Dévitalisation dentaire : STOP !

Dr Bruno DARMON

Actions militantes du Dr Darmon

07 décembre 2007

Bruno DARMON

Le nucléaire est très probablement le plus grand drame écologique de notre civilisation, bien plus que ce dont on nous rabâche les oreilles comme le réchauffement climatique. Voici donc tout d’abord un petit texte qui résume bien le problème et qui répond à un de nos politiciens, irresponsable parmi tant d’autres sur la question du nucléaire, et qui a accusé les antinucléaires d’irresponsables.

Communiqué de presse de “sortir du nucléaire”

Monsieur Fillon, qui sont les irresponsables ?

Lundi 8 mars 2010, à la tribune de l’OCDE, le Premier Ministre français a traité « d’irresponsables » certains antinucléaires, qui ont simplement rendu public un document interne à EDF (*). Ce document révèle que le réacteur nucléaire EPR peut créer une catastrophe de type Tchernobyl.

Mais alors, Monsieur Fillon, qu’est-ce qu’être « responsable », pour vous ? Prétendre que des frontières arrêtent un nuage radioactif ? Vendre à des pays politiquement instables une technologie mortelle ? Exporter et stocker en Russie des tonnes de déchets nucléaires, qui seront encore nocifs dans des milliers d’années ? Les faire circuler dans des trains qui traversent à heures fixes nos villes et nos campagnes ? Engranger d’énormes bénéfices sans se soucier de la santé, de la nature et de la vie future ? Faire croire que le nucléaire serait une “solution” au réchauffement climatique, contrairement à ce que démontrent toutes les études sérieuses ? Distinguer nucléaire civil et nucléaire militaire, alors même que ce sont les deux faces indissociables d’une même technologie ? Envoyer des intérimaires, sans formation adaptée, au coeur des centrales ? Faire des essais nucléaires dans des zones habitées ? Cacher pendant des décennies les dégâts de ces essais sur la santé et l’environnement ? Amasser assez de bombes pour faire exploser plusieurs fois la planète ? Imposer le chauffage électrique domestique pour justifier le choix français du tout nucléaire ? Construire des centrales dans des zones inondables ou sismiques ? Oublier des kilos de plutonium dans le recoin d’une installation nucléaire ? Importer du courant électrique en plein hiver, au prix fort, depuis des centrales thermiques au charbon, parce que vos réacteurs nucléaires sont inadaptés aux pics de consommation ? Soutenir des régimes autoritaires dans les pays exportateurs d’uranium ? Construire un réacteur qui ne résisterait pas au crash d’un avion de ligne ?

Monsieur Fillon, vous faites partie de ceux qui cherchent vainement à caricaturer, diviser et diaboliser les antinucléaires pour tenter de masquer les échecs cuisants du lobby de l’atome. Même si ses déchets resteront dangereux pour les petits-enfants des petits-enfants de nos petits-enfants, le nucléaire, civil ou militaire, appartient déjà au passé. C’est ce qu’ont compris de nombreux pays européens : le Danemark, la Grèce, le Portugal, l’Irlande, le Luxembourg, qui n’ont jamais développé de programme nucléaire ; l’Espagne et l’Allemagne, qui se sont engagées sur la voie de la sortie du nucléaire ; l’Autriche qui a déclaré anticonstitutionnel le recours à l’énergie nucléaire. Nos voisins européens sont-ils aussi des “irresponsables”, M. Fillon ?

Nous serons nombreux le 26 avril prochain, jour anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, pour vous dire que les irresponsables, aujourd’hui, sont ceux qui refusent de voir que l’avenir est à la sobriété énergétique et aux énergies renouvelables, pour un monde sans nucléaire. Quant à vos “responsabilités”, elles sont en effet bien réelles : vous devrez en répondre devant les citoyens français et devant les générations futures.

fin du communiqué de presse

les textes qui suivent sont de votre humble serviteur.

Le nucléaire : un choix anti-spirituel favorisé par notre conception de la laïcité.

La France, plus grand producteur et exportateur d’énergie nucléaire d’Europe de l’Ouest, voire même du monde si on rapporte cette production au nombre d’habitants ou à la surface du pays, est aussi le pays où existe le plus une certaine laïcité de l’Europe de l’Ouest. Les croyances ou les non croyances favorisées par ce choix particulier de laïcité auraient-elles influencé des choix technologiques, comme celui du nucléaire, qui mettent en danger la vie, œuvre de Dieu pour les croyants ? C’est ce que cet article va s’attacher à démontrer.

La lutte contre le nucléaire s’évertue depuis des années à démontrer au public tous les dangers de cette technologie, et c’est certain qu’il faut persévérer à le faire. L’efficacité d’une telle démarche a me semble-t-il ses limites car ce discours est souvent noyé sous une pléthore d’informations de moindre importance, tandis que le danger du nucléaire est banalisé par des discours du genre « mais tout est dangereux, même traverser la rue » ou parfois pire tel que « le nucléaire est une bonne technologie car il lutte contre les gaz à effet de serre qui seraient le plus grand péril pour la vie sur Terre ». Autant de discours qui perdent le public pourtant de plus en plus réceptif à l’écologie et rend donc l’action antinucléaire peu efficace. On peut donc se demander pourquoi le public et les médias peinent à prendre conscience du grand danger du nucléaire.

On peut aussi se poser la question de savoir pourquoi le peuple français, en est arrivé là c’est-à-dire à devenir le champion en Europe de l’Ouest du nucléaire, voire en fait le champion du monde. La France continue à construire des centrales nucléaire et même à vouloir exporter cette technologie à l’étranger. Cela tandis que les Allemands par exemple ont bientôt prévu d’arrêter toutes leurs centrales nucléaires et que les américains ont arrêté d’en construire de nouvelles depuis l’accident de Three Mile Island en 1979. Evidemment on peut toujours dissocier dans le peuple français, une partie dirigeante dont on peut qualifier le comportement d’antidémocratique avec pour seule logique un technocapitalisme égoiste plutôt que le bien être de l’humanité. Mais on peut aussi se dire comme se disait Gandhi, imprégné d’hindouisme, qui face à la colonisation anglaise, rendait ses compatriotes coresponsable de la situation, que chaque français est aussi d’une certaine façon coresponsable de la nucléarisation de notre pays.

A partir de là, il me semble nécessaire d’analyser les croyances des français. Les causes profondes sont en effet souvent à rechercher dans les croyances qui déterminent les comportements. C’est bien sûr la croyance que la technologie nucléaire est un progrès scientifique qui a déterminé le choix nucléaire de notre nation. Mais derrière cette croyance que se cache-t-il encore comme croyance ou plutôt comme négation de croyance ?

La France est le pays européen de l’Europe de l’Ouest, qui a le premier et le plus instauré une laïcité qui a exclu tout enseignement religieux de l’école de la République, exception faite de l’Alsace et de la Lorraine en raison de leur ancienne appartenance à l’Allemagne. Pourtant la laïcité aurait pu se comprendre comme une attitude visant à préserver la diversité des religions au sein de l’école de la République sans les en exclure. Cela aurait été une bonne chose face à l’attitude discutable de certains religieux, celle notamment qui s’est manifestée par les guerres de religions ou la complicité coupable que les autorités chrétiennes ont pu avoir avec certains gouvernements, notamment les nazis qui comme eux fustigeaient les juifs, dans un passé plus proche. Des attitudes qui ont évidemment favorisé leur exclusion de l’enseignement, ainsi que la séparation de l’Eglise et de l’Etat qui s’était toutefois réalisée en France bien avant l’existence même du nazisme. Mais en rejetant les religieux de l’école de la République, n’a-t-on pas aussi jeté le bébé avec l’eau du bain, c’est-à-dire rejeté un enseignement qui représente pourtant une richesse philosophique pour notre civilisation. Il est clair que certains textes religieux, qui sont aussi des récits historiques sont effectivement parsemés d’une violence dont certains religieux peuvent parfois prendre exemple. La spiritualité ne devrait pourtant à mon sens ne se concevoir que dans la non violence tout comme l’exemple de l’histoire de Jésus. Il n’empêche que la laïcité aurait pu jouer un rôle pacificateur entre les différentes religions sans les bannir de l’école de la République. En agissant comme elle l’a fait, c’est à dire en rejetant tout enseignement religieux, la République a contribué à fortement diminuer la pensée religieuse dans notre société. Elle a renié en quelque sorte le rôle éducatif de milliers de travailleurs et travailleuses de la spiritualité, que sont les religieux et les religieuses. Logiquement aujourd’hui, la pensée religieuse est bien moindre en France qu’elle ne l’est dans des pays qui n’ont pas agi ainsi comme l’Allemagne par exemple ou les Etats-Unis où il est marqué sur les billets de banque la phrase : « in God we trust ». Eh bien, je pense que tout cela n’est pas sans relation avec le développement particulièrement important de notre industrie nucléaire qui est la production énergétique qui est la plus dangereuse pour la vie. C’est ce que je vais tenter ici de vous démontrer.
Notre laïcité favorise l’athéisme c’est logique puisque pour la plupart des enfants, ne peuvent alors accéder à l’enseignement de l’existence de Dieu. D’autre part, il existe bien sûr des athées qui sont de grands humanistes et de grands protecteurs de la vie, c’est vrai on ne peut le nier, mais il n’empêche pourtant qu’on peut démontrer que l’athéisme favorise la destruction de la vie et en tout cas n’incite pas à la protection de la vie. Du moins l’athéisme relié à la croyance qu’après la mort il n’y a plus rien et que la mort est une fin inéluctable, ce que les enseignements des grandes religions nient bien sûr. Autant l’enseignement de Jésus qui parle de vie éternelle pour ceux qui auront pris la voie de l’amour, que celui des religions asiatiques d’ailleurs lorsqu’on sort du cycle des réincarnations, du samsara, pour accéder nirvana, l’équivalent du paradis, lorsque notre âme atteint un certain niveau d’élévation qu’on peut aussi relier à un certain degré d’amour. Et l’amour, c’est aussi préserver la vie en général ou s’opposer à la mort, j’en ai parlé dans un autre texte « médecine d’amour contre la mort. Avec les croyances athées par contre qui nient la possibilité de vie éternelle, il n’y a aucun intérêt à faire de véritables efforts pour préserver la vie dans le temps, surtout si on n’a pas d’enfants que l’on aime, puisque qu’après notre mort, nous n’existerons plus et qu’il n’y a donc ni vie éternelle ni nirvana ni paradis ni aucune structure qui nous fera assumer éventuellement certains actes délictueux effectués de notre vivant. En effet, si Dieu n’existe pas, il n’y a non plus pas alors de justice divine de notre vivant et encore moins post mortem. Aucun intérêt par conséquent de se préoccuper des autres plus que nécessaire comme se conformer aux lois humaines. Si aucune loi humaine n’interdit certaines choses que l’on sait pourtant ignobles, bien que la majorité de la population et les juges l’ignorent, pourquoi ne pas les faire quand même, surtout si cela permet un enrichissement personnel. Et cela même si c’est aux dépends de ses frères et sœurs et des générations futures.

C’est ainsi que se développent facilement nombre de produits qui constituent en fait des atteintes à la vie comme la dévitalisation dentaire par exemple dont seuls certains spécialistes qui s’en enrichissent connaissent les dangers réels tandis que la population est maintenue dans l’ignorance et n’est illusionné que par les côtés positifs apparents. On voit aussi certains agriculteurs qui ne consomment pas eux-mêmes leurs productions pleines de pesticides mais se réservent un coin de jardin pour cultiver di bio pour leur consommation personnelle.
L’antidote à une telle attitude se trouve plus que tout dans les enseignements religieux avec notamment la négation de la vie après la mort, la notion chrétienne du jugement post mortem de dieu ou les lois du karma enseignées par les bouddhistes et les hindouistes, le tout soutenu par l’affirmation de l’existence d’un autre monde où vivent notamment les âmes après la mort. Autant de concepts que nie la pensée athée. Mais des concepts qui incitent pourtant à une responsabilisation vis-à-vis des autres êtres vivants, bref à la protection de la vie sur Terre. On comprend pourquoi il est essentiel de défendre l’authenticité de ces croyances religieuses et de s’attaquer aux mythes athées darwiniens pseudoscientifiques par exemple.

Evidemment il y a des exceptions, c’est-à-dire que des personnes croyantes peuvent se conduire comme les pires des êtres humains tout comme des athées peuvent aussi être de grands humanistes. Des athées qui feront tout pour supprimer toute atteinte à la vie indépendamment de leurs croyances. Ce sont généralement des personnes très empathiques qui souvent ont souffert dans leur jeune âge. Des personnes qui ressentent la souffrance d’autrui comme leur propre souffrance et qui ont donc une intelligence sensitive très élevée ou énormément de cœur peut-on dire aussi. Néanmoins si ces qualités ne sont pas associées par des croyances religieuses, en général, rares sont de telles personnes qui persévéreront dans des combats pour la défense de la vie avec l’âge à cause du manque de foi. La croyance qu’au bout de leur vie il y aura le néant étant terriblement démotivante.

La logique athée ne favorise pas non plus l’émergence d’idées nouvelles dans le domaine spirituel c’est-à-dire aussi par conséquent d’idées qui pourraient contribuer à préserver la vie. En effet, dans la logique athée où on ne pense en gros qu’à l’enrichissement matériel, l’enrichissement spirituel, sait-on même ce que cela signifie, est déconsidéré par conséquent, même si il est en théorie toléré au nom de la liberté. Ceux qui tentent d’accéder à des connaissances spirituelles qui ne rentrent pas dans un cadre établi et accepté depuis longue date, comme celles transmises par les religions établies, sont alors assez facilement mis au ban des accusés, au nom aussi d’ailleurs de la liberté, celle de protéger nos enfants des sectes par exemple. Nous sommes d’ailleurs le pays d’Europe de l’Ouest qui lutte le plus contre les sectes aussi comme par hasard. Les sectes, ces organisations minoritaires qui constituent aussi en fait des creusots de spiritualité qui se posent des questions sur nombre de sujets qui touchent à la vie. L’un de ces sujets est d’ailleurs notre médecine moderne que nombre de sectes ont identifié comme un grave problème, notamment avec ses vaccins et son allopathie en général qui empoisonne l’organisme pour soigner les maladies. Les sectes ont été répertoriées et fichés par nos renseignements généraux français depuis des années, comme on le fait pour les organisations pouvant représenter un danger. Et cela après un rapport parlementaire réalisé par des députés totalement athées, communistes en l’occurrence. Sectes qui peuvent facilement être détruites par un texte de loi français unique en Europe. La France est en effet le seul pays européen à posséder un texte de loi qui condamne l’abus de faiblesse. Evidemment à priori on peut penser que c’est une bonne idée mais en fait c’est l’arme idéal pour détruire tous ceux qui pensent différemment de la norme, et dont les clients ou les patients ou les adeptes pourront un jour dire qu’ils ont été abusés mentalement pour obtenir des dommages et intérêts et participer à détruire un groupe de pensée alternatif. Encore une exclusivité française, tout comme la consommation phénoménale de médicaments chimiques. Parfois, comble de l’absurde, nos juges condamnent même ceux qui font preuve de générosité comme ce fut le cas pour M Serge Dassault (voir à la fin du texte sur le procès du 19 juin).

Tout cela n’est pas sans relation avec le développement de l’athéisme particulièrement important en France. Lorsque même les lois peuvent atteindre les personnes qui pensent différemment de la norme au lieu de les protéger, tout comme elle atteint les personnes qui font preuve de générosité, on atteint déjà un certain niveau de maladie de notre société. C’est pourtant ce qui arrive lorsque l’athéisme progresse et que la spiritualité s’éloigne de la société et donc des esprits des juges.
On voit donc que lorsque la spiritualité s’éloigne de la société, les lois des hommes deviennent alors injustes tandis que les humains transgressent alors parfois les lois de dieu et de la vie sans même s’en rendre compte. Il s’en suit alors souvent le chaos qui est l’effondrement des structures de la paix. C’est dans le chaos que peuvent naitre les mondes démoniaques (démoniaque = qui détruit la vie) qui fonctionnent sur le mode de la violence, où certains êtres vivants deviennent esclaves d’autres et connaissent alors les pires souffrances. Des mondes où la vie elle même peut parfois disparaitre lorsque la science sans conscience permet de maitriser certaines technologie terribles comme la technologie nucléaire.

Même si les religieux et religieuses, comme tout homme et femme ne sont pas parfaits, et que les religions sont aussi loin d’être parfaites et irréprochables, elles sont toutefois les gardiennes d’une certaine connaissance spirituelle. Elles incitent les humains à plus humanité et recèlent certains enseignements qui nous mettent en garde en vue de préserver la vie même si c’est parfois subtil à comprendre. C’est d’ailleurs ce que nous allons voir maintenant.

Les écrits religieux enseignent par exemple de ne pas séparer ce que Dieu a uni. Des religieux y ont vu ici une allusion au mariage mais il y a peut être aussi la recommandation de ne pas séparer les fondements même de la matière que sont les atomes que Dieu, créateur de l’univers, a créé. Sans même peut-être que les religieux le sachent, les religions nous guident donc vers des choix anti-nucléaires étant donné que la production d’énergie nucléaire fonctionne par la réaction de séparation d’atomes initiée par une action humaine…

Mais il existe aussi d’autres sujets polémiques pour la vie donc aussi pour la santé qui sont connus dans les milieux de médecines naturelles, où l’homme avec sa technologie, a séparé quelque chose que Dieu avait uni. C’est le cas de la séparation des minéraux dans les aliments comme le sucre ou les céréales devenant alors sucre blanc et céréales raffinées. Des produits que la médecine naturelle accuse de déminéraliser les organismes et de favoriser la carie notamment. C’est aussi le cas de la séparation du principe actif des plantes médicinales dans les médicaments synthétiques de l’allopathie. Une pratique que la médecine naturelle accuse de fabriquer des maladies toujours plus graves à cause des effets secondaires de ces médicaments. C’est le cas de la séparation de gênes des chromosomes qui sont les fondements même des mécanismes du vivant dans la technologie des O.G.M. Des études montrent que des céréales OGM favorisent l’apparition de cancers chez les rats de laboratoire nourris ainsi. C’est le cas enfin de la séparation du nerf de la dent dans la dent dévitalisée de la dentisterie moderne. Une pratique qui selon certains médecins et scientifiques serait aujourd’hui, aussi incroyable que cela puisse paraitre, une des premières causes de cancers et de maladies graves en France.

Tous ces pseudos progrès réalisés par la technologie moderne se révèlent en fait être des erreurs lorsqu’on s’y penche de plus près. Des erreurs qui auraient été prévisibles si on avait tenu compte de la mise en garde des écrits religieux sur le danger de séparer ce que dieu avait uni. Mais si on ne prend pas en considération les écrits religieux, il est bien plus difficile de s’opposer à la dangerosité de ces pratiques séparatistes, surtout quand les motivations de la population sont plus du domaine des apparences et du court terme comme l’absence de spiritualité le favorise.
L’erreur est humaine certes mais persévérer dans l’erreur est diabolique, nous dit le dicton. C’est peut-être ce que les religions pourraient nous éviter. Les écrits religieux recèlent en effet des connaissances visant à préserver la vie notamment en nous mettant en garde vis-à-vis de certaines séparations.

Et cela tandis qu’une stratégie des forces démoniaques est justement de nous inciter à séparer les êtres humains entre eux (le racisme et le sexisme en sont une expression) ainsi qu’à séparer bien d’autres choses en argumentant souvent sur le côté pratique de ces séparations …. Le mot diable trouve d’ailleurs son origine étymologique dans le mot grec diabolein qui signifie diviser ou séparer.
En introduisant notre conception de la laïcité dans l’école de la République Française au début du vingtième siècle, nous avons exclu de l’enseignement de nos enfants, l’existence du mystique, l’importance de la prière pour nous aider à discerner le bien du mal et l’importance de la foi en Dieu pour notamment persévérer à agir pour protéger la vie, ainsi que bien d’autres enseignements responsabilisants. Par contre, nous avons favorisé la croyance darwinienne en l’évolution violente de la vie par la loi du plus fort. La vie étant issue selon cette théorie, de successions de hasards plus que d’une intelligence supérieure. Une théorie pseudo scientifique qui plaisait bien à certains scientifiques car elle s’opposait à la théorie créationniste de religieux qui s’était opposés jadis à eux et donc à la science. Une science qui a juste titre a pris une place importante dans l’enseignement. Néanmoins, en séparant voire opposant, science et religion, nous avons en fin de compte appauvri la spiritualité dans la population française tout en faisant des choix scientifiques désastreux pour la vie. On comprend maintenant peut-être mieux pourquoi la population française a autant persévéré dans l’erreur du nucléaire, éminemment dangereux pour la vie. Une persévérance bien plus importante que dans les pays qui ont conservé un lien plus fort avec la pensée religieuse comme l’Allemagne et les Etats-Unis. Moindre toutefois que ceux qui ont encore plus perdu ce lien comme les pays de l’Europe de l’Est qui ont un temps considéré comme disait Lénine, que la religion était l’opium du peuple. Des pays dont les gouvernements communistes étaient alors encore plus athées que ceux de la France. Des pays dans lesquels il y a aujourd’hui encore plus de chaos et de dissémination de déchets nucléaires ce qui à terme pourrait plus que tout affecter l’existence même de la vie sur Terre. En attestent, les très nombreux sous marins nucléaires abandonnés en toute irresponsabilité à Mourmansk en mer baltique, la flotte commerciale russe actuelle qui continue à fabriquer des navires à propulsion nucléaire alors qu’elle ne sait toujours pas comment elle retraitera ces centaines de tonnes de métal contaminé par la radioactivité et le cas le plus connu mondialement d’accident nucléaire celui de Tchernobyl qui n’est que la partie visible de l’iceberg inquiétant des centrales nucléaires russes.

Les autres pratiques séparatistes citées précédemment, comme la dent dévitalisée, ne sont pas non plus anodines. C’est un sujet à cause duquel j’ai un jour perdu le droit d’exercer mon métier de dentiste et sur lequel Corinne Lepage, Ancienne Ministre de l’Environnement et aujourd’hui militante anti-nucléaire, et jadis mon avocate devant le Conseil de l’Ordre, s’était exprimé pour dire qu’il s’agissait ici d’une grave question de santé publique sur laquelle l’Ordre des dentistes devrait plutôt se pencher que me condamner. Le sujet de la toxicité des dents dévitalisées fait d’ailleurs beaucoup débat dans les pays germanophones et anglo-saxons alors qu’en France, il est totalement absent des médias, un peu comme le sujet du nucléaire. Aux Etats-Unis et en Allemagne, il existe aussi de courants de médecins et de dentistes qui prônent à leurs malades, qu’il est plus efficace que bien d’autres choses pour retrouver la santé, de ne pas garder en bouche de dents dévitalisées. Ce n’est pas encore le cas en France, dont la population a environ deux fois plus de cancers qu’en Allemagne et trois fois plus de dents dévitalisées aussi.

Pour plus d’infos www.sante-dents.com ou www.dent-devitalisee.com

Bruno Darmon, Dr en Chirurgie dentaire drbrunodarmon@yahoo.fr

Action courrier militant.

A la commission européenne Nice le 2 déc. 2007-12-07
Mr. Barroso email: sg-web-president@ec.europa.eu
et Piebalgs email : andris.piebalgs@ec.europa.eu

Dr Bruno Darmon email : drbrunodarmon@yahoo.fr site internet : www.dent-devitalisee.com
Objet : Contestation du projet du gouvernement bulgare de construire une nouvelle centrale nucléaire près de la ville de Belene dans le nord de la Bulgarie

Messieurs Baroso et Piebalgs

Début décembre 2007, la Commission Européenne rendra un avis officiel sur le projet du gouvernement bulgare de construire une nouvelle centrale nucléaire près de la ville de Belene dans le nord de la Bulgarie, avec l’argent de la communauté européenne. Le Projet Belene a été conçu au début des années 80 et a été controversé dès ses débuts, car la centrale nucléaire serait située en plein dans une zone sismique.
En donnant des crédits à ce projet, l’union Européenne ferait un pas de plus dans la nucléarisation de la planète et ici un pas particulièrement dangereux vu le caractère sismique de la zone d’implantation.
Le nucléaire civil que l’on pourrait penser être une source d’énergie propre en apparence est en fait de très loin la source d’énergie la plus sale car elle fabrique des déchets radioactifs qui persisteront des millions d’années pour les générations futures et peuvent empoisonner les organismes bien plus sournoisement que tout.
L’énergie nucléaire repose sur un procédé que l’on peut qualifier de diabolique, en ce sens qu’il exploite la division de la matière. Diviser se dit d’ailleurs en grec ancien diabolein et est à l’origine du mot diable. Dans les écrits biblique, il est dit que l’homme ne doit pas séparer ce que dieu a uni car il agit alors de façon diabolique. En faisant ainsi, on agit en contradiction avec des lois essentielles de l’univers et tôt ou tard, nous aurons à en payer les conséquences. Ne pas le comprendre résulte d’une dérive idéologique athée de notre société renforcée par une pensée darwinienne qui ignore les enseignements délivrés dans les écrits religieux qui sont d’émanation divine. Des millions d’humains ont été témoins dans le passé de manifestations divines qui attestent d’une intelligence supérieure, bienveillante et créatrice la vie sur Terre. Ne pas croire en Dieu revient donc à ne pas croire en l’être humain.
L’athéisme, cette forme de déspiritualisation fait que nous oublions de voir ce que la nature nous apporte comme l’énergie solaire par exemple qui elle ne présente pas d’inconvénients de la sorte. En Allemagne, certaines villes pas spécialement ensoleillées, arrivent pourtant grâce à l’énergie solaire à une totale autonomie énergétique. On prouve ainsi que l’énergie solaire n’est pas juste une utopie de plus mais un projet très réalisable même si en apparence il demande plus d’efforts que l’énergie nucléaire.
Mais la stratégie du diable est une stratégie de court terme et d’apparence. Il s’agit toujours de faire croire que ses techniques sont en apparence plus confortables même si elles contrarient des lois divines, dont il voudrait d’ailleurs nous faire douter de l’existence pour mieux nous les faire ignorer.
La stratégie du diable s’applique dans bien d’autres domaines que la production énergétique et la médecine ne fait pas exception. En divisant les principes médicinaux des plantes médicinales, en isolant les principes actifs, dans la pharmacologie chimique, notre médecine a elle encore une attitude diabolique qui fait qu’on soigne en apparence pour mieux empoisonner ensuite..
En divisant la dent de son paquet vasculo-nerveux, dans la dent dévitalisée, la chirurgie dentaire a elle aussi une attitude diabolique dont les sites internet www.sante-dents.com et www.dent-dévitalisee.com pourraient vous faire mesurer l’ampleur des dégâts consécutifs à l’inobservance de la loi divine d’interdiction de séparation que la dent dévitalisée illustre bien.
J’imagine assez bien si vous avez l’occasion de lire ce courrier, et si vous êtes un athé convaincu que vous rirez probablement de ces arguments mystiques que vous croirez peut-être issus d’un autre âge alors qu’aujourd’hui à l’ère de la science, le concept de dieu semble bien loin. Mais sachez qu’alors, je prie pour que la lumière inonde votre esprit et pendant que vous rirez, moi je pleurerai de savoir que par votre inconscience issue de votre manque de spiritualité, moi-même, mes proches, mes amis, mes lointains et nos descendants auront probablement à souffrir de votre inconscience et de votre manque de profondeur spirituelle, imprégné que vous seriez alors de concepts absurdes comme les concepts darwiniens qui voudraient nous faire croire que l’homme provient du néant. Théorie qui plus que tout risquerait de nous ramener au néant donc de nous anéantir.
Souhaitons que l’illumination de votre esprit saura nous faire éviter, à nous européens, de cautionner avec la centrale de Belene, une nouvelle action diabolique qui vise en fin de compte à la destruction de la vie en passant par de multiples souffrances.

Classé dans : Articles

Mots clés : aucun

Écrire un commentaire

 Se rappeler de moi sur ce site

Quelle est la cinquième lettre du mot jwmxoz