergie, à mettre dans le bain, les aquariums ou l’alimentation par exemple. Comme cette énergie a montré qu’elle permettait de dépolluer des lacs, la pensée analogique m’a alors donné l’intuition qu’elle pouvait aussi dépolluer des zones osseuses polluées par les dents dévitalisées.
J’ai alors eu l’idée d’injecter une de ses poudres dans les sites dentaires qui avaient eu des dents dévitalisées, après l’avoir dissoute dans l’eau. La solution obtenue transmet ainsi la vibration oxygène qui permet semble-t-il d’effacer les mémoires des dents dévitalisées pleines de bactéries anaérobies, c’est-à-dire des bactéries qui n’utilisent pas d’oxygène et surtout qui meurent en présence d’oxygène. A la vue des résultats percutants et surprenants que j’ai ainsi obtenus, j’imagine d’ailleurs qu’il doit y avoir toute une nouvelle médecine à développer avec de tels produits qui pourraient être injectés dans tous les organes malades.
Pour l’os malade des dents dévitalisées ou d’autres causes de cavitation, le produit utilisé est à base d’oxyde de silice principalement. Silice et os font bon ménage, selon les travaux sur les transmutations à basse énergie de Kevran qui indiquent que la silice est un précurseur du calcium en présence de carbone (donc dans un milieu organique), dans les transmutations à basse énergie. Or le calcium est le principal constituant de l’os avec le phosphore. Ce produit permet, je l’ai constaté, de supprimer les mémoires laissées par les dents dévitalisées, un traitement qui selon certains témoignages que j’ai recueilli pourrait bien se révéler extrêmement prométeur dans l’avenir. En effaçant de telles mémoires par l’introduction d’énergie sur les sites empoisonnés, on agit par réflexologie dentaire et cela produit des résultats étonnants à distance. On arrive aussi à traiter les cavitations sans avoir besoin de les opérer et les cureter, la plupart du temps. C’est une vraie révolution médicale mais j’imagine qu’il faudra un certain temps avant que ça prenne quand je vois le temps qu’il faut pour que l’élimination des dents dévitalisées soit considérée à sa juste valeur. Mais j’espère me tromper car c’est trop bête de disposer d’un outil aussi extraordinaire que les solutions de poudre Plocher et de ne pas les utiliser. Elles transmettent une énergie qui me semble être l’énergie désempoisonnante par excellence qui pourrait donc avoir de multiples applications médicales.
Regardez attentivement les vidéos de témoignages sur le site www.sante-dents.com et vous rencontrerez quelques cas assez étonnants de réflexologie dentaire faite grâce à de telles injections dans des os malades. Cela me semble une nouvelle médecine somatique pleine d’avenir mais qui nécessitera de former des thérapeutes énergéticiens. C’est d’ailleurs tout le problème des médecines énergétiques, c’est qu’elles nécessitent un thérapeute et ne peuvent se prescrire comme on prescrit un médicament pharmaceutique. Ici, il faut injecter le produit au bon endroit si on veut obtenir un effet vraiment très intéressant. Un endroit déterminé par des techniques énergétiques. C’est aussi une médecine qui traite la cause d’un problème. En plus en médecine chinoise, on explique que ce qui est en haut domine en importance ce qui est en bas. On comprend donc pourquoi les causes psychologiques sont si importantes sur les maladies. Mais après les causes psychologiques, il est aussi aisé de comprendre que les dents et les os maxillaires très haut placés constituent, s’ils sont malades, une causes très importante aussi de maladies générales.
Un jour donc j’ai eu l’idée d’injecter ainsi une poudre de Plocher, la “Terre de Silice” pour être plus précis. J’ai commencé par expérimenter cela sur moi, c’est ce qui m’a semblé le plus éthique. Je me rappelle que malgré mes extractions de dents dévitalisées et le fait que je n’avais plus d’amalgames en bouche, je notais toujours des dérèglements énergétiques au niveau des sites d’extraction et j’avais toujours mal au dos parfois. Mais à la radio il n’y avait apparemment rien. Je décidais alors d’introduire une solution de poudre de silice traitée par Plocher un jour où un mal de dos persistait un peu trop à mon goût. Je me rappelle m’injectant devant mon miroir ce produit. La première fois je me suis servi de la seringue simplement pour perforer l’os avant d’injecter le produit. Parfois par la suite je faisais un avant trou en fraisant la corticale osseuse. Le lendemain de la première injection, la douleur de dos avait disparue. Etonnant ! D’autres douleurs de dos m’ont conduit à réaliser d’autres injections dans d’autres sites d’extractions et à chaque fois je guérissais et les douleurs de dos disparaissaient les jours qui suivaient et parfois le lendemain même. Je venais là, grâce aux produits de Monsieur Plocher, de trouver un traitement étonnant pour traiter notamment les mémoires laissées par les dents dévitalisées et donc pour le dos entre autre par effet réflexologique. J’ai fait plusieurs injections sur moi-même et j’ai attendu suffisamment longtemps pour voir qu’il n’y avait aucun effet secondaire néfaste, si ce n’est une petite phase inflammatoire transitoire de quelques jours qui empêche parfois de remettre se prothèse pendant quelques jours. On obtient tout à fait l’effet inverse d’une médecine qui fait tout au contraire pour supprimer les processus inflammatoires qui existent justement pour guérir quelque chose. Le jour où on le comprendra d’ailleurs, on arrêtera de lutter contre.
Après avoir vu les résultats positifs de ces injections, je proposais cette technique à plusieurs patients qui continuaient à être malades malgré divers soins et l’extraction des dents dévitalisées. Des patients qui présentaient toujours un blocage énergétique sur les sites d’extractions malgré diverses techniques (cautérisation, photothérapie, injection d’ozone, ou d’isotonic de Quinton notamment). Des patients qui me faisaient confiance en leur expliquant à chaque fois toute l’histoire. Les résultats furent étonnants la plupart du temps et sur des pathologies très diverses. Des pathologies qui sont dues à des blocages d’énergies dues à ces petits bouts d’os pourris laissés après les extractions de dents dévitalisées principalement. Il est bien sûr nécessaire d’injecter au bon endroit car c’est avant tout de la réflexologie. Une réflexologie visant, je le rappelle, à supprimer des foyers résiduels qui ont été infectieux jadis mais ont laissé probablement persister des mémoires putrides anaerobies que les produits Plocher effacent en y amenant une information oxygène. Il m’est même arrivé d’injecter cette solution dans des sites d’extraction de dent de sagesse incluse chez des personnes qui avait du mal à cicatriser et aussi dans les sinus de personnes qui avaient des sinusites chroniques. Les résultats étaient extraordinaires. C’est donc une nouvelle médecine qui pourrait être utile déjà à tous ceux qui ont eu des dents dévitalisées et des manques d’os localisés. Mais comme cela marche aussi pour les sinusites chroniques en l’injectant dans le sinus, j’imagine qu’il doit y avoir de nombreuses autres applications. C’est donc un domaine qu’il me semblerait plus qu’intéressant d’explorer et qui me semble avoir un grand avenir, à la vue des quelques résultats extraordinaires que j’ai déjà obtenus.
L’idéal serait de traiter la cause et l’effet c’est à dire ici le bout d’os pourri dans la mâchoire et l’organe qu’il a affecté. Si aujourd’hui j’avais une maladie grave soit disant inguérissable, nul doute que je n’hésiterai pas à m’injecter aussi directement dans l’organe malade cette solution pleine d’énergie de Plocher. C’est d’ailleurs ce que j’ai vu faire par des médecins suisses à la clinique Paracelse mais avec des produits du laboratoire « Sanum » fait à partir de bonnes bactéries dont le rôle est aussi de dépolluer. Des produits qui me semblent toutefois (mais ce n’est qu’une intuition) moins efficaces pour les mémoires dentaires que les produits de M Plocher. Les médecins français feraient bien de s’intéresser aux produits Sanum et à la philosophie qui va avec et qui explique que la plupart de nos maladies viennent d’une utilisation inconsidérée des antibiotiques qui laissent persister dans l’organisme des poisons que les bactéries dites toxiques étaient en train de détruire. Des produits faits de bonnes bactéries, injectés aux bons endroits, permettent donc de désintoxiquer des zones qui guérissent alors par conséquent. Une philosophie de soins bien plus en accord avec la biologie que la médecine de poisons. A approfondir….
Après avoir réfléchi à enlever les mémoires toxiques dues aux dents dévitalisées, je me suis posé la question de chercher à remplacer la dent absente, dans son aspect énergétique. Certes la dent en résine ou céramique de la prothèse amovible, remplace la fonction masticatoire, phonétique et esthétique et exerce une compression bénéfique sur la gencive mais une vraie dent est aussi un cristal qui transmet une énergie à l’os sous jacent et cela rien encore ne permet de le faire. J’ai alors eu l’idée d’introduire des cristaux dans la prothèse amovible. Un cristal dans chaque dent prothétique. C’est aussi une voie thérapeutique très intéressante qui m’a permis de soigner de multiples choses. Une fois une migraine qui durait depuis des années et qui était en phase active a été supprimée dans les cinq minutes qui ont suivi la mise en place de la prothèse ainsi modifiée. Par la suite la migraine est parfois revenue mais bien moins. Il aurait fallu aussi faire une injection mais la patiente ne voulait pas de piqûre. J’ai d’autres anecdotes avec des cristaux qui me montrent bien qu’une dent vivante, c’est précieux et que ça ne sert pas juste à manger et sourire. C’est aussi un vortex d’énergie qu’un cristal dans la prothèse amovible permet en partie de reconstituer. Ces deux éléments, énergie de Plocher injectée dans l’os et cristal positionné dans la prothèse sont deux petites découvertes originales qui constituent deux outils supplémentaires d’une nouvelle dentisterie qui pourra un jour rendre beaucoup de services à de nombreuses personnes malades, sans aucun doute. Et cela de façon très efficace car elles agissent sur des causes. Les médecines des causes étant toujours plus efficaces que les médecines des conséquences, même s’il est judicieux d’appliquer les deux types de médecine si on le peut. Pour le premier outil, il s’agit de supprimer un poison de l’os et pour le second de recréer une structure énergétique qui disparaît par l’extraction dentaire.
Quand je vois tout ce qu’on peut faire en bouche pour améliorer la santé et cela souvent bien plus efficacement que diverses techniques médicales actuelles, je pense qu’il faudrait former bien plus de dentistes qu’il en existe actuellement. En les formant bien sûr à cette nouvelle dentisterie holistique car si c’est pour dévitaliser encore plus de dents, ce n’est pas la peine bien sûr. Je suis persuadé que cette nouvelle dentisterie est la clef de la santé de millions de personnes et que c’est surtout là que notre système médical devrait investir. Il n’y a qu’à observer les résultats pour s’en rendre compte, et comme dit un proverbe de naturopathe : « c’est celui qui guérit qui a raison ». Le sens de ce proverbe est que dans un monde où nombreux sont ceux qui racontent des versions contradictoires, c’est celui qui prouve par des faits c’est à dire ici par des résultats thérapeutiques probants, qui prouve par là même qu’il en sait plus que les autres. Plus en tout cas que ses contradicteurs qui n’arrivent pas aux mêmes résultats thérapeutiques que lui puissent-ils être nombreux à s’opposer à lui. C’est en tout cas un proverbe qui s’applique bien à tous les dentistes universitaires ou du Conseil de l’Ordre, qui me font passer pour un fou quand je dis que les dents dévitalisées sont un grand poison mais qui n’ont quasiment jamais rien guéri de leur vie à part des dents douloureuses et sûrement pas la centaine de cas de témoignages que j’ai mis sur internet

Classé dans : Articles

Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la quatrième lettre du mot vinlmt